Des renouvellements plus ajustés

Des renouvellements plus ajustés
SOURCE DES GRAPHIQUES : MARSH-GUY CARPENTER
Alors que les assureurs, affectés par une impressionnante série d'événements naturels depuis le début de l'année, augmentent le coût du risque, les grandes entreprises ajustent leur couverture pour tenter d'échapper à la hausse des tarifs.

Tremblements de terre en Nouvelle-Zélande et au Japon, inondations en Australie, série de tornades aux États-Unis... « Le premier semestre 2011 enregistre la plus lourde sinistralité des vingt dernières années en événements naturels », constate Stanislas Chapron, président du directoire de Marsh. Et encore n'est-on qu'à mi-parcours, la saison des ouragans aux États-Unis n'ayant même pas commencé. « Même si l'on ne déplore plus de sinistre majeur d'ici à la fin de l'exercice, 2011 restera une mauvaise année pour l'assurance des grands risques », remarque Thierry Van Santen, directeur général d'AGCS France.

Quelles ont été les suites de cette impressionnante série de sinistres majeurs sur les renouvellements des grands risques intervenus depuis ? « Sans parler d'un retournement de marché comme en 2001, il est clair que cette série noire a des conséquences », indique Philippe Maraux, directeur dommages chez Marsh. Pour les grandes entreprises présentes à l'international, les catastrophes naturelles survenues dans différentes régions du monde entraînent la hausse des tarifs. « Le prix des programmes cat' nat' augmente de 15 à 50%, et les renouvellements des affaires exposées aux événements naturels ou sinistrées sont beaucoup plus délicats à boucler », résume Philippe Maraux.

Les limites s'effondrent

Paradoxalement, les capacités financières disponibles pour couvrir les risques cat' nat' restent du même ordre qu'au 1er janvier, y compris pour le risque tremblement de terre au Japon ou en Californie. « La stratégie de souscription et les capacités dédiées aux risques naturels n'ont pas changé chez Zurich », confirme Paolo Ribotta, patron de l'entité française. La véritable évolution concerne le prix unitaire de cette capacité, qui reçoit un sérieux coup de bambou. « Quand vous obteniez 200 M€ de limites sur le marché, aujourd'hui, les courtiers n'obtiennent parfois plus que 80 M€ pour le même tarif », résume le directeur IARD d'Axa CS, Philippe Jouvelot.

Si la tendance au renchérissement de la garantie cat' nat' est la même chez tous les assureurs, les réactions des porteurs de risques divergent. « Le mouvement n'est pas complètement cohérent d'un assureur à l'autre », confirme Philippe Maraux. Mapfre Global Risks, Infrassure et Torus restent agressifs en dommages, mais leur taille sur le marché français les empêche de véritablement influer sur le cycle tarifaire. « À l'exception des garanties événements naturels, le reste du marché IARD n'est pas à la hausse », explique Philippe Jouvelot. Même HDI, très présent ces derniers mois en dommages auprès des grands groupes industriels français, aurait levé le pied, en attendant la tendance des renouvellements des traités de réassurance cat' nat'. Une tendance à la hausse (15%) mettrait tout le monde d'accord. Les très rares traités du marché français à se renouveler au 1er juillet sont suivis de près par les assureurs.

Les coûts assurés cumulés des cat' nat' du premier semestre représentent 53 Md$. À comparer aux trois ouragans Rita, Wilma et Katrina en 2005.

La part prise par le marché international dans la catastrophe japonaise (30%) ne dépasse pas la moitié de sa plus faible contribution des dix ans écoulés (60% pour Katrina) et équivaut à la prise en charge par l'État japonais (26%).

La durée placée sous surveillance

En attendant de savoir à quelle sauce les assureurs directs vont être mangés par les réassureurs, le cycle tarifaire semble bel et bien en passe de se retourner. « Les assureurs capables d'accompagner les grands risques à travers le monde sont moins d'une dizaine. Actuellement, tous durcissent leur position. Résultat : le marché est sous tension. Un bon indicateur de cette tension concerne les difficultés à obtenir des contrats de durée aux conditions tarifaires ou de rétentions existantes », remarque ainsi Laurent Belhout, chez Aon France.

Si, sur les lignes financières, la construction ou le transport, la compétition reste vive entre assureurs, en RC, la tendance est à la stabilité tarifaire. Les contrats de durée sont effectivement difficiles à obtenir. « Seuls les événements naturels ou une accumulation très importante de sinistres sont susceptibles de retourner le marché. Si ce n'est pas encore le cas, les assureurs redoublent de vigilance pour souscrire et ne s'engagent plus qu'au compte-gouttes sur des contrats de durée », confirme Hervé Houdard, directeur général de Siaci-Saint-Honoré. D'autant que d'autres sujets, Solvabilité 2 et la crise des dettes souveraines dans la zone euro, notamment, préoccupent au moins autant les assureurs grands risques que les cat' nat'.

Comment les risk-managers et leurs courtiers contrent-ils ce mouvement ? Réponse unanime des acteurs interrogés : il faut « laisser du temps à la négociation avec les assureurs et, surtout, accentuer l'analyse des risques de chaque entreprise ». Un constat largement partagé, qui concerne tant les pertes d'exploitation liées aux carences fournisseurs, et portées sur le devant de la scène lors de la catastrophe du 11 mars au Japon, que les montants de garantie cat' acquis. « Un dialogue constructif avec les assurés est renoué. La période d'achat massif de capacités cat' sous-tarifées est révolue. Le renchérissement de ces couvertures amène les entreprises à aller plus au fond de leur analyse des risques », conclut Paolo Ribotta.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services en assurances.

Ville de Caluire et Cuire

19 mai

69 - CALUIRE ET CUIRE

Prestations de service d'assurances diverses

Ville de St Gervais les Bains

19 mai

74 - ST GERVAIS LES BAINS

Prestations d'assurance.

Centre hospitalier Pierre Oudot

19 mai

38 - BOURGOIN JALLIEU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Des renouvellements plus ajustés

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié