Mondial de l'automobile : Les assureurs à l'épreuve de la rigueur

Touchée par la chute du marché de l'automobile, l'assurance auto doit également faire face à des assurés qui ne veulent plus ou ne peuvent plus supporter le coût de leurs primes. Les réponses sont diverses, mais pas toujours suffisantes.

La foule se presse au Mondial de l'automobile qui se déroule à Paris jusqu'au 14 octobre. Mais si les bolides font toujours rêver, les acheteurs se font plus rares que les visiteurs. Les derniers chiffres publiés par le Comité des constructeurs français d'automobile (CCFA) sont sans appel : les ventes de voitures neuves ont chuté de 18,3% en septembre par rapport au même mois de 2011, et, depuis janvier 2012, la baisse est de 13,9%. Les constructeurs ont beau faire assaut d'imagination et d'innovation, en affichant notamment des consommations de carburant très faibles, crise économique et envolée du prix de l'essence portent un coup à l'histoire d'amour entre les Français et leur voiture, qui s'était déjà effilochée avec la montée de la préoccupation environnementale.

Dans un climat de hausse du chômage et de baisse du pouvoir d'achat, pas étonnant que les ménages aient de plus en plus de mal à assumer un budget automobile, qui représente 14% de leurs dépenses, en deuxième position derrière le logement. Un phénomène qui ne touche pas que les fabricants, mais aussi l'assurance qui ne pèse pas moins de 10% de l'enveloppe consacrée à l'automobile.

Le défaut d'assurance

Face aux difficultés de leurs sociétaires, les mutuelles d'assurances, qui détiennent 41% du marché en valeur, sont amenées à faire preuve de souplesse. Certaines ont décidé de ne pas appliquer immédiatement la procédure de mise en demeure prévue en cas d'impayés par l'article L. 113-3 du code des assurances. « Les sociétaires concernés font l'objet d'un rappel, assorti de frais d'impayés, et bénéficient d'un délai qui permet d'envisager d'optimiser la solution d'assurance, avec une autre formule d'assurance ou d'autres franchises dommage, explique Christophe Sabadel, à la direction marketing de la Maif. Dans le cadre d'un échange avec les mandataires du conseil d'administration c'est-à-dire les militants, la Maif peut mettre en place une convention comprenant un échéancier. »

La Macif, elle, affirme, en cas de difficulté de paiement, « trouver une solution adaptée évitant la résiliation : passage des sociétaires en paiement mensuels, échéancier, adaptation des garanties ». La mutuelle a, par ailleurs, intégré une prestation chômage dans ses principaux contrats d'assurance qui peut couvrir jusqu'à 99% de la cotisation annuelle. En 2011, près de 7 000 familles ont pu en bénéficier.

Pour autant, cela peut conduire à une situation extrême : le défaut d'assurance. Le Fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO) tire la sonnette d'alarme sur l'augmentation du nombre d'automobilistes roulant sans assurance, une « tendance lourde » qui serait liée à la conjoncture. Le phénomène touche surtout les jeunes : près de 60% des non-assurés auraient moins de 35 ans.

« Les assureurs ont un rôle à jouer pour éviter que des personnes qui viennent de décrocher le permis ou qui traversent une période difficile, comme le chômage, la retraite, ou un endettement, ne prennent plus d'assurance », a estimé François Werner, directeur général du FGAO, lors d'une rencontre avec la presse, avant d'inciter les acteurs du secteur à développer des offres auto low cost, et à davantage communiquer auprès des jeunes.

Des contrats modulaires

Mieux coller aux besoins et aux budgets des automobilistes, c'est le propos des contrats modulaires qui se développent. « Il est possible de combiner un certain nombre d'options et de niveaux de franchise, en prenant davantage en compte les usages quotidiens, les déplacements professionnels, et les modes de vie », explique-t-on à la Macif.

La GMF a mis en place le tarif Petit Rouleur en accordant une réduction de 10% pour un forfait de 5 000 km par an, et en proposant une garantie hors circulation. La mutuelle n'a pas pris le chemin du pay as you drive emprunté par Amaguiz. « En étant 20% moins cher, nous sommes peut-être moins touchés que les autres, mais il est clair que le contexte est difficile pour l'assurance auto », estime Nelly Brossard, directrice générale de la filiale de Groupama.

Cela dit, l'offre d'Amaguiz est intéressante pour ceux qui roulent moins de 6 500 km par an... et qui ont le permis depuis au moins trois ans. Autant dire qu'elle ne concerne pas les jeunes et peu d'automobilistes, puisque, selon l'étude menée par l'Automobile club association, le kilométrage annuel moyen des Français a diminué de 54 km, mais s'est élevé à 9 022 km en 2011.

Cette problématique du prix et des garanties abordables sera d'autant plus prégnante que la situation s'annonce difficile pour 2013, et que les hausses de tarifs se confirment. Les pronostics publiés dans les colonnes de L'Argus (n° 7280), à savoir des augmentations comprises entre 1,5% et 2%, ne sont pas démentis par le président du Gema qui les juge « assez proche de ce que pourrait être la réalité ». Et le dossier en cours concernant le transfert de la valorisation des rentes du FGAO vers les assureurs pourrait alourdir l'addition.

L'ÉLECTRIQUE ENCORE À LA TRAÎNE

  • Les stands des constructeurs font la part belle aux véhicules hybrides et électriques. Pour autant les voitures propulsées par la fée électricité se font encore rares dans le paysage automobile : en 2011, il ne s'en est vendu que 2 630 exemplaires, sur un total de 2,2 millions d'immatriculations. En cause : une autonomie encore faible et un coût plutôt élevé. Cela explique peut-être que les assureurs présents au Mondial de l'automobile communiquent peu à ce sujet, préférant évoquer leur action plus traditionnelle de prévention. Toutefois, Axa assistance s'est positionné au côté des industriels, en accompagnant les utilisateurs de véhicules électriques dans leur trajet via une plate-forme communautaire, avec Plug and Move. L'État, par la voix d'Arnaud Montebourg, a de nouveau annoncé son intention de jouer les élèves modèles avec l'objectif de 25% d'achat de véhicules électriques. Le succès pourrait également passer par le développement de formules de location longue durée.

LES CHIFFRES

  • 5 976 €. Le budget moyen annuel pour un véhicule à essence en 2011.  SOURCE : AUTOMOBILE CLUB ASSOCIATION
  • + 4%. Augmentation du budget en 2011. SOURCE : ACA
  • 10%. La part de l'assurance dans le budget auto. SOURCE : AUTOMOBILE CLUB ASSOCIATION
  • Aujourd'hui plus de 6 sociétaires Maaf sur 10 ont choisi d'étaler leurs paiements.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 26 novembre 2021

ÉDITION DU 26 novembre 2021 Je consulte

Emploi

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE h/f

Postuler

InterEurope AG European Law Service

Assistant administratif d’assurances en gestion de sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Achat de carnets de chèques numériques pour la transition numérique des entreprises.

Collectivité Territoriale de Guyane

28 novembre

973 - CAYENNE

Le contrat a pour objet de contractualiser une complémentaire santé pour les agents...

Institut Martiniquais de Formation Professionnelle Pour Adultes Imfpa

28 novembre

972 - FORT DE FRANCE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Mondial de l'automobile : Les assureurs à l'épreuve de la rigueur

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié