Covéa a continué de gagner des parts de marché sur ses métiers historiques en 2012

Covéa a continué de gagner des parts de marché sur ses métiers historiques en 2012

Dans un contexte économique dégradé, Covéa fait de la résistance. La solidité des fondamentaux du groupe mutualiste, numéro un français en assurance dommages, lui permettent d’afficher des résultats 2012 et des ratios de solvabilité plus que corrects au regard du reste du marché.

Même dans la publication des comptes annuels, le processus d’unification engagé depuis un an par Covéa est perceptible. Signe de cette stratégie d’intégration poussée, la Société de groupe d'assurances mutuelles (Sgam) a troqué les résultats de chacune de ses trois composantes mutualistes – MMA, Maaf, et GMF – au profit d’une simple communication financière groupe. Quoi qu’il en soit, au titre de l’exercice 2012, le groupe mutualiste affiche un bilan honorable. Le chiffre d’affaires combiné progresse de 2,8% à 14,676 Md€ dont 89,5% réalisé en France, tandis que son portefeuille s’est étoffé de 138 000 nouveaux assurés (+1,3%), pour atteindre 10,9 millions de sociétaires et clients.

Les méTIERShistoriques tirent leur épingle du jeu

Incontestablement, avec une croissance affichée de 5,7% à 10,327 Md€, l’activité non vie constitue le premier - et seul - contributeur au dynamisme du groupe mutualiste en 2012. En dépit du contexte économique, Covéa continue d’engranger des parts de marché sur ses activités historiques : l’assurance automobile, le multirisque habitation et la santé. En automobile, le chiffre d’affaires France est ressorti à 3,4 Md€ (+3,4%), soit 9,3 millions de contrats signés (+1,7%). Même constat en habitation où l’activité France pèse 1,695 Md€ (+5,5%), soit 130 000 nouvelles habitations assurées. Enfin, en santé et prévoyance, le chiffre d'affaires progresse de 5,1% à 1,6 Md€, soit 52 000 bénéficiaires supplémentaire sur un total de 2,3 millions.

collecte positive en  vie

Déception en revanche pour les activités vie du groupe qui représentent près de 30% du chiffre d’affaires combiné, soit 4,3 Md€. La collecte brute enregistre une baisse de 19,2% en France, à 3,4 Md€, en partie compensée par l’augmentation de la collecte à l’international.

Point positif cependant, Covéa dégage en France une collecte nette positive de 84 M€ alors qu’elle était négative pour le reste du marché en 2012 (-3,4 Md€ selon le bilan établi par la FFSA).

Les voyants financiers au vert

Outre l’activité, le résultat net part du groupe (RNPG) bondit de 35% à 628 M€, porté des performances opérationnelles correctes (le ratio combiné se place juste au-dessous de la barre des 100%, à 99%) et par la performance des actifs. Le portefeuille de placements se compose pour l’essentiel d’obligations (77%) et d’actions à hauteur de 15% « depuis le retour de Covéa sur le marché actions début 2009 », rappelle Sophie Beuvaden, directrice générale chargée des finances.

Les fonds propres de la Sgam ressortent, quant à eux, renforcés à 9,641 Md€, en hausse de 7,1% alors que, dans le même temps, les plus values latentes ont été multipliées par deux pour atteindre 9,3 Md€. Quant à la couverture de marge de solvabilité, elle passe de 327% en 2011 à 392% en 2012, en tenant compte des plus-values latentes admissibles, soit 3,9 fois supérieure aux exigences réglementaires. Une force de frappe financière que le groupe centralise depuis début 2013 dans sa holding Covéa Coopérations, une société anonyme intermédiaire entre les mutuelles de tête et les sociétés opérationnelles.

Aquisitions opportunistes

De quoi mettre la structure en ordre de marche en vue d’éventuelles opérations de croissance externe. « En matière d’acquisitions, notre démarche est totalement opportuniste. Nous ne nous fixons aucun objectif ni en termes d’activités, ni d’un point de vue géographique », souligne Thierry Derez, PDG de Covéa. Et d’ajouter : « Notre groupe doit, pour ses croissances internationales, plutôt s’orienter vers des marchés où la culture assurantielle est compatible et intelligible par rapport à ce que nous faisons en France. En creux, Covéa n’a pas besoin de se rendre sur les marchés émergents. »

Préparer l’entrée de SMI

Concernant ses perspectives pour l’exercice en cours, Covéa a indiqué se préparer à l'accueil de la mutuelle SMI dont l’adhésion devrait être effective fin juin. Cette dernière réalise l’essentiel de son activité en complémentaire santé collective (159 M€ sur un total de 206 M€ de cotisations). Au sein de Covéa, SMI sera appelée à coopérer avec l’Apgis (349 M€ de cotisations dont 279 M€ en complémentaire santé), une institution de prévoyance qui avait rejoint la Sgam en 2011.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 03 avril 2020

ÉDITION DU 03 avril 2020 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

Futur Associé H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de services d'assurance construction.

Sud Massif Central Habitat

04 avril

12 - ST AFFRIQUE

Marché de services d'assurance construction.

Lozère Habitations

04 avril

48 - MENDE

Prestations d'Assurances pour l'OPH CAPA - LOT DOMMAGE AUX BIENS.

OPH de la Communauté d'Agglomération du Pays Ajaccien

04 avril

20 - AJACCIO

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Covéa a continué de gagner des parts de marché sur ses métiers historiques en 2012

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié