Les entreprises prêtes à impliquer leur courtier dans la gestion des risques

Les entreprises prêtes à impliquer leur courtier dans la gestion des risques

Selon une étude révélée aux premiers Rendez-vous du courtage, à Marseille, pas moins de 36% des dirigeants d'entreprises se disent prêts à allouer à leur courtier un financement pour la gestion des risques.

L’Argus de l’Assurance vient de communiquer, en exclusivité, lors des premiers Rendez-vous du Courtage de Marseille, les résultats de son étude croisée. L’un des premiers objectifs de cette étude menée auprès de 220 courtiers et agents généraux et 364 décideurs en entreprises (TPE, PME, ETI) : confronter les attentes des entreprises interrogées par rapport aux ressentis des intermédiaires.

L’identification de l’interlocuteur

Premier constat : entreprises et courtiers identifient bien les mêmes personnes pour gérer les risques en interne. En effet, 34,85% des sociétés interrogées attribuent la gestion des risques au directeur général. Une tendance qui se confirme aussi chez les courtiers et agents généraux (29,09%). Du côté des décideurs composant le panel, il y en a quelque 20% qui n’arrivent pas à identifier exactement les fonctions rattachées au risk-management.

Une opportunité de business

En parallèle, les entreprises interrogées sont près de 36% à bien vouloir attribuer un budget conseil à leur courtier pour optimiser leur gestion des risques. Elles ne sont que 10% à accepter de le donner à leur assureur et quelque 27% à gérer cela seules. Dans le même temps, les sociétés de courtage du panel considèrent à 83% que le volet risk-management peut représenter un véritable relais de croissance en 2014. Pour autant, ils sont 65% à considérer que les entreprises auront du mal à dégager un budget supplémentaire pour ce pan d’activité.

La responsabilité civile dans toutes les têtes

En termes d’identification, cette fois-ci, les courtiers considèrent la responsabilité civile (31,8%), l’incendie (25%) et la santé collective (15%) comme les risques d’entreprises principaux pour leurs clients. Ces derniers identifient, eux, à 57,6%, la responsabilité civile comme le risque le plus important, pour laquelle ils se sont d’ailleurs dernièrement assurés. L’incendie (25%), le bris de machine (22,7%), la prévoyance (22%) et la RCMS (19,7) complètent le top 5. Le cyber-risk, l'un des risques émergents pourtant très évoqués par assureurs et courtiers, n'est pas encore passé à la phase de la transformation. Ils ne sont que 2,6% à s'être dernièrement assurés pour cette typologie de risques.

Des efforts de prévention remarqués

Les courtiers répondants insistent aussi sur le fait que les entreprises qu’ils ont en portefeuille ont fait de réels progrès au niveau de leurs actions de prévention (67,2%), des audits de programmes d’assurances (26,3%) et même de leur cartographie et indentification des risques (22,7%). En réponse à cela, les entreprises estiment qu’elles ont en effet mis en place des plans de prévention, et ce afin de réduire directement leurs risques (56,8%) mais également de faire baisser le niveau de leur prime d’assurance (17,42%).

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Titres repas dématérialisés - chèques/cartes cadeaux.

GHT Val de Marne Est - Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

18 juillet

94 - CRETEIL

Convention de participation pour la participation au financement de la protection s...

Conseil Général de la Haute Vienne

18 juillet

87 - CONSEIL DEPARTEMENTAL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les entreprises prêtes à impliquer leur courtier dans la gestion des risques

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié