Négociations salariales 2016 dans l'assurance : des accords nombreux et... plus généreux

Négociations salariales 2016 dans l'assurance : des accords nombreux et... plus généreux

Malgré un contexte d’inflation très faible, davantage d’accords sur les salaires ont été signés dans le secteur de l’assurance en 2016. La majorité d’entre eux comporte des mesures d’augmentations collectives et individuelles, complétées par des dispositions sur l’égalité professionnelle, l’épargne salariale et la protection sociale.

C’est l’une des surprises de ce début d’année. La CFDT vient de compiler les premiers résultats des négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires, conclues déjà dans dix-huit entreprises du monde de l’assurance (voir tableau page suivante). « Le premier bilan est plutôt bon », observe Régis Versavaud, de la CFDT Banques et Assurances. « C’est étonnant, car bien que le taux d’inflation en France soit inférieur à celui observé l’an dernier (NDLR : 0,2 % en 2015, contre 0,5 % en 2014), de nombreux résultats sont meilleurs », ajoute-t-il.

Jugez plutôt : il y a un an, dans 54 % des entreprises interrogées par le syndicat, les négociations s’étaient conclues sans qu’aucun accord ne soit signé. Douze mois plus tard, le pourcentage de décisions unilatérales de l’employeur a été divisé par deux (27 %). Et contrairement à la tendance entrevue au cours des derniers exercices, treize sociétés sur dix-huit observées ont pratiqué des revalorisations collectives.

Augmentation égalitaire ou au mérite ?

Pour autant, rien ne présageait un tel engouement lors de ces négociations. En novembre dernier, Altedia (voir L’Argus n° 7432) indiquait que les entreprises du secteur ne relèveraient cette année les salaires que de 1,6 %. À l’occasion d’une enquête « flash » réalisée en janvier, le cabinet de conseil revoyait finalement cette prévision à la baisse, les budgets d’augmentations pour 2016 devant désormais se situer à 1,3 %.

Comment expliquer ce revirement de position des employeurs ? « Malgré un environnement économique très difficile, les entreprises de l’assurance affichent des résultats positifs, en croissance. Il est donc logique qu’elles partagent aujourd’hui leurs gains avec l’ensemble de leurs collaborateurs, notamment pour préserver la paix sociale », indique Thierry Mageux, business development director de Robert Half Financial Services. « Il n’empêche, ces entreprises restent dans une logique de maîtrise des coûts, cherchant avant tout à récompenser les éléments les plus méritants », précise-t-il. En 2016, les augmentations globales (générales + individuelles) dépassent rarement les 2 % dans l’assurance, alors que dans le même temps, l’individualisation des rémunérations est toujours plus marquée. Précisément, l’an dernier, 61 % des acteurs du secteur avaient intégré des mesures individuelles dans leurs accords. Cette année, ils sont plus de 77 %.

Rémunération indirecte

Seulement voilà, cette politique salariale, longtemps critiquée, semble moins déranger aujourd’hui les syndicats au moment de signer les accords salariaux. Notamment parce que les employeurs jouent sur d’autres leviers pour conclure. « Les périphériques de rémunération comme le Compte épargne retraite (CET) ou le Plan d’épargne pour la retraite collective (Perco) sont des dispositifs de plus en plus mis en place au sein des entreprises » indiquait Julie Séron, consultante chez Altedia, en novembre dernier. Or, ces dispositifs – qui ne jouent pas sur la masse salariale – sont désormais abordés à l’occasion des négociations salariales, tout comme d’ailleurs l’égalité salariale entre les hommes et les femmes, et les revalorisations des plus bas salaires. Et constituent autant d’éléments de « rémunération indirecte » sur lesquels les organisations syndicales représentatives se montrent dorénavant attentives.

Un coup de pouce énigmatique

Reste que, si de manière générale, les budgets des augmentations sont supérieurs aux années précédentes, l’origine de ce coup de pouce salarial demeure toutefois « énigmatique » pour la CFDT. « C’est à se demander si les entreprises prises ne sont pas allées chercher des marges de manoeuvre ailleurs, comme dans le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (Cice) ou dans le pacte de responsabilité », ose Régis Versavaud. Pour rappel, en septembre 2014, la première organisation syndicale du secteur financier estimait l’impact du pacte de responsabilité sur la banque et l’assurance à… 2 Md€.

  • 1,3 % Le taux d’augmentation globale des salaires dans l’assurance en 2016
    Source : Altedia
  • 73 % Part des entreprises de l’assurance où un accord sur les salaires a été signé en 2016
    Source : CFDT / L’Argus de l’assurance
  • 0,2 % L’inflation moyenne en France en 2015
    Source : Insee

Philippe bolleckert, directeur général délégué de la MNRA : «Pouvoir fidéliser nos collaborateurs et attirer les talents»

  • Quelles sont les principales mesures de votre accord 2016 concernant les salaires ?
    Bien que l’inflation soit plus faible que l’an dernier, nous avons souhaité aller au-delà de la stricte compensation de la hausse des prix. Ainsi, notre accord sur les salaires prévoit une augmentation générale des salaires de 0,8 % pour tous les collaborateurs, mais aussi une prime exceptionnelle pour ceux percevant les rémunérations les moins élevées. Cependant, même si notre taux d’augmentation générale est quatre fois supérieur à celui de l’inflation, cette progression reste largement amortissable pour la MNRA. Cet accord nous permet de conserver une marge de manœuvre pour récompenser aussi individuellement les salariés les plus investis, les plus performants.
  • Pourquoi être si « généreux » cette année ?
    Alors que de nombreux acteurs sont engagés dans une politique de stagnation des salaires, nous avons voulu marquer notre différence. Le secteur de l’assurance est actuellement très concurrentiel sur le marché des recrutements. De ce fait, au travers de notre politique salariale, nous voulons être perçus comme une entreprise où il fait bon vivre, capable de fidéliser ses collaborateurs et d’attirer les talents.

 

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 avril 2021

ÉDITION DU 23 avril 2021 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

Gestionnaire Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Missions de commissaire aux comptes

Occitanie en Scène

23 avril

34 - Montpellier

Prestations de service d'assurance Responsabilité et risques annexes

Ville de La Couarde sur Mer

23 avril

17 - La Couarde-sur-Mer

Fourniture de titres spéciaux de paiement..

CCAS de la Ville de Pau

23 avril

64 - PAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Négociations salariales 2016 dans l'assurance : des accords nombreux et... plus généreux

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié