Lombard, le pari de Greco

Nouvelle étape dans la transformation de Generali : après avoir remanié la gouvernance du groupe et celle des opérations italiennes, Mario Greco confie la direction générale des activités françaises à Éric Lombard, qui a été pendant six ans PDG de BNP Paribas-Cardif.


Une nouvelle page, marquée de l'empreinte de Mario Greco, s'ouvre chez Generali France. En annonçant, le 3 octobre 2013, l'arrivée d'Éric Lombard à la tête des opérations françaises, le groupe italien met fin à une période d'incertitude. Depuis le début de l'année, plusieurs managers, y compris des membres du comité de direction, ont quitté la filiale française, suscitant interrogations et spéculations sur l'évolution de la gouvernance. Le nouveau cadre est fixé. Éric Lombard prendra ses fonctions de directeur général de Generali France et fera son entrée au comité de direction du groupe le 28 octobre. PDG depuis 2002, Claude Tendil conserve la présidence des différentes entités françaises.

Des hommes neufs venus d'ailleurs

Cette annonce soulève désormais d'autres questions. « Un changement de gouvernance se traduit souvent par des évolutions stratégiques et des réorganisations au sein des équipes, surtout en cas de recrutement externe. D'où de nombreuses interrogations sur les orientations que prendra la nouvelle direction », indique Raynald Dutot, délégué syndical Unsa, avant de souligner : « Une nomination en interne aurait été une annonce rassurante, d'autant que Stéphane Dedeyan, qui a été pendant un temps pressenti à la direction générale, est bien perçu dans l'entreprise. »

En confiant la direction de Generali France à quelqu'un venu de l'extérieur, le groupe joue la carte de la rupture plutôt que celle de la continuité. La logique du changement impulsée par Mario Greco depuis son arrivée, en août 2012, à la tête du groupe italien, se décline désormais au niveau des filiales. Après avoir créé un comité de direction au sein duquel siègent les responsables des trois principales entités du groupe - l'Italie (28,9% du chiffre d'affaires), l'Allemagne (25,3%) et la France (18,9%) -, le patron de Generali a entamé une réorganisation des activités italiennes, placées depuis peu sous la responsabilité de Philippe Donnet, un nouveau venu dans le groupe. Si l'on en croit le rapport annuel 2012, ces réorganisations s'inscrivent dans une recherche de cohésion en vue d'atteindre les objectifs du plan stratégique ambitieux présenté en janvier 2013 (lire ci-dessus).

Reste-il du grain à moudre ?

Le cap est fixé, pour le groupe comme pour ses filiales. En 2012, Generali France a tiré son épingle du jeu (chiffre d'affaires quasi stable à 13,1 Md€ et résultat opérationnel en hausse de 24,9% à 680 M€), après une année 2011 plus compliquée. Toutefois, ses performances restent en deçà de celles de ses concurrents directs - Axa et Allianz - d'après le baromètre de Facts et Figures (lire ci-dessus).

En débauchant le patron de la filiale assurances de BNP Paribas, dont le chiffre d'affaires a été multiplié par dix en dix ans et dont la rentabilité est l'une des plus fortes du marché, Generali s'offre des compétences à la hauteur de ses ambitions. « Un groupe comme BNP Paribas se démarque par sa maîtrise des risques et par un fort rendement des capitaux investis. Le recrutement d'Éric Lombard marque sans doute la volonté de Generali de revenir, en France, dans le peloton en termes de rentabilité », observe Cyrille Chartier-Kastler, président de Facts et Figures.

Reste à savoir si les recettes appliquées dans le monde de la bancassurance réussiront dans une société dont le signe distinctif est la pluralité de ses réseaux de distribution (conseillers salariés, agents généraux, courtiers, CGPI, vente en ligne et partenariats). Pour poursuivre la transformation initiée par Mario Greco, le nouveau directeur général aura à convaincre les équipes. « La recherche d'économies est déjà une réalité. Depuis quelques mois, l'entreprise a encore réduit la voilure. Si, demain, il faut aller plus loin en matière de performances, avec moins de moyens et moins de ressources, cela pourrait devenir inquiétant », note Raynald Dutot. Autre point de vigilance : les relations avec les agents généraux, « qui ont accepté une révision à la baisse de leurs commissions en risques des particuliers, et qui attendent aujourd'hui des mesures fortes pour terminer l'année sans trop de casse et démarrer 2014 sur de nouvelles bases », rappelle Bernard Jeannot, président de Triangl, leur syndicat.

Le costume de directeur général des activités françaises de Generali que s'apprête à endosser l'ancien PDG d'une filiale d'envergure internationale de BNP Paribas n'est peut-être pas si étroit qu'il n'y paraît.

UNE RENTABILITÉ À AMÉLIORER

  • 6% : Generali France
  • 19,2% : Axa France
  • 14,5% : BNP Paribas France
  • Moyenne du marché 6,6%
    RETOUR SUR FONDS PROPRES DES ACTEURS RELEVANT DU CODE DES ASSURANCES, SUR BASE DES RÉSULTATS 2011. SOURCE : BAROMÈTRE 2013 « CROISSANCE X RENTABILITÉ » DE FACTS et FIGURES.

LES CINQ OBJECTIFS FIXÉS PAR MARIO GRECO POUR GENERALI EN 2015

  • Plus de 5 Md€ de résultat opérationnel (4,2 Md€ en 2012)
  • 160% pour le ratio de solvabilité (139% en juin 2013)
  • Plus de 2 Md€ de cash-flow (1,5 Md€ en 2012)
  • 13% de rendement des capitaux propres (11,9% en 2012)
  • 600 M€ de réduction des dépenses

ÉRIC LOMBARD, UNE CULTURE DE L'ASSURANCE ACQUISE DANS LE SECTEUR BANCAIRE

  • 1981 Diplômé d'HEC, il débute au département commerce international de Paribas.
  • 1989-1993 Passage dans la sphère publique, notamment comme conseiller de Michel Sapin, ministre délégué à la Justice, puis ministre de l'Économie et des Finances.
  • 1993-2004 Retour dans le monde bancaire, où il occupe diverses fonctions chez Paribas puis BNP Paribas.
  • 2004-2013 Focus sur l'assurance. Nommé directeur général de la filiale assurances de BNP Paribas en 2004, il en devient PDG en 2006. En 2011, il entre au comité exécutif du groupe bancaire. Il a présidé le groupement français des bancassureurs (G11) de 2008 à 2013.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 21 février 2020

ÉDITION DU 21 février 2020 Je consulte

Emploi

SIACI SAINT HONORE

Chargé d'études Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture de titres restaurants.

RESAH - Réseau des Acheteurs Hospitaliers

22 février

75 - GIP RESAH

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Lombard, le pari de Greco

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié