Classement 2015 des IP – GPS : Toujours plus gros et plus divers

Classement 2015 des IP – GPS : Toujours plus gros et plus divers

La concentration des groupes de protection sociale continue. Mais cette course à la taille est aussi marquée par une diversification de leur activité au-delà de leur cœur de métier.

C'est un paradoxe à l’heure de la généralisation de la complémentaire santé : les groupes de protection sociale les plus dynamiques sont ceux qui se diversifient le plus hors de leur coeur de métier, la santé et la prévoyance collectives. AG2R La Mondiale et Apicil se distinguent par une croissance à deux chiffres – Humanis aussi, mais cela s’explique par un transfert de portefeuille. Si AG2R La Mondiale a franchi cette année la barre des 10 Md€, et risque de rester longtemps indétrônable, c’est sans doute parce qu’André Renaudin, le directeur général du groupe, avait pris une longueur d’avance en créant la Sgam en 2008. Et tracé une voie dans laquelle s’engouffre aujourd’hui Apicil.

La croissance par l’épargne

Le groupe lyonnais est pris d’une boulimie de croissance externe depuis quelques années. Après la reprise de Coparc à Allianz en 2011, c’est celle d’Intervie à Humanis en 2013 qui a boosté son activité épargne individuelle (+ 50 % en 2014). Cette dynamique s’est poursuivie cette année avec l’acquisition des activités de Skandia en France et au Luxembourg. Et le coup d’après a été annoncé fin juillet, lorsque Apicil a révélé qu’il se portait acquéreur des activités françaises de Legal & General. L’opération devrait être finalisée l’an prochain. Apicil réalisera alors près de la moitié de son chiffre d’affaires en épargne (1 Md€ sur 2,2 Md€).

Reste à savoir si d’autres groupes chercheront à se développer en épargne et vie. Aucun projet n’est connu, et l’histoire récente montre qu’il n’est pas si facile de partir de zéro. Ainsi, le projet de coentreprise sur l’épargne retraite lancé en 2008 par Malakoff Médéric avec CNP Assurances avait été stoppé par l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) en 2010. Et en 2012, les deux partenaires avaient mis un terme à un projet réduit à un simple partenariat, les tests de commercialisation de produits retraite ne s’avérant pas concluants. Finalement, c’est AG2R La Mondiale qui récupère la mise, avec le partenariat en retraite supplémentaire annoncé le 1er octobre 2015 avec CNP Assurances.

Il n’empêche. Chez Malakoff Médéric aussi, la part des IP dans le chiffre d’affaires deviendra minoritaire dès l’an prochain : après la création d’une Sgam avec La Mutuelle Générale, elle ne sera plus que de 38 %. Et les rapprochements entre paritaires et mutualistes ne sont pas près de marquer le pas. Les pôles mutualistes des groupes paritaires offrent toujours aux mutuelles santé en quête de partenaires une alternative à la fusion avec d’autres mutuelles. À l’heure de Solvabilité 2, les paritaires y trouvent leur compte, comme le montre l’exemple d’AG2R La Mondiale : sur une croissance de ses fonds propres de 890 M€ en 2014, 244 M€ proviennent du rapprochement avec Viasanté et MMJ (306 M€ de chiffre d’affaires). À l’horizon 2016, la part des IP ne sera plus majoritaire que chez deux des cinq premiers groupes de protection sociale, Humanis, dont le pôle mutualiste n’a pas trouvé de nouveau souffle depuis le départ de la Mutuelle Humanis familiale (devenue M comme Mutuelle) et ProBTP, dont le chiffre d’affaires est en quasi-stagnation. Ce groupe professionnel est affecté non seulement par une conjoncture morose, mais aussi par le fort recours aux travailleurs détachés dans le bâtiment et les travaux publics.

Les regroupements s’accélèrent

À terme, rien ne semble devoir freiner cette dilution de la place des IP, sauf, provisoirement, les rapprochements entre paritaires. En 2016, on comptera un groupe de moins, suite à l’intégration de Réunica dans AG2R La Mondiale. Par ailleurs, il se chuchote dans le microcosme que Klesia aurait vocation à rejoindre Malakoff Médéric. Quant à Apicil, même s’il s’affiche jaloux de son indépendance, des liens avec Humanis (réponse commune à l’appel d’offres de l’ACS, liens au sein d’Adéis pour les branches) laissent le champ libre à toutes les spéculations. Les groupes iront-ils dans leurs activités concurrentielles jusqu’au schéma du « 3 + 1 », à savoir trois groupes interprofessionnels et un groupe professionnel, soit les quatre leaders actuels, voulu par les partenaires sociaux pour la retraite complémentaire ? La réponse dépendra en partie de la constitution ou non d’un grand ensemble professionnel autour de ProBTP. Il existe bien un projet en ce sens, connu sous le nom d’Alliance Pro. Mais Agrica a déjà fait savoir qu’il privilégiait les liens avec les acteurs de son environnement que sont Crédit agricole et Groupama. Ce qui est une autre manière de se diversifier. Quelle que soit la direction qu’ils prennent, ces mouvements n’ont pas fini d’interpeller la gouvernance paritaire.

 

 

 

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Classement 2015 des IP – GPS : Toujours plus gros et plus divers

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié