Contrat de génération : la branche des sociétés d'assurances montre l'exemple

Contrat de génération : la branche des sociétés d'assurances montre l'exemple
Quatre organisations syndicales représentées (de gauche à droite) par Joël Mottier (CFE-CGC), Michel Bonneau (CGT), Gérard Amato (CFTC) et Régis Versavaud (CFDT) ont signé le premier accord de branche relatif au contrat de génération, aux côtés de Bernard Spitz (président de la FFSA) et Yves Laqueille (président de la commission sociale de la FFSA).

Les partenaires sociaux de la branche de l'assurance ont signé ce mardi un accord sur le nouveau dispostif de luttre contre le chômage, dont l'un des objectifs  est de recruter au moins 2 000 jeunes de moins de 26 ans d'ici à 2015. 

C’est fait ! Après deux mois de discussions, quatre organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CFTC et CGC) ont signé, ce mardi 23 avril, avec la FFSA et le Gema, un accord relatif au contrat de génération dans les sociétés d’assurances. « Nous sommes la première branche en France à signer un tel accord », se félicite  Bernard Spitz, président de la FFSA.

Objectif minimum : 2 000 emplois

Pour ce nouveau dispositif de lutte contre le chômage, les signataires se sont fixé le recrutement d’au moins 2 000 jeunes de moins de 26 ans en CDI d’ici au 31 décembre 2015 et le maintien dans l’emploi dans les mêmes proportions des plus de 57 ans. « Compte tenu du contexte économique difficile, c’est un objectif que nous estimons volontariste et assez réaliste », précise Yves Laqueille, président de la Commission sociale de la FFSA.  Pour autant, une clause de revoyure figure dans ce contrat, afin de revoir dans les années à venir, et si possible à la hausse, ces prévisions d’embauche.

Donner une impulsion

« Cet accord impulse une dynamique de branche et constitue pour nos PME un mode d’emploi des actions à engager  », explique Régis Versavaud, secrétaire général adjoint de la fédération CFDT banques et assurances. Car rappelons-le, le contrat de génération cible plus particulièrement les entreprises entre 50 et 300 salariés, celles-ci étant les seules concernées par les aides publiques. Concrètement, la prime forfaitaire de l’Etat s’élèvera à 4 000 € par an pendant trois années pour chaque embauche d’un moins de 26 ans et le maintien dans l’emploi d’un salarié senior. Dans la branche, selon un diagnostic réalisé par l’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance (OEMA), 10 000 personnes seraient concernées par cette mesure.

Transmission de savoirs

« Dans cet accord, figurent également des engagements en faveur de la transmission des savoirs et des compétences, ainsi que sur la mise en place d’un parcours d’accueil et d’un entretien de suivi des jeune. Pour nous, c’était en effet important  qu’en plus des objectifs de recrutements, soit inscrit dans ce texte tout un accompagnement du parcours professionnel » indique Joël Mottier, président de la fédération de l’assurance CFE-CGC. Concernant les seniors, l'accord insiste ainsi sur l’accès à la formation professionnelle, le développement de la reconnaissance des qualifications, l’aménagement des fins de carrière, ainsi que la transition entre activité et retraite. Tout un programme.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

- Travaux de rénovation du salon du Centre Culturel Jean Ferrat

Ville de Ruelle sur Touvre

24 mai

16 - Ruelle-sur-Touvre

Rectorat-Nancy-Metz-Daf-2018-Assurances.

Rectorat de l'Académie de Nancy

24 mai

54 - NANCY

Marché de conseil et d'assistance financière pour la Communauté d'agglomération de ...

Communauté d'Agglomération de Cergy Pontoise

24 mai

95 - CERGY

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Contrat de génération : la branche des sociétés d'assurances montre l'exemple

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié