CNP Assurances, quelle nouvelle vie avec BPCE ?

CNP Assurances, quelle nouvelle vie avec BPCE ?

CNP Assurances, potentiellement privée des affaires nouvelles en assurance vie dans le réseau des Caisses d'épargne en 2016, affiche sa volonté de renégocier son partenariat avec BPCE . Car, hormis ses grands partenaires, ses marges de manoeuvre sont étroites.

Fini la crise chypriote du printemps 2013, digéré la politique de « derisking » du portefeuille après le choc des dettes souveraines en 2011, occulté les bonnes performances du Brésil... : lors de la présentation, le 20 février, des résultats 2013 de CNP Assurances, deuxième du genre pour Frédéric Lavenir, arrivé à la tête du premier assureur de personnes en France en septembre 2012, la question des accords de distribution avec BPCE a monopolisé les esprits.

La veille, lors de la présentation des résultats 2013 du groupe BPCE , François Pérol, son président du directoire, avait lui aussi évoqué son souhait d'« engager au plus vite des discussions industrielles avec la CNP autour de notre souhait stratégique de reprendre les affaires nouvelles [pour l'assurance vie des Caisses d'épargne] sur notre plate-forme assurance dès janvier 2016 », en attendant les propositions de la CNP.

Une autre place dans le puzzle

Ce n'est que le début des négociations sur le partenariat qui lie la CNP à BPCE , mais aussi à La Banque postale, et qui doit être renouvelé à compter du 1er janvier 2016. « L'histoire de la CNP avec ses partenaires se répète, observe Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Facts et Figures. Il y a toujours des menaces, des revirements au dernier moment et, au final, la conclusion sera le fruit d'une décision politique. » Il faut dire que l'écheveau est complexe, puisque la CNP est soudée aux deux grands groupes bancaires français non seulement par des accords de distribution qui font d'eux ses principaux pourvoyeurs de chiffre d'affaires (8,8 Md€ pour La Banque postale et 7,5 Md€ pour le réseau Caisse d'épargne, sur un total de 27,7 Md€ de chiffre d'affaires réalisés en 2013), mais également par des liens capitalistiques. Les deux banques détiennent en effet 36% du capital de la CNP via leur holding commun, Sopassure.

Mais cette fois, la dénonciation de l'accord de partenariat par BPCE prend un tour inédit. François Pérol a clairement affirmé la volonté d'internaliser l'assurance vie au sein de BPCE et de faire de l'assurance un enjeu stratégique pour le groupe bancaire : le chantier Assurément #2016 qui vient d'être lancé vise à créer une offre nouvelle en assurance vie et prévoyance. Preuve de cette détermination : l'arrivée, début mars, de l'actuel délégué général de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), Jean-François Lequoy, à la tête du pole assurance de Natixis, la filiale du groupe BPCE chargée d'accueillir sa plate-forme industrielle d'assurance. Et la Caisse des dépôts, qui détient 40% de la CNP, n'étant plus actionnaire des Caisses d'épargne, n'a désormais plus son mot à dire sur ses stratégies industrielles.

Alors que les négociations autour de ce nouveau partenariat vont durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois, il est difficile d'imaginer la vie de la CNP sans BPCE . Frédéric Lavenir se dit « confiant » sur les relations futures avec BPCE et imagine « un partenariat industriel et commercial renouvelé, avec davantage de plus-values », plutôt qu'un « partenariat a minima » qui ne reposerait plus que sur le stock de contrats en cours. « L'erreur serait de penser que les choix stratégiques de BPCE impliquent la disparition totale du partenariat », poursuit-il. En d'autres termes, la CNP aurait établi « différents schémas de propositions », non seulement en assurance vie, mais également pour d'autres activités, tout en refusant d'en dévoiler la teneur. On peut imaginer des packages incluant des produits de prévoyance, de l'assurance emprunteur, ou encore le nouveau contrat d'assurance vie euro-croissance. En sachant bien que l'assureur dispose aussi d'arguments, dans la mesure où il entend traiter dans la renégociation « toutes les dimensions, y compris les commissions ». En 2013, l'assureur a ainsi reversé 848 M€ de commissions à BPCE portant à la fois sur l'encours et sur la vente de nouveaux produits d'assurance.

Pour la renégociation de notre partenariat, nous sommes confiants dans une démarche industrielle et commerciale, bien meilleure qu’une approche juridique et financière.

Frédéric lavenir, directeur général de CNP Assurances

Une question de business model

En cas de partenariat « a minima » avec les Caisses d'épargne, la compagnie serait-elle pour autant déstabilisée ? Pas forcément sur le plan du profil boursier, car l'agence de notation Standard et Poor's a déjà intégré cette perte d'exclusivité dans les notes de l'assureur, qu'elle a dégradé de « A+ » à « A » en novembre 2013. Par ailleurs, l'assureur de personnes peut compter sur ses autres partenaires. En premier lieu, La Banque postale qui, avec 32 % de son chiffre d'affaires, reste son partenaire numéro un : dans ses objectifs 2014, la CNP prévoit de lancer une offre de haut de gamme. L'assureur peut également compter sur son réseau CNP Trésor (524 M€ de chiffre d'affaires en 2013), ainsi que sur d'autres partenariats en France en prévoyance ou assurance emprunteur : « CNP Assurances dispose d'un large historique de données statistiques, ce qui lui donne une capacité de segmenter et de tarifer les risques de façon beaucoup plus fine que les autres. Sa présence dans le secteur de la réassurance de mutuelles et des instituts de prévoyance lui permet de toujours bien se positionner sur les appels d'offres », selon Cyrille Chartier-Kastler.

Quant à l'international, même si l'Italie, avec Unicrédit, a renoué avec la croissance ou si le Brésil, via la société commune avec Caixa Seguros, est un pays prometteur, l'activité hors des frontières ne pèse encore que 6,6 Md€ en 2013. Elle ne saurait, à elle seule, compenser la perte de l'exclusivité avec le réseau des Caisses d'Épargne.

« Si la compagnie sait travailler avec des partenaires, elle a, en revanche, très peu accès au client final, ce qui crée une rupture dans la chaîne de valeur : la relation client est moins fluide, moins intégrée », indique Cyrille Chartier-Kastler. C'est pourtant ce modèle de « bancassurance partenariale » que défend Frédéric Lavenir, arguant de la grande « technicité » de l'assurance ou de questions de mobilisation de fonds propres. À l'inverse, François Pérol lorgne vers le modèle de bancassurance à la française, lequel prône, quant à lui, l'intégration totale de l'assurance.

OLIVIER HERBERT, ANALYSTE CRÉDIT CHEZ STANDARD AND POOR'S « L'international n'est pas suffisant pour compenser la perte de l'exclusivité avec les Caisses d'épargne »

« En novembre 2013, nous avons dégradé les notes de CNP Assurances + à A du fait de l'affaiblissement de sa position concurrentielle. L'activité l'internationale de CNP, qui est importante, notamment grâce au Brésil avec 3 Md€ de primes, ne nous semble pas suffisante pour compenser la perte de l'exclusivité de distribution avec les Caisses d'épargne en France à partir de 2016.

Toutefois, la CNP continuera à collecter des primes sur les encours collectés via le réseau des Caisses d'épargne, qui représentent environ 100 Md€. Côté profil financier, nous pensons que la solvabilité de la CNP s'est améliorée à la suite des actions stratégiques de ses dirigeants, par exemple la réduction de l'exposition du groupe à certaines dettes souveraines comme celles de l'Italie, de l'Espagne ou du Portugal. »

Résultats 2013

LA CNP RECULE ENCORE EN FRANCE

  • - 3,1% : Le recul du chiffre d'affaires France en épargne (normes IFRS) (Source : CNP)

Avec un chiffre d'affaires de 27,7 Md€, CNP Assurances affiche pour 2013 une progression d'activité de 4,6%. De son côté, le résultat net part du groupe atteint 1,03 Md€, en hausse de 8,3%. Mais ces données tiennent pour l'essentiel aux résultats de l'Amérique latine, puisque le chiffre d'affaires France s'inscrit à nouveau en retrait, plus précisément de 1,8%, à 21,09 Md€, et que l'évolution du produit net d'assurance est bien moins dynamique dans l'Hexagone (+ 2,4%) que dans le continent sud-américain (+ 7,3%).

Ce nouveau recul de l'activité tient aux mauvaises performances en retraite (- 4,2%) et, surtout, en assurance vie (- 3,1%), avec une collecte nette négative de 348M€, qui tient en fait à un fort recul dans les fonds en euro (- 771 M€). La prévoyance progresse pour sa part de 3,4%. Parmi les deux grands distributeurs de CNP Assurances, le chiffre d'affaires généré par La Banque postale chute de 8,5%, alors même que celui apporté par le réseau des Caisses d'épargne est en hausse de 7,3%.

UNE BELLE ANNÉE POUR BPCE

  • + 15% : La progression de la collecte brute en assurance vie (source : BPCE)

À l'instar du résultat global du groupe, dont le produit net bancaire progresse de 4,6% en un an, à 23 Md€, l'activité assurance de BPCE réalise de bonnes performances pour l'année 2013. Son résultat net part du groupe s'élève à 194M€, en progression de 4,1%. En assurance vie, le bancassureur affiche une collecte brute de 10,5 Md€, en croissance de 15%. Les encours, d'un montant de 153,5 Md€, font preuve d'une belle dynamique (+ 2,3%-, soit 41,8 Md€ pour le réseau Banque populaire (+ 3,2%) et 107,6 Md€ pour le réseau des Caisses d'épargne (+ 1,8%).

Concernant le volet de l'assurance dommages et de la prévoyance, les indicateurs sont également au vert, avec un chiffre d'affaires de 1,3 Md€, en hausse de 9,5%. BPCE annonce ainsi avoir atteint le cap des 4 millions de contrats pour l'ensemble du groupe, ce qui correspond à une évolution de 10%. Fait marquant, le chiffre d'affaires du portefeuille uniquement dommages enregistre une hausse de 10%, bien supérieure à celle du marché.

... Qui représente plus du quart de l’activité

Caisse d’épargne, un réseau essentiel en assurance vie...

Selon les derniers chiffres connus (2012), le réseau Caisse d’épargne fournit 42% de la collecte d’assurance vie France de la CNP. Et son poids devrait être encore renforcé en 2013, selon les premières données disponibles.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Missions d'assistance juridique.

Ville de Cluses

15 juin

74 - CLUSES

Prestations de services d'assurance.

Ville d'Evian les Bains

15 juin

74 - EVIAN LES BAINS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

CNP Assurances, quelle nouvelle vie avec BPCE ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié