Groupama : le calendrier et les départs s’accélèrent

Groupama : le calendrier  et les départs s’accélèrent

Selon nos informations, un comité exécutif de l’assureur vert devrait se réunir cette semaine pour décider si le groupe, en proie à une situation financière dégradée, va procéder à des cessions d’actifs. Plusieurs options seraient sur la table.

On devrait en savoir un peu plus cette semaine sur le feuilleton Groupama. Selon nos informations, un comité exécutif devrait se réunir cette semaine pour décider quels actifs le groupe, qui connait des difficultés financières, pourrait vendre. Plusieurs options seraient envisagées. La vente des filiales étrangères, à un moment évoquée, ne semble pas tenir la route. Elles-mêmes en mauvaise passe, elles risqueraient de ne pas trouver preneur ou alors, à moindre prix.

Sacrée pépite

La cession de Gan Eurocoutarge semble plus crédible. En dépit des dénégations de Thierry Martel, le successeur de Jean Azéma à la tête de Groupama, la filiale de courtage serait bien en vente, d’après certaines sources. « Gan Eurocourtage constitue un actif intéressant pour un large panel d'acteurs y compris des opérateurs étrangers qui voudraient s’implanter en France », analyse Cyrille Chartier-Kastler, président de Facts & Figures. Toutefois, d’autres voix au sein de l’assureur vert militeraient pour un maintien dans le giron du groupe de cette « pépite ». D’autant que l’Autorité des marchés financiers (ACP) veillerait à ce que Groupama ne se déleste pas de ses actifs les plus rentables.

Réseau intéressant

Gan Assurances serait également dans la balance. La banque Morgan Stanley aurait été mandatée pour trouver des repreneurs, selon Les Echos. « De mon point de vue, l’acquisition de Gan Assurances n’aurait de sens que dans l’optique d’une fusion avec un autre réseau d’agents généraux dans une logique d’amortissement des coûts et d’atteinte d’une taille critique, estime Cyrille Chartier-Kastler. Le réseau Gan Assurances composé d’un millier d’agents généraux pourrait être intéressant pour des opérateurs disposant d’un réseau de taille moyenne comme Generali, Swiss Life ou Aviva. Une reprise par des compagnies dotées de réseaux plus importants (Axa, Allianz ou MMA) me semble moins probable. »

Les réassureurs à la rescousse

Autre piste évoquée : les pouvoirs publics auraient demandé à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) de voler au secours de Groupama. Mais après le sauvetage de Dexia, la CDC ne serait pas franchement ravie de devoir remettre la main au portefeuille. Enfin, Groupama pourrait faire appel à l’aide de réassureurs. Pour assouvir ses besoins en fonds propres, l'assureur aurait établi des « contacts informels » avec notamment les réassureurs Swiss Re et Munich Re, et avec la holding du milliardaire américain Warren Buffet, Berkshire Hathaway, d'après Les Echos. « Je pense que c'est une excellente idée. Car il importe de se donner du temps pour prendre des décisions plus douloureuses », estime Helman Le Pas de Sécheval.

Passif assumé

Le directeur général de Groupama Centre Atlantique, dont le nom avait circulé pour remplacer Jean Azéma après son éviction, vient d’annoncer à son tour son départ. «Je suis dans le groupe depuis 10 ans. J'ai assumé pendant 8 ans la fonction de directeur financier du groupe avant de prendre début 2010 la direction générale de la caisse régionale Groupama Centre Atlantique. J'ai accompagné et validé toute la stratégie déployée pendant ces 10 ans», reconnait-il avant d'ajouter, : «J'estime aujourd'hui ne plus être en phase avec les décisions qui sont prises. J'ai pensé que l'intérêt supérieur de ma caisse régionale justifiait mon départ, qu'il était important de laisser la place à quelqu'un qui n'aurait pas le passé que je pouvais avoir. Je pense qu'il y a des hommes pour tout : des hommes pour développer et des hommes pour gérer des situations de crise. Je n'était plus en accord complet avec ce qui se dessine. Il fallait en tirer les conséquences

Hémorragie dans l'exécutif

Mais Helman Le Pas de Sécheval n'est pas le seul membre de l'ancienne équipe de Jean Azéma à quitter Groupama. La directrice de la communciation, Frédérique Granado, devrait également partir le 31 décembre prochain. Selon la CFTC Groupama, la directrice des ressources humaines, Isabelle Calvez, serait aussi sur le point de s'en aller. « Son départ a été officialisé en interne», assure un représentant du syndicat, qui évoque aussi la démission de Michel Baylet de son mandat de vice-président de la Fédération nationale Groupama. Autant de mouvements qui semblent marquer véritablement la fin de l'ère Azéma.

La rédaction


Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations bancaires pour la gestion quotidienne des opérations bancaires et compt...

Office Public de l'Habitat (OPH) de Vitry-sur-Seine

21 septembre

94 - Vitry-sur-Seine

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Groupama : le calendrier et les départs s’accélèrent

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié