[DOSSIER] CNP Assurances sous les feux de l'actualité 6/17

CNP : victime collatérale

CNP : victime collatérale

S'il est un exemple d'assureur souffrant de la crise des dettes souveraines, c'est bien CNP assurances. Il a suffi de rumeurs sur sa supposée sous-capitalisation pour que le cours de l'assureur de personnes chute en Bourse.

Moins 5,95% en une seule séance, voilà ce que l'on appelle un joli gadin boursier. Preuve de la nervosité des marchés financiers et de leurs doutes sur la capacité de l'Europe à gérer ses problèmes de dettes, il a suffi d'une petite phrase pour que le titre CNP assurances soit « massacré » le 12 juin à la Bourse de Paris. La veille, Michel Bouvard, député (UMP) de Savoie et président du conseil de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), premier actionnaire de CNP assurances avec 40% du capital, avait déclaré, lors d'une rencontre avec la presse, que l'assureur de personnes était « sous-capitalisé ». L'étincelle a suffi à embraser les marchés financiers.

Les fondamentaux sont bons...

Pourtant, le premier assureur vie français se porte... plutôt bien. « CNP assurances est solide. Le taux de couverture s'est même renforcé », souligne Antoine Lissowski, directeur général délégué de CNP assurances, chargé des finances, l'un des candidats pressentis au remplacement de Gilles Benoist à la tête de l'assureur. « Au regard des normes prudentielles de Solvabilité 1 et en intégrant les plus-values latentes, notre marge de solvabilité atteint 193% au 31 mars 2012, contre 135% au 31 décembre 2011. Hors plus-values latentes, le ratio s'élève à 113%. Soit dans la fourchette de 110 à 115% que nous nous sommes fixée et que nous respectons depuis dix ans. »

... mais ils sont trop exposés

En réalité, si le titre a été sanctionné, c'est essentiellement parce que CNP est particulièrement exposé aux emprunts d'État grecs, irlandais, portugais, espagnols et italiens. « Nous sommes dans un contexte financier très particulier, confirme Danny Jacques, analyste spécialisé dans le secteur de l'assurance chez le courtier Raymond James Euro Equities. CNP assurances détient près de 20 Md€ de dettes d'États européens dits "périphériques", qui représentent 7,4% de ses placements, dont une part pourrait devoir être dépréciée si l'un des pays de la zone euro faisait défaut. »

Comble de l'ironie : CNP assurances a sensiblement réduit son exposition sur ce type d'actifs depuis sa dégradation en janvier par l'agence de notation Standard & Poor's. Pour l'heure, les investisseurs semblent n'en avoir cure. « La déclaration de Michel Bouvard est survenue dans une période de stress, constate Nicolas Jacob, analyste financier chez Oddo Securities. J'ai bien peur que le mal soit fait. Même si CNP ne rencontre pas aujourd'hui de difficulté, le doute est là désormais. »

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 13 décembre 2019

ÉDITION DU 13 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Renouvellement des assurances de Bourg Habitat

Bourg Habitat OPHLM de Bourg en Bresse

16 décembre

01 - Bourg-en-Bresse

Marché de prestations juridiques pour les opérations immobilières et patrimoniales ...

Palais de la Découverte

15 décembre

75 - EPPDCSI - UNIVERSCIENCE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

CNP : victime collatérale

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié