La Macif met le cap sur l’efficacité après une année de "transition"

La Macif met le cap sur l’efficacité après une année de
Gérard Andreck, président du groupe Macif

Le groupe Macif estime avoir dégagé des résultats satisfaisants au regard du contexte économique atone. Il a en particulier quasiment éradiqué ses deux gros foyers de pertes, Macifilia et le Portugal.

Nomination d’un nouveau directeur général, Jean-Marc Raby ; élaboration d’un plan à trois ans axé sur l’efficacité de l’entreprise sans remise en cause du modèle social ; réorganisation en trois pôles métiers (IARD, santé-prévoyance, finance-épargne) ; réflexions sur une évolution de l’organisation des 11 régions pour harmoniser à horizon deux ou trois ans leurs processus ; résorption des pertes de Macifilia et de la filiale portugaise… Pour le groupe Macif,  2012 aura, à plus d’un titre, fait office « d’année de transition », l’objectif sous-jacent étant d’améliorer le fonctionnement de l’entreprise pour rester résolument axé sur la croissance. « Nous estimons être en capacité d’agir efficacement sur le marché », défend Jean-Marc Raby, convaincu que les 4,873 millions de sociétaires Macif constituent un formidable atout.

Gains de 38 000 sociétaires

Dans ce contexte, le groupe estime avoir enregistré l’an dernier « des résultats satisfaisants au regard du contexte économique atone ». Première source de satisfaction, le groupe a gagné 38000 sociétaires (+0,8%), « la meilleure croissance depuis 5 ans ». Certes, le chiffre d’affaires consolidé affiche un repli de 3,6%, à 5,46 milliards d’euros, mais sous l’effet de la baisse de l’encaissement en assurance vie (-13,3% à 1,87 milliard d’euros). Et encore, la filiale dédiée Mutavie est restée en collecte nette positive à hauteur de 238 millions d’euros, tandis que ses encours ont progressé de 3,8% à 17,3 milliards d’euros.

En dommages, le chiffre d’affaires ressort en hausse de 1,4% à 3 milliards d’euros, et en santé-prévoyance la progression est de 8,1%, à 589 millions. Reflet de la stratégie de diversification menée depuis 10 ans, le groupe réalise désormais 55% de son activité en dommages, 34% en épargne, et 11% en santé-prévoyance.

Résultat net IFRS multiplié par deux

Sur le front des résultats, le tableau n’est pas tout à fait le même que l’on raisonne sur la base des comptes consolidés IFRS ou en normes françaises. Sur la base des comptes IFRS, qui intègrent notamment l’évolution favorable des marchés financiers l’an dernier, le groupe affiche un résultat net en hausse de 106%, à 124,8 millions d’euros. Cette évolution favorable tient d’abord  à l’amélioration des résultats techniques (le ratio combiné est passé de 106,8% en 2011 à 104,3% en 2012), même si le groupe est pénalisé à hauteur de 45 millions d’euros par l’impact de la baisse des taux sur l’évaluation des provisions mathématiques de rente (1 point de base en moins représentant un coût de 1 million d’euros).

Effet Macifilia et marchés financiers

Autre effet positif, les pertes de Macifilia ont été ramenées de 108 millions d’euros en 2011 à une quinzaine de millions en 2012, dont une petite moitié correspond en réalité au déficit de l’activité d’IdMacif, la filiale 100% Internet. L’autre foyer de pertes, le Portugal, semble également contenu. La perte de 2012, de l’ordre de 4 M€ pour 20 M€ de chiffre d’affaires, est sans commune mesure avec celle des deux exercices précédents (20 M€ chaque année environ). « Le mauvais cap est passé, mais la décision stratégique reste à prendre », confirme Jean-Marc Raby.

Enfin, l’effet de mise en juste valeur des instruments financiers a un effet « dopant » sur les résultats IFRS, que l’on peut mesurer par différence avec les résultats en normes françaises (98 M€). Ces derniers ressortent en baisse de 45% par rapport à 2011 (180 millions d’euros), exercice marqué par des produits exceptionnels sur des opérations « vendu – acheté » sur Maurel & Prom (95 M€) et sur des titres obligataires (50 M€) alors destinés à compenser, en comptabilité française, l’impact de Macifilia.

Amélioration de la solvabilité

A noter que c’est sur la base des comptes en normes française que sont établis les comptes combinés de Sferen, et qu’est calculée la couverture de la marge de solvabilité. Le taux de couverture global du besoin réglementaire de marge passe de 161% en 2011 à 214% en 2012. Sur la base des seuls fonds propres « durs », le ratio de solvabilité est de 136%, contre 133% en 2011.

Poursuite des partenariats

Sur le front des partenariats, l’année 2012 a été marquée, au sein de Sferen (la SGAM commune avec Maif et Matmut), par la mise en place d’un réseau commun de réparateurs agréés, Sferen Réparation. « La position de la Macif sur ce dossier apparaît un peu marginale par rapport à celles de Maif et Matmut, car notre organisation interne est très différente », explique Gérard Andreck, le président du groupe. La gestion des réparateurs étant en partie à la main des régions, la Macif préfère « prendre son temps » sur le sujet. Idem pour la mise en commun du réseau d’expert.

Hors Sferen, la Macif entend rester « un pôle d’attraction » pour des mutuelles de santé, à l’image de l’intégration au sein de sa propre SGAM de la mutuelle des salariés IBM ou de la MNFTC. « Nous sommes en contacts avancés pour intégrer une très grosse mutuelle d’entreprise », lâche Gérard Andreck. Il n’en dira pas plus.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Acquisition de titres restaurant.

Cirest

21 septembre

974 - ST BENOIT

Marché de service relatif à la prestation d'assurance pour les besoins du syndicat ...

ILEVA - SM de Traitement des Déchêts des Microrégions Sud et Ouest SMTD

21 septembre

974 - SMTDRSO

Service D'Assurance Responsabilite Civile.

EAU DE PARIS

21 septembre

75 - EAU DE PARIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La Macif met le cap sur l’efficacité après une année de "transition"

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié