Des hausses qui font des bas

Les performances commerciales des acteurs de l'assurance automobile et habitation se répètent d'une année à l'autre. À quelques exceptions près. À l'avenir, la résiliation infra-annuelle pourrait changer la donne.

On prend les mêmes et on recommence. La photographie 2013 des marchés de l'assurance automobile et de l'assurance habitation, qui pèsent respectivement 19,7 Md€ (+1,1%) et 9,2 Md€ (+3,9%), présente peu de différence avec celle de l'année précédente.

Les bancassureurs enregistrent à nouveau les meilleures performances en termes de croissance de chiffre d'affaires ainsi que de développement de portefeuilles. Et hormis quelques mouvements au-delà de la 14e place, parmi lesquels l'entrée de La Banque Postale dans le top 20 de l'assurance habitation et la sortie d'Aréas Assurances de ce même classement, les positions des principaux acteurs n'évoluent pas. Sur des marchés où la conquête de nouveaux clients s'avère difficile, la matière assurable augmentant peu, deux types d'acteurs se distinguent : les offensifs qui tablent sur un gel des tarifs ou en tout cas des hausses modérées pour grignoter des parts de marché et les prudents qui pour améliorer leur rentabilité ou revenir à l'équilibre appliquent des majorations plus importantes, voire font le tri dans leur portefeuille.

La photographie 2014 sera probablement assez similaire. Quelles que soit les stratégies mises en oeuvre - offensive, prudente ou conjugaison des deux -, leurs répercussions ne s'avèrent perceptibles que dans la durée.

Un effort de fidélisation

En revanche, la résiliation infra-annuelle, quand celle-ci entrera en vigueur, pourrait rebattre les cartes. L'argument prix sera sans nul doute décisif pour attirer des assurés en quête de changements, mais ne suffira pas pour autant. Fidéliser ces nouveaux clients passera aussi par des offres et des prestations de qualité, en cas de sinistres notamment...

LES TOP

  • La Banque Postale IARD

Plusieurs bancassureurs historiques à l'instar du Crédit Mutuel ou du Crédit Agricole atteignent des taux d'équipement de leur clientèle confortables. Pour eux, l'acquisition des clients supplémentaires deviendra plus difficile à la différence de La Banque Postale IARD dont l'arrivée sur le marché est récente (décembre 2010). Ce qui explique son entrée dans le top 20 habitation avec 385 643 contrats en portefeuille (+61,9%).

Revers de la médaille, les frais de gestion du secteur assurance de La Banque Postale s'envolent de près de 11%, « sous l'effet de l'accompagnement de la montée en puissance de l'assurance IARD, nécessitant un renforcement des équipes et d'importants développements informatiques », peut-on lire dans le rapport annuel. Le bancassureur travaille à une meilleure maîtrise de ces frais.

  • Allianz France

L’effet Gan Eurocourtage joue encore pour Allianz France en 2013. L’intégration au 1er octobre 2012 des portefeuilles IARD rachetés à Groupama explique en grande partie les hausses de chiffre d’affaires enregistrées en auto (+6,1%) et en habitation (+9,7%). À périmètre comparable, l’activité progresse de 1,8% en automobile et de 3,7% en IARD des particuliers (MRH pour l’essentiel).

L’assureur qui s’est fixé pour 2012-2015 de consolider ses positions sur le marché des particuliers affiche de moins bonnes performances qu’en 2012 en nombre de contrats.  

 

  • Covéa

Covéa (Maaf, MMA et GMF) accélère sa dynamique en termes de croissance nette de contrats auto avec un peu plus de 170 000 affaires nouvelles, soit la meilleure production du top 20, grâce notamment à sa campagne promotionnelle « Maaf Power ». Quitte à sacrifier quelques points de croissance du chiffre d’affaires auto (+ 0,6 % avec Maaf Power, + 3 % hors Maaf Power).

En 2015, le groupe mutualiste Covéa a décidé de poursuivre cette stratégie de gel tarifaire à l’ensemble des contrats auto Maaf mais pas de « ristourne » appliquée aux nouveaux clients. Une politique qui devrait préserver ainsi le chiffre d’affaires et limiter l’ampleur des affaires nouvelles.  

LES FLOP

Matmut
Depuis deux ans, le groupe Matmut est confronté à une érosion de son portefeuille auto. Après un repli de 0,4 % en 2012, la mutuelle rouennaise accuse une nouvelle baisse de 1% en 2013, soit une perte cumulée de 34 364 contrats. En conséquence de quoi, le chiffre d'affaires auto, qui, pour autant, représente la moitié de l'activité de Matmut, s'effrite de 0,2 % à 902 M€.

Conscient que « l'environnement sur ce marché est très peu favorable », le groupe considère qu'une « bonne maîtrise de la souscription est essentielle » comme en témoigne le lancement début octobre d'une gamme pour les budgets serrés. Le gel des tarifs auto et habitation décidé pour 2015 s'inscrit ainsi à rebours des principaux acteurs du marché. En particulier en MRH où des corrections tarifaires de +3 à +5% ne sont pas à exclure.

Generali France
Les mesures de redressement pénalisent Generali France. Malgré les hausses de tarifs qui ont suscité la grogne des agents généraux, Generali France accuse, comme en 2012, une baisse de chiffre d’affaires en automobile mais aussi en MRH. Celles-ci n’ont pas permis de compenser les effets d’une sélection des risques plus drastique et les pertes de clients.

« Les mesures de redressement techniques sont derrière nous », indiquait début 2014 le directeur général de l’assureur, Éric Lombard. Mais au 30 juin, le chiffre d’affaires en automobile (tous types de clients confondus) accusait une baisse de 9 % et le ratio combiné de la branche dommages ne s’était pas amélioré.  

Aréas Assurances
Aréas Assurances sort du top 20 de l’assurance habitation. Avec un chiffre d’affaires de 50,4 M€, pourtant quasi stable par rapport à 2012, Aréas Assurances est relégué à la 21e place du fait de la percée de La Banque Postale. En automobile, les indicateurs sont en baisse comme en 2012. Ces contre-performances s’expliquent par la poursuite du plan d’action centré sur l’amélioration de la rentabilité en assurance dommages, d’où une baisse de chiffres d’affaires de 2,7% dans cette branche en 2013.

Dans son rapport annuel, la société d’assurance mutuelle indique avoir enregistré, grâce à une sélection plus fine des risques, une diminution de la sinistralité.  

CYRILLE CHARTIER-KASTLER, PRÉSIDENT DE FACTS et FIGURES « La bancassurance continue à prendre des parts de marché en dommages mais le rythme ralentit »

  • Dans le contexte de la loi Hamon, les bancassureurs pourront-ils maintenir leur dynamique de développement durablement ?
La difficulté des bancassureurs en dommages de particuliers réside essentiellement dans la tenue des taux de chute élevés de contrat. Ils se situent entre 16 et 25% selon les réseaux et la qualité des ventes réalisées. Les bancassureurs ont peu progressé sur ce plan au cours de ces dernières années. Ces taux de chute élevés sont dus à la scission entre des chargés de clientèle bancaires qui vendent d'une part et une gestion (tant administrative que sinistres) via des plates-formes d'autre part. Selon nos estimations, la bancassurance dommages maintient sa part de marché dans la production nette en automobile [NDLR : équivalent affaires nouvelles] à environ 39% et en habitation à environ 54%. La bancassurance va continuer à prendre des parts de marché en dommages, mais en ralentissant progressivement son rythme.
  • Les stratégies tarifaires axées sur un gel des tarifs ou des hausses modestes ne risquent-elles pas de pénaliser les assureurs au plan technique ?
Les hausses limitées de tarifs sont une preuve de pragmatisme. Au cours des années précédentes, les hausses annoncées ne sont pas passées auprès des clients et les réseaux ont du re-souscrire à la baisse plusieurs affaires. La valeur ajoutée correspondante est nulle. Tant les compagnies que leurs réseaux y ont perdu du temps, de l'argent et de l'énergie. La seule issue pour préserver les marges techniques est d'envisager un allégement en garanties (ou en services) de certains contrats, voire de l'introduction (ou de la révision à la hausse) de franchises sur certaines garanties. Certains opérateurs étaient allés beaucoup trop loin en termes d'enrichissement de leurs contrats au cours de la dernière décennie, sans que leurs clients ne leur demandent rien d'ailleurs.

PROPOS RECUEILLIS PAR SÉBASTIEN ACEDO

MÉTHODOLOGIE

Pour établir les classements des vingt premiers assureurs intervenant sur les marchés de l'assurance auto et de l'habitation des particuliers, L'Argus de l'assurance a adressé un questionnaire aux 25 principaux acteurs exerçant sur ces segments. Parmi eux, 22 ont répondu, dont ACMN IARD, absent du top 20 auto et MRH, et La Banque postale Assurances IARD, qui fait son retour dans le top 20 MRH, mais qui est absente du top 20 auto. Les classements sont établis sur la base du chiffre d'affaires réalisé en France en 2013.


Le top 5 du nombre de contrats en portefeuille

1. Hors flottes, hors deux-roues. NB : Generali et le groupe Maif n’ont pas renseigné cet item.

Le top 5 des affaires nouvelles

1. Pour la période 2013. NB : La Banque postale Assurances IARD (absente du top 20 et susceptible d’intégrer ce top 5), Generali, la Macif, le groupe Maif et le groupe Matmut n’ont pas renseigné cet item.

Le top 5 des plus fortes progressions du CA

NB : La Banque postale Assurances IARD est absente du top 20, mais présente dans ce top 5.

Le top 20 des assureurs habitation 2014 (Chiffres France 2013, en M€)

Le top 5 du nombre de contrat

NB : Groupe Maif et Generali n’ont pas répondu sur cet item.

Le top 5 des affaires nouvelles

1. Pour la période 2013. 2. Hors ACMN IARD. NB : les groupes Generali, Macif, Maif et Matmut n’ont pas répondu sur cet item.

Le top 5 des plus fortes progressions du CA


Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché public de prestation de services en assurances.

Ville de St Mandé

21 juillet

94 - ST MANDE

Prestations de services d'enrichissement de portefeuilles d'investissements pour le...

FGA Fonds de Garantie des Assurances

21 juillet

94 - VINCENNES

Marché de service relatif à la prestation d'assurance..

Ville de St Dié des Vosges

21 juillet

88 - ST DIE DES VOSGES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Des hausses qui font des bas

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié