Hausse des tarifs des assurances : silence radio de la profession

Hausse des tarifs des assurances : silence radio de la profession

Suite aux déclarations de Christine Lagarde le 14 décembre concernant les hausses de tarifs des assureurs en auto et habitation, ni le Gema, ni la FFSA, ni l’ACP n’ont souhaité apporté de commentaire.

Trois jours après la demande d’audit de la Ministre de l’Economie, c’est toujours le silence radio de la part de la profession. Ni le Gema, ni la FFSA, ni l’ACP que nous avons joints par téléphone n’ont souhaité apporter leur éclairage. Mais une chose est sure : même si les hausses de tarifs en auto et en habitation paraissent plutôt modérées (3% et 5% respectivement en moyenne), la pilule est mal passée. « On trouve que c’est complètement exorbitant quand on met ça face à l’évolution de pouvoir d’achat des gens », a ainsi déclaré à l’AFP la présidente de CLCV (Consommation, logement et cadre de vie). Le fait est que ces hausses interviennent après des années de cycle baissier, notamment en auto, années pendant lesquelles les assureurs ont pris le risque d’obérer leur rentabilité afin de gagner des parts de marché…. L’équation, hormis la récurrence des évènements climatiques, semble ne plus pouvoir tenir.

Une équation difficile à tenir

C’est d’ailleurs ce que Moody’s est venue confirmer dans sa dernière étude sectorielle en laissant inchangée la perspective négative sur le secteur. Selon l’agence de notation, les hausses de tarifs déjà initiées en 2010 sont même insuffisantes. Un avis partagé par un assureur : « Nous n’avons rien à cacher, nous sommes soumis à l’autorité de contrôle prudentiel qui a tous les éléments en main concernant la sinistralité. Certes, augmenter les tarifs est une mesure qui n’est socialement pas plaisante. Mais les déclarations de Christine Lagarde relèvent d’une volonté médiatique et politique ».

Mieux sélectionner les risques

D’ailleurs, Jean-Philippe Thierry lui-même déclarait au Figaro début décembre que « les assureurs doivent rétablir absolument leurs marges ». Le vice-président de l’ACP avait notamment insisté sur « les résultats techniques insatisfaisants des assureurs ». Certes, la hausse des tarifs n’est qu’un des leviers à la portée des assureurs pour rétablir leurs marges…. Mieux sélectionner les risques fait également partie des recettes. Mais la sinistralité qui n’est répercutée que partiellement sur ces hausses semble les rendre inéluctables.

Floriane Bozzo

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 15 juillet 2022

ÉDITION DU 15 juillet 2022 Je consulte

Emploi

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

CABINET SCHÜLLER & SCHÜLLER

MANDATAIRES D’INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Hausse des tarifs des assurances : silence radio de la profession

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié