Classement courtiers millionnaires 2018 : vive la croissance externe !

Classement courtiers millionnaires 2018 : vive la croissance externe !

Malgré une forte concurrence qui a tiré les primes et les honoraires vers le bas, la croissance des grands cabinets de courtage généralistes a été plutôt bonne en 2017. Grâce, entre autres, à de nombreuses acquisitions. La hiérarchie, elle, est quasi inchangée.

Le changement… ça n’est pas pour maintenant ! C’est ce qui ressort de notre classement des courtiers généralistes du marché français 2018 lorsqu’on le compare avec l’édition 2017. Et pour cause, un seul changement dans le Top 10 : Filhet Allard progresse de la septième à la sixième place quand Diot régresse de la sixième à la septième place. Pas de révolution, donc.

De même, la moyenne de progression du chiffre d’affaires des cabinets du Top 10 est de 7,3 % sur l’année 2017. Un chiffre à peine inférieur à celui observé (8 %) lors de l’exercice précédent. « Tous les cabinets consentent beaucoup d’efforts pour remporter des appels d’offres. Cette concurrence tire les honoraires comme les primes d’assurance vers le bas », remarque Jean Couturié, président du directoire de Diot. Dans un tel contexte, tous les dirigeants contactés par L’Argus afin de commenter ce classement et donner leur vision du marché s’accordent pour dire que 2017 a été plutôt un bon cru.

Acquisitions au prix fort

Pour développer son activité, la croissance externe semble être devenue quasi indispensable. Ainsi, la plus forte progression de chiffre d’affaires de notre classement 2018 est à mettre au crédit de la filiale du groupe Bac, Bessan Gruson Assurances (+ 68 %), qui s’est rapproché de Kheops Assurances en 2017. Parmi les cinq premiers de notre palmarès, c’est Siaci Saint Honoré qui enregistre la plus forte progression, avec 14,4 %, qui se répartissent entre 4,4 % de croissance organique et 10 % de croissance externe. Ce qui fait parfois grincer des dents chez certains concurrents, d’aucuns dénonçant des acquisitions réalisées au prix fort. Donc surpayées. À voir. Car force est de constater que cette stratégie de croissance externe a été adoptée par de nombreux courtiers de notre classement 2018...

« La croissance externe fait partie de notre stratégie de développement et reste complémentaire de la croissance organique pour nous », reconnaît par exemple François Leduc, directeur général adjoint de Verspieren. Le troisième de notre classement a d’ailleurs acquis Yvelin, spécialisé dans l’accompagnement des collectivités et des établissements de santé, en 2017. Une manière de renforcer sa position dans le secteur de la prévoyance-santé et de la RC médicale. Et de contribuer à la croissance 2018 de Verspieren. « Pour 2018, nous tablons sur un rythme de croissance de plus de 5 %, plus soutenu qu’en 2017 », précise d’ailleurs François Leduc.

Autre manière de développer son activité dans ce contexte très concurrentiel : se positionner sur les quelques marchés où la matière assurable augmente encore… C’est le cas notamment de l’assurance affinitaire. Ainsi, la meilleure progression du Top 10, 15,2 % de croissance pour Filhet Allard, s’explique en partie par son développement en assurances de téléphonie mobile et de produits multimédias.

Plus de mouvements chez les spécialistes

Si le podium du palmarès des courtiers spécialisés du marché français reste inchangé, on observe davantage de changements dans la suite du classement que chez les généralistes. Ainsi, Sfam et SFS Europe sortent du Top 10. Spécialisé en assurance affinitaire, le premier avait enregistré 141 % de croissance entre?2015 et?2016, mais n’a pas souhaité communiquer cette année. Si le groupe a fait son entrée au capital de Fnac-Darty en février dernier, ses pratiques commerciales sont contestées par nombre de consommateurs. Et les relations entre le courtier et le conseil d’administration du distributeur sont des plus tendues. Spécialisé en assurance construction, le groupe SFS s’apprête quant à lui à négocier la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi, à la suite de la perte de son agrément de mandataire et de la mise en redressement de son actionnaire et principal porteur de risques, la compagnie d’assurances néo-zélandaise CBL. Certains profitent donc des places laissées vacantes pour progresser d’un ou deux rangs, voire faire leur retour, comme Santiane. Le cabinet spécialisé en santé-prévoyance doit ses 32,4 % de croissance au marché porteur pour la souscription en ligne et à la diversification de ses produits en tant que courtier grossiste. À l’image de Santiane, Saint Pierre Assurance, Coverlife, Magnolia Web Assurances, Suffren Assurances Associés enregistrent de fortes croissances et font leur entrée dans notre classement.

Nouveaux marchés

« C’est un marché porteur », estime Franck Allard, président du directoire du cabinet bordelais qui, pour expliquer ses bons résultats, met également en avant l’implantation locale de son entreprise. Selon lui, être basé en province présente bien des avantages. « Nos salariés rencontrent moins de difficultés de transports, nous bénéficions de loyers moins chers, nous renforçons notre attractivité pour recruter ou conserver nos salariés », insiste-t-il. À l’instar de Filhet Allard, d’autres structures ont aussi misé sur les risques affinitaires. « En 2017, nous avons acquis Avantage, spécialisé dans ce type de garanties. C’est un axe stratégique que nous comptons développer en nous appuyant sur nos clients ayant la possibilité de distribuer ces garanties auprès du grand public. Par exemple, la SNCF, Total, EDF, Engie, Accor », explique Jean Couturié. Cette activité semble d’autant plus intéressante qu’elle permet de s’appuyer sur le réseau de distribution de gros partenaires extérieurs au secteur. Autrement dit, avec un investissement modéré et une rentabilité importante, le jeu en vaut la chandelle.

De l’avis de plusieurs acteurs, le marché de l’assurance construction semble également plutôt porteur pour l’exercice en cours comme pour l’année à venir. A fortiori depuis les déboires de certains acteurs qui s’étaient spécialisés dans cette activité. D’une manière générale, « une bonne partie du chiffre d’affaires 2018 se gagne en 2017 », rappelle Gilles Bénéplanc, directeur général de Gras Savoye Willis Towers Watson France, qui est toujours solidement installé à la première place de ce palmarès.

Méthodologie

Les courtiers « généralistes » millionnaires en euros répondent à plusieurs critères de qualification, regroupés comme suit :

Critères quantitatifs : chiffre d’affaires consolidé supérieur ou égal à 1 M€. Le pourcentage de CA réalisé avec un seul client et / ou un seul fournisseur et / ou un seul produit ne doit pas être supérieur à 90 %.

Critères qualificatifs : ces courtiers travaillent en France sur au moins deux types de clientèle et / ou proposent plusieurs types de couvertures ; ils prospectent leurs clients et restent à leur contact.

La somme de ces paramètres exclut les spécialistes de ce classement.

Les courtiers spécialistes sont des cabinets qui réalisent plus de 80 % de leur activité : dans une seule ligne de produit (en IARD ou en vie) ;avec un seul type de clientèle ; dans une seule branche de risques ; dans un seul canal de distribution.

Toutefois, le fait de réaliser 100 % de son chiffre d’affaires en IARD ou en vie n’implique pas nécessairement d’être classé parmi les spécialistes, si l’on répond aux autres critères de diversité de fournisseurs, de types de clientèles (particuliers ou entreprises) ou de types de risques.

NB : Plusieurs courtiers présents lors de notre édition de 2017 n’ont pas souhaité ou pu nous répondre dans les délais. En revanche, certains cabinets absents lors de nos dernières éditions font un retour dans notre Palmarès 2018.


1. Changement de périmètre par rapport à notre édition de 2017 dû à la cession de plusieurs activités. Pour que les données soient comparables, le montant du chiffre d’affaires 2016 a été retraité. 2. Nouvelle dénomination d’Arca Patrimoine. 3. L’évolution du chiffre d’affaires s’explique par un changement de périmètre par rapport à notre édition de 2017 avec l’intégration des cabinets La Baume Linares et Septier. Par ailleurs, le courtier indique une croissance organique de + 13,4 % de son chiffre d’affaires en 2017. 4. GIE regroupant les cabinets C2P, Ilyum et Prevactis, spécialisés en assurance de personnes.

Emploi

SIACI

Gestionnaire Sinistres Construction H/F

Postuler

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Classement courtiers millionnaires 2018 : vive la croissance externe !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié