L'ACP livre son premier bilan

L'ACP livre son premier bilan
Portée sur les fonts baptismaux il y a tout juste un an, l’Autorité de contrôle prudentiel, qui englobe désormais le contrôle des assurances et des banques, dresse un état des lieux satisfait de son premier exercice. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l’Autorité, pointe néanmoins des motifs de "vigilance" pour les prochains mois.

« Symbole de la fusion réussie des autorités précédentes », selon le gouverneur de la Banque de France et président de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) Christian Noyer, le premier rapport d’activités de l’ACP dresse un état des lieux globalement positif de la situation des acteurs. Du fait de l’amélioration de la conjoncture économique par rapport à 2009, les «groupes bancaires et assurantiels français affichent des résultats satisfaisants et consolident ainsi leur assise financière ». Cela dit, cet optimisme mérite d’être nuancé côté assurance, à la lumière du peu d’éléments aujourd’hui exploités par l’ACP, qui n’a pu se baser que sur les résultats publiés par 4 groupes (Axa, CNP, BNP Paribas Assurance et GCA Assurance). Sur ce panel, relève néanmoins l’ACP, le chiffre d’affaires progresse de près de 5% et le résultat net - hors exceptionnels - de plus de 20%. Mais la sinistralité a bien sûr pesé sur la rentabilité. Quant aux marges de solvabilité, elles ont connu des « évolutions contrastées » mais ont globalement enregistré des hausses significatives en 2010.
Sans surprise, l’Autorité a une nouvelle fois constaté la diminution côté assurances du nombre d’organismes soumis à son contrôle, passés de 1 268 en 2009 à 1 129 en 2010, du fait essentiellement des manœuvres à l’œuvre chez les mutuelles Livre II de la Mutualité. Tout en soulignant les évolutions très importantes en cours au niveau de la réglementation – en particulier Bâle 3 côté bancaire et Solvabilité 2 côté assurance, pour lesquelles l’ACP déploie d’importants moyens afin d’accompagner les organismes -, qui vont nécessiter de la part de tous une réelle mobilisation, le gouverneur de la Banque de France a aussi voulu attirer l’attention des banquiers et des assureurs sur la « persistance de sources d’instabilité potentielles », telle que la volatilité accrue des marchés, un environnement de taux longs bas sur une longue période qui pourrait fragiliser l’assurance vie, ou encore l’inflation des coûts des sinistres en non-vie. Afin de surmonter toutes ces menaces, sous l’œil très vigilant de l’ACP, « les établissements bancaires et d’assurance vont devoir maintenir une gestion rigoureuse de leurs risques. Ce qui passe par la définition ou la poursuite d’une politique de tolérance aux risques appropriée», a prévenu Christian Noyer. 

Catherine Dufrêne

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché public de prestation de services en assurances.

Ville de St Mandé

21 juillet

94 - ST MANDE

Prestations de services d'enrichissement de portefeuilles d'investissements pour le...

FGA Fonds de Garantie des Assurances

21 juillet

94 - VINCENNES

Marché de service relatif à la prestation d'assurance..

Ville de St Dié des Vosges

21 juillet

88 - ST DIE DES VOSGES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L'ACP livre son premier bilan

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié