Le groupe MACSF affiche sa robustesse

Le groupe MACSF affiche sa robustesse
Si l'activité d'épargne de MACSF est en léger recul depuis le début de l’année, le groupe s’en sort nettement mieux que le marché. L'exposition aux actifs souverains périphériques européens représentait 5,42% des actifs de MACSF au 21 novembre, soit environ un milliard d’euros.

La Sgam MACSF subit les mêmes affres que ses concurrents mais semble s'en sortir mieux que d'autres. En assurance vie, le groupe enregistrait ainsi fin octobre un recul de ses cotisations de 1,4% depuis le début de l’année, soit nettement mieux que le marché dans son ensemble (-13% selon la FFSA). Le groupe subirait, par ailleurs, moins de rachats que le marché, signe que «nos sociétaires nous font confiance plus qu’à d’autres», s'est félicité le directeur général, Marcel Kahn. Celui-ci a par ailleurs précisé que l’exposition du groupe aux dettes souveraines périphériques européennes (Irlande, Grèce, Portugal, Italie et Espagne) s’élevait à environ un milliard d’euros au 21 novembre 2011 soit 5,42% (en prix de revient et non en valeur de marché) des actifs totaux de MACSF Epargne Retraite, une exposition « faible et maîtrisable », selon Marcel Kahn. « Personne ne sait aujourd’hui réellement et concrètement comment ça va se passer pour les décotes », a-t-il souligné. Autre sujet d’actualité : Solvabilité 2. Tout en poursuivant sa préparation, après son succès au QIS5, le groupe milite notamment pour que les régulateurs tiennent compte des incertitudes mises en lumière par la crise (prise en compte des primes futures, calibration des activités complexes et/ou de long terme comme la RC médicale) et des spécificités des Sgam - qui prévoient notamment des liens de solidarité financière entre ses membres, qui ne sont pas intégrées dans le projet actuel de la réforme.
Poursuivre le développement

Dans « cet environnement pas forcément très facile », selon Marcel Kahn, le groupe MACSF poursuit son développement. Avec 795000 sociétaires à fin octobre 2011, en progression de 6,8% par rapport à fin 2010 (dont une majorité de libéraux et d’hospitaliers), un chiffre d’affaires de 2,12 Md€ (composé à 35% de contrats IARD, 33% de RC pro/PJ, 16% en prévoyance et autant en épargne, et 1% de financement) et un niveau de fonds propres de près de 2 Md€, le groupe est « robuste », selon son directeur général. Qui plus est, la sinistralité s’est révélée globalement plus clémente que les années précédentes, même si le nombre de mises en cause des médecins généralistes augmente ; une tendance qui devrait s’accélérer, estime Nicolas Gombault, directeur général du Sou Médical, du fait de la place de plus en plus centrale qu’occupent les généralistes dans le cadre du développement des soins ambulatoires.Concernant le scandale du Mediator, le groupe précise que 93 dossiers le concernent à ce jour (65 médecins généralistes mis en cause, 8 cardiologues et 18 endocrinologues notamment), et que d’autres seront vraisemblablement ouverts. Les dirigeants ont applaudi la récente réforme en matière de responsabilité civile médicale, demandant néanmoins que le décret d’application ne sorte pas fin décembre pour une mise en application au 1er janvier 2012. Enfin, en matière de prévention des risques, le groupe entend créer l’événement en 2012, grâce à la publication d’un ouvrage couplé avec un système d’auto-évaluation et formation par internet. 

Catherine Dufrêne

Emploi

SOLUSEARCH.

Animateur commercial H/F

Postuler

Aubéane Mutuelle de France

Responsable Contrôle Interne, Gestion des Risques et Conformité (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Le groupe MACSF affiche sa robustesse

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié