La diversification, ingrédient essentiel de la croissance ?

Encore très dépendants de l’assurance vie, les bancassureurs sont contraints de faire évoluer leur mix produits, taux bas obligent. Toujours très actifs sur l’assurance de dommages, où ils continuent à afficher des croissances supérieures au marché, ils mettent aussi les gaz sur les activités de protection.

La course pour la première place se confirme d’année en année ! Si CNP Assurances se positionnait en tête de notre classement des bancassureurs l’an dernier, c’est Crédit agricole Assurances qui reprend cette année l’avantage, fort d’un chiffre d’affaires en progression de 7,3 %, à 25,5 Md€, contre une progression de 1,1 % pour CNP. Il faut dire que l’assureur vert est sur tous les fronts. Historiquement bien implanté en assurance vie comme en dommages, Crédit agricole Assurances s’est aussi lancé dans la bataille de l’ANI avec une offre santé collective à destination des TPE/PME.

Des segments qui ont le vent en poupe

En effet, les bancassureurs l’ont aujourd’hui bien compris, l’avenir est à la diversification tous azimuts. En premier lieu sur le dommage, où la plupart des acteurs affichent des dynamiques commerciales fortes, et supérieures à celle du marché. La Banque postale assurances IARD enregistre ainsi une hausse de son chiffre d’affaires de 30,9 % en MRH et de 24,3 % en automobile. Pour Société générale Insurance, qui regroupe les filiales Sogecap et Sogessur, la progression en MRH est de 11,7 % et Natixis Assurances affiche +14 % de chiffre d’affaires en assurance auto. « Les acteurs qui ont fait le choix d’un modèle de bancassurance intégré en dommages, comme le Crédit mutuel ou le Crédit agricole, montrent de meilleurs résultats que les autres dont la chaîne de valeur n’est pas totalement sans rupture », explique Cyrille Chartier-Kastler, président de Facts & Figures (conseil en stratégie et en management spécialisé sur l’assurance et la protection sociale).

Autre segment ayant le vent en poupe, les activités dites de protection, à savoir la prévoyance, la santé, et l’emprunteur sur lesquelles beaucoup d’acteurs tentent de réorienter leur mix business. Ce qui explique que cette année des acteurs comme Prepar-Vie (filiale assurance vie de la BRED Banque populaire), ACMN IARD ou encore Suravenir Assurances souhaitent faire leur apparition dans notre classement au titre de la prévoyance. C’est aussi la démarche conduite par l’ex-numéro un CNP Assurances, qui défend depuis plusieurs années le rééquilibrage de son modèle économique vers des activités à plus forte marge. Pour autant, l’assurance vie reste bel et bien leur coeur de métier. Ce segment pèse en moyenne 85 % dans le résultat des bancassureurs qui ont oeuvré en 2015 à réorienter l’épargne qui leur était confiée vers les unités de compte, avec succès, comme le montre notre classement p. 13. Mais cette tendance pourra-elle durer ? Certains ont déjà des doutes. Comme le relève Cyrille Chartier-Kastler : « L’année 2015 a été une très bonne année au niveau de la collecte en unités de compte, mais tout laisse à penser que ça ne sera pas forcément le cas en 2016. En effet, les Français ayant la fâcheuse tendance à acheter au son du clairon, la baisse de la collecte du taux d’UC commence à se faire sentir depuis l’automne dernier ».

Des activités stratégiques

De nouveaux leviers de développement sont à prévoir et pourraient faire bouger notre classement l’année prochaine. Reste que pour les groupes bancaires, cette croissance des activités assurances est une aubaine. Au niveau des réseaux bancaires, en effet, les leviers de croissance se font rares. « Avec la baisse des taux, les revenus liés au crédit sont en baisse dans les réseaux bancaires, ce qui pèse sur leurs résultats. C’est pourquoi les activités assurances et les commissions qui y sont attachées, deviennent de plus en plus stratégiques pour eux », explique Cyrille Chartier-Kastler. En moyenne, les activités assurances sont rentables et contribuent entre 10 % (La Banque postale, Société générale) et 20 % (Crédit agricole, BNP Paribas) aux résultats de leurs groupes bancaires d’appartenance, pour des contributions aux revenus bien inférieurs (3 % chez LBP et SG, et 7,8 % chez Crédit agricole).

Méthodologie

  • Le classement des bancassureurs est établi sur la base du chiffre d’affaires assurance, c’est-à-dire le volume des primes encaissées par l’organisme assureur principalement via le réseau du ou des groupes bancaires.
  • Pour tous les indicateurs, le périmètre retenu est celui de l’activité exercée en France en 2015.

Panorama de l’activité en assurance de personnes

Tirée principalement par l’assurance vie, dont les bancassureurs restent encore très dépendants, l’activité assurance de personnes affiche encore en 2015 une belle dynamique. Avec 24 Md€ de chiffre d’affaires, CNP Assurances conserve sur ce segment la tête du classement, talonné d’assez près par Crédit agricole Assurances (20,9 Md€), et suivi de BNP Paribas Cardif, loin derrière à 11,3 Md€. Il faut réaliser près de 8 Md€ de chiffre d’affaires pour figurer dans le Top 5, ce à quoi parviennent Société générale Insurance et le groupe des Assurances du Crédit mutuel. Affichant parmi les plus fortes croissances de ce segment, Suravenir et Natixis Assurances commencent à rattraper leur retard, lié à une présence plus récente. À noter l’élargissement du classement cette année à des acteurs de taille plus modeste.

Classements en assurance vie, emprunteur et prévoyance

  • En assurance vie, les bancassureurs affichent cette année encore de belles performances. Alors qu’ils gèrent toujours le plus gros de l’encours de l’assurance vie en France, ils ont profité cette année du rebond de la collecte en unités de compte. Il faut dire que ces acteurs déjà moins généreux en termes de rémunération des contrats d’assurance vie, ont encore baissé plus drastiquement les rendements des fonds en euros de leurs contrats pour pousser la collecte en unités de compte. L’objectif encore une fois étant de ne pas trop diluer les portefeuilles soumis aux taux bas du marché.
  • En assurance emprunteur, les lignes ont peu bougé, d’ailleurs, le Top 5 est identique à l’an dernier. De fait, la loi Hamon permettant de résilier son assurance emprunteur dans l’année suivant l’offre de prêt a été assez peu mise en œuvre par les assurés. CNP Assurances conserve donc sa première place sur l’emprunteur, au centre de sa stratégie de réorientation du mix business, suivi comme l’an dernier de Crédit agricole Assurances et du groupe des Assurances du Crédit mutuel. À noter la forte progression de Natixis Assurances (+13,3 %) et Prepar-Vie (+14,3 %). Seuls ACMN vie et Antarius sont en léger recul.
  • La prévoyance bénéficie des velléités de développement des bancassureurs. CNP conserve la tête du classement malgré un léger recul de l’activité. Fin 2015, La Banque postale et CNP Assurances ont annoncé le renouvellement de leur partenariat de distribution, prévoyant la reprise à 100 % par La Banque postale de La Banque postale Prévoyance, segment sur lequel le groupe affiche près de 310 000 affaires nouvelles sur 2015, mais un recul du chiffre d’affaires de 0,3 %. À noter les fortes croissances de plus petits acteurs comme Antarius (+21,9 %) et Suravenir (+16,7 %), mais également de bancassureurs plus établis comme BNP Paribas Cardif (+18,2 %) ou Natixis Assurances (+8,3 %).

Panorama de l’activité non-vie et santé

En assurance non-vie et santé, Crédit agricole Assurances et le groupe des Assurances du Crédit mutuel conservent la tête du classement. BNP Paribas Cardif, qui réalise seulement 0,5 % de progression et se situe à la huitième place, ne cache pas ses ambitions dans la réorientation de son mix business en accélérant sur la non-vie. Les rumeurs de remises en question du partenariat avec Axa dans la filiale dommages Natio Assurances, qui a réalisé un chiffre d’affaires modeste (170 M€) en 2015 en sont l’illustration. Seul CNP Assurances affiche un recul de 17 % en santé, lié « à des changements de périmètre de certains partenariats mutualistes ».

Classements en assurance automobile, MRH et santé

  • En non-vie, le Top 3 reste inchangé sur les segments étudiés (auto, MRH, santé), et confirme la prééminence des deux bancassureurs historiques Crédit agricole Assurances et le Groupe des Assurances du Crédit mutuel. Mais certains acteurs plus récents se distinguent en affichant des progressions élevées comme La Banque postale Assurances IARD qui enregistre en 2015, 547 000 affaires nouvelles principalement en automobile et MRH. Et 60 000 affaires nouvelles en santé.
  • La possibilité ouverte par la loi Hamon de résilier son contrat d’assurance à tout moment n’a pas pesé sur l’activité des bancassureurs, au contraire. La stratégie de multi-équipement semble avoir joué à plein, notamment sur la MRH qui affiche des progressions de 3,4 % (BNP Paribas Cardif) à 30,9 % (pour La Banque postale IARD).
  • Sur la santé en revanche, les bancassureurs n’ont pas été épargnés par le report d’une partie de l’activité de santé individuelle vers la santé collective, en raison de l’ANI qui généralise la complémentaire santé à tous les salariés. C’est le cas du Groupe des Assurances du Crédit mutuel, historiquement positionné sur la santé individuelle et qui affiche un léger recul. Sur ce segment, la bataille va donc se faire sur la clientèle entreprise et le virage a déjà été amorcé par Société générale et Crédit agricole Assurances.
  • À noter que BNP Paribas Cardif perd une place en auto et affiche une dynamique de croissance moindre en dommages. Le partenariat existant avec Axa dans Natio Assurances pourrait en faire les frais comme le suggère la rumeur.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

- Travaux de rénovation du salon du Centre Culturel Jean Ferrat

Ville de Ruelle sur Touvre

24 mai

16 - Ruelle-sur-Touvre

Rectorat-Nancy-Metz-Daf-2018-Assurances.

Rectorat de l'Académie de Nancy

24 mai

54 - NANCY

Marché de conseil et d'assistance financière pour la Communauté d'agglomération de ...

Communauté d'Agglomération de Cergy Pontoise

24 mai

95 - CERGY

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La diversification, ingrédient essentiel de la croissance ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié