Classement Auto-MRH 2019 : les assureurs en (re)conquête

Classement Auto-MRH 2019 : les assureurs en (re)conquête
Tandis que les bancassureurs gagnent des parts de marché en auto et en MRH, compagnies et MSI (mutuelles sans intermédiaires) tentent de reconquérir la clientèle des particuliers. © gettyImages pa / Peshkova

Pour contrer l’offensive des bancassureurs, compagnies et mutuelles d’assurance dégainent l’arme tarifaire. Si les agences restent le canal historique de distribution, l’arrivée de nouveaux entrants pourrait remettre en cause l’importance des réseaux… Analyse d'Aurélie Abadie et Benjamin Chabrier.

La montée en puissance des bancassureurs est-elle inexorable sur le marché de l’assurance dommages des particuliers (auto et habitation) ? Si les assureurs traditionnels dominent encore le classement dans l’Hexagone, les filiales de groupes bancaires, dopées par l’importance de leur réseau, ne cessent de gagner des parts de marché. Depuis 2014, date de l’adoption de la loi Hamon permettant la résiliation infra-annuelle des contrats auto et MRH, la part de marché des bancassureurs est passée de 12,9 % à 14,2 %, selon le baromètre 2018 de Facts & Figures, tandis que celle des mutuelles sans intermédiaires (MSI) a reculé de 51,4 % à 51,2 % et celle des agents généraux de 21,3 % à 19,1 % !

Une offensive que les assureurs traditionnels tentent de contrer en récupérant la clientèle sur ces produits d’appel. Ainsi, après avoir mis entre parenthèses le marché des particuliers, Axa France tente de repartir en conquête avec une nouvelle offre Mon auto. Avec 30 000 contrats perdus l’an dernier tous réseaux confondus, la compagnie espère augmenter son volume d’affaires nouvelles grâce à une offre « 30 % moins chère ». Le pari : celui de la modularité.

Les évolutions en dommages

  • +2,9 % en auto par rapport à 2017
  • +2,8 % en MRH par rapport à 2017
  • 99,3 % en auto (contre 103 % en 2017)
  • 99,5 % en habitation (contre 95,8 % en 2017)
    Source : ffa, 2019

Baisse tarifaire… et après ?

« Les six formules disponibles nous permettent de moduler l’offre selon les besoins du client », détaille Cyrielle Baldo, agent général Axa à Moyeuvre-Grande (57). « Cela fait treize ans que je subis… que nous faisons face à une concurrence parfois délirante, avec des tarifications très basses sur le marché auto. Aujourd’hui, nous avons les armes pour nous défendre », confie Gilles Spieldenner, agent général Axa à Faulquemont (57). Pour séduire la clientèle, l’argument tarifaire reste encore le nerf de la guerre. « Les offres commerciales et la politique de mois gratuit sont un levier important, notamment chez les bancassureurs. Bien que les assureurs traditionnels s’en défendent, ils pratiquent sur l’assurance automobile une politique de la vache à lait, en opérant des majorations plus élevées sur le portefeuille existant afin de pratiquer un tarif inférieur à l’équilibre sur les affaires nouvelles », expli­que Cyrille Chartier-Kastler, président de Facts & Figures.

Les mutuelles sans intermédiaires jouent, quant à elles, sur la maîtrise de leurs frais généraux afin d’accroître leur compétitivité tarifaire et résister à la concurrence des bancassureurs. « Elles pratiquent des hausses tarifaires faibles en comparaison du reste du marché », observe Cyrille Chartier Kastler. Après avoir gelé leurs tarifs pendant quelques années, certaines MSI se retrouvent néanmoins confrontées à un rattrapage inévitable au vu de la dérive de la sinistralité. Mais attention « en matière tarifaire, le poison est dans la dose ! », prévient Jean-Philippe Dogneton, directeur général délégué IARD de la Macif, alors que le groupe a relevé ses tarifs au 1er avril 2019 (+ 1,8 % en auto et + 2,4 % en habitation).

Données, un bras de fer à venir

À l’heure du big data, la connaissance des clients sera demain le nerf de la guerre. Dans le cadre des discussions sur la loi d’orientation sur les mobilités (LOM), les assureurs sont ainsi engagés dans un bras de fer avec les constructeurs automobiles pour avoir accès aux données produites par les véhicules autonomes. Les banques conservent, elles, l’avantage de la connaissance des clients car elles ont accès à leurs comptes, et donc à leurs habitudes de consommation. « Les assureurs pourraient eux aussi avoir accès à ces données bancaires, et ce, sans licence bancaire, grâce à la directive services de paiement (SP2) qui permettrait de rebattre les cartes de la concurrence. Mais ce potentiel est méconnu des assureurs », explique Julien Maldonato, associé chez Deloitte.

La MRH, entre loi Hamon et Gafa

En MRH, la loi Hamon a bousculé les assureurs traditionnels. « Les bancassureurs, qui profitent de l’octroi des crédits immobiliers pour équiper leur clientèle, ont gagné des parts de marché au détriment des réseaux d’agents généraux. Pour les mutuelles sans intermédiaires, les effets de la loi Hamon sont neutres », commente Cyrille Chartier-Kastler. Là encore, la segmentation accrue des tarifs reste le levier principal. « Les compagnies et les mutuelles sans intermédiaires n’ont pas assez segmenté leurs tarifs. Les offres personnalisables avec des options restent le meilleur moyen d’afficher un prix d’appel attractif, tout en dégageant du résultat technique », explique le président de Facts & Figures.

Pour l’heure, bancassureurs et assureurs traditionnels s’appuient sur la force de leur réseau de distribution traditionnel. Selon le dernier baromètre de Deloitte, 61 % de la souscription se fait encore en agence, contre 17 % pour l’Internet fixe et 7 % pour le canal mobile. Mais l’arrivée de nouveaux entrants pourrait bousculer les habitudes de consommation. « Pensez à la puissance de distribution d’un Google, d’un Amazon ou d’un Alibaba, dont la filiale d’assurance a déjà conquis 500 millions de clients en cinq ans ! », met ainsi en garde Pascal Demurger, le directeur général de la Maif.

« Beaucoup d’assureurs traditionnels pensent encore que les outils d’achats en ligne ou les ventes en inclusion sont futuristes. Il est vrai que l’assurance directe n’a pas fonctionné en France. Mais le prochain virage, celui de la souscription en ligne, sera sévère. L’assurance n’échappera pas à ce que nous appelons la plateformisation, c’est-à-dire la consommation de biens et services en temps réel sur les grandes plateformes. Même les banques, aussi puissantes soient-elles, ne pourront pas y échapper », avertit Julien Maldonato, associé chez Deloitte. La solution réside donc dans le développement de partenariats afin d’augmenter la surface de contact avec les clients. Société générale Assurances souhaite ainsi se rapprocher des constructeurs automobiles, des fournis­seurs d’énergie ou encore des sites d’e-commerce, nous confiait son directeur général, Philippe Perret, dans une interview. Les MSI, à l’instar de Matmut avec Arval et Macif avec Leaseplan, s’associent aux acteurs de la location longue durée pour proposer une offre de financement du véhicule assurance comprise. Elles misent aussi sur les rapprochements en cours avec les groupes de protection sociale – Macif avec Aésio, et Matmut avec AG2R La Mondiale – pour exploiter de nouveaux réseaux de distribution de leurs produits IARD, tandis que la Maif lorgne du côté de Vyv, avec lequel elle souhaiterait développer « des partenariats mutuellement avantageux » en assurance dommages.

Méthodologie

  • Le Top 20 des assureurs auto est établi sur la base du chiffre d’affaires hors taxes, réalisé en France en 2018.
  • Précision : changement de périmètre cette année, le classement est établi sur le chiffre d’affaires auto intégrant les flottes et les deux-roues et hors assistance.
  • Le Top 20 des assureurs intervenant sur le marché de l’habitation des particuliers est établi sur la base du chiffre d’affaires hors taxes, réalisé en France en 2018.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 septembre 2020

ÉDITION DU 18 septembre 2020 Je consulte

Emploi

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation de deux commissaires aux comptes

Valophis Habitat OPH du Val de Marne

18 septembre

94 - VALOPHIS HABITAT

Mission de présentation des comptes annuels et mission de présentation des comptes ...

OPH Seine Ouest Habitat

18 septembre

92 - ISSY LES MOULINEAUX

Représentation en justice et conseils juridiques pour la défense des intérêts des m...

Conseil Général de la Somme

18 septembre

80 - CONSEIL DEPARTEMENTAL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Classement Auto-MRH 2019 : les assureurs en (re)conquête

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié