Pourquoi la Mutuelle Humanis Familiale quitte le groupe de protection sociale

Pourquoi la Mutuelle Humanis Familiale quitte le groupe de protection sociale
La Mutuelle Humanis Familiale est la plus importante mutuelle du groupe Humanis

Les délégués de la mutuelle du Nord ont massivement voté pour la sortie du groupe Humanis. La marginalisation de la Mutuelle Humanis Familiale au sein du groupe paritaire n’était plus tenable, selon son président.

Le vote est sans appel. Réunis le 17 mai en assemblée générale dans la banlieue de Lille, les délégués de la Mutuelle Humanis Familiale (MHF) ont voté à 92% leur départ du groupe Humanis. « Cela a été un long débat où chacun a pu s’exprimer. Le président de la mutuelle a déployé ses arguments, comme ont pu le faire largement les deux opposants à ce départ. C'est une vraie décision avec une véritable adhésion », commentait un participant à cette assemblée générale. Et l’affaire semble entendue pour le président Pierre-Marie Hébert, directeur général du Port de Rouen et président de la MHF : « Le dossier est clos. La décision en faveur de la sortie du groupe a été adoptée à une très large majorité. »

Signaux d'alerte

De fait, les dirigeants de la première mutuelle du groupe, avec 180 M€ de chiffre d'affaire et 300 000 personnes protégées, estiment avoir suffisamment prévenu le groupe que la situation n’était pas satisfaisante. « Nous avons émis des signaux d’alerte, mais nous avons été négligés, je le regrette pour avoir moi-même plaidé en faveur de l’adossement au groupe Humanis », poursuit Pierre-Marie Hébert, avant de détailler plus précisément les causes du divorce : « Les objectifs de la fusion entre la Mutuelle Familiale Vauban-Humanis, Radiance Nord-Pas-de-Calais et Radiance Picardie étaient de quatre ordre : pouvoir porter efficacement la parole mutualiste au sein du groupe, assurer une meilleure qualité de services, réaliser des économies d’échelle et préserver notre souveraineté. Or sur ces quatre aspects, nous avons constaté que les résultats étaient inverses. »

Une mutuelle marginalisée

Et à écouter le président de la MHF, difficile de comprendre l’attitude des dirigeants d’Humanis : « La mutuelle ne pouvait pas être éternellement ostracisée. Parce qu’elle est la plus ancienne ? la plus fidèle ? la plus importante ? parce qu’elle est du Nord ? Je ne sais pas pourquoi nous avons été marginalisés. » Les dirigeants du groupe paritaire n’ont pas souhaité commenté dans l’immédiat le vote des délégués de la MHF.

Un communiqué dans les journaux

En tout état de cause,  selon plusieurs observateurs, l’initiative prise par le groupe la veille du scrutin a eu un effet contraire à celui recherché. Un communiqué à destination des délégués et adhérents de la mutuelle, signé par la présidence paritaire et les directeurs généraux d’Humanis, a été publié, le jeudi 16 mai, sous la forme d’une pleine page de publicité dans trois quotidiens locaux, La Voix du Nord, Nord Eclair et Le Courrier Picard. Michel Keller et Pierre Steff, président et vice-président d’Humanis, justifient ce choix aux administrateurs de l’association sommitale dans un mail envoyé …le 16 mai dans l’après-midi : «  Malgré nos offres réitérées d'ouvrir avec la MHF un processus de médiation afin d'éviter un départ du Groupe, nous n'avons aucune réponse à ce jour. Compte tenu de la gravité du problème, nous avons souhaité obtenir la liste des délégués afin de les tenir informés de la situation. Pierre-Marie Hébert s'est formellement opposé à ce que le fichier des délégués nous soit communiqué. Nous sommes donc contraints d'utiliser le seul chemin possible pour informer les délégués, les médias. »

Risques pour l'emploi

Cette tribune exhorte les délégués de la mutuelle à bien réfléchir aux conséquences de leur vote.  « Non, quitter Humanis en moins de trois mois après 87 ans d’histoire commune n’est pas un acte de sagesse. C'est prendre le risque, en pleine crise économique, de mettre en difficulté la MHF et l'emploi des 400 salariés d’Humanis qui travaillent pour elle », peut-on lire dans ce texte. Mais celui-ci s’en prend également nommément au président de la mutuelle : « Oui, Monsieur Hébert fait partie du conseil de notre association sommitale […] Et, il a approuvé quasiment toutes les décisions de notre association sommitale, souvent même avec enthousiasme. Pourquoi ce que Monsieur Hébert jugeait bon en décembre pour votre mutuelle, devient-il aujourd'hui inacceptable ? »

Séduire d'autres mutuelles

« C’est une ingérence dans la gouvernance mutualiste », estime un bon connaisseur du dossier.  Pour Pierre-Marie Hébert, les attaques à son encontre sont « injustifiables » et sa réélection comme administrateur de la MHF avec le meilleur score « semblerait démontrer que je ne suis pas un agitateur qui préconise tout seul la solution de sortie ».  Désireux de négocier  ce départ « le plus intelligemment possible dans le respect des intérêts des adhérents, des salariés de la mutuelle et du groupe Humanis », il se montre très confiant sur l’avenir :  « Nous avons présenté un projet alternatif que nous pensons plus à même de permettre de nous développer tant par croissance externe qu’interne. Nous sommes convaincus que le modèle que nous allons mettre en place sera de nature à séduire d’autres mutuelles. »

Jean-Luc Decaestecker, à Lille, et François Limoge

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 05 mars 2021

ÉDITION DU 05 mars 2021 Je consulte

Emploi

Assurances et Réassurance Techniques

Gestionnaire sinistre et production H/F

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Pourquoi la Mutuelle Humanis Familiale quitte le groupe de protection sociale

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

20/05/2013 14h:53

Le communiqué de presse, signé par des dirigeants venant de rejoindre ce Groupe de Protection Sociale (un depuis moins de deux mois) et faisant référence à une existence de 87 ans de la Mutuelle est non seulement maladroit mais affligeant et prétentieux.La mise en cause du Président de la Mutuelle Familiale Humanis est honteuse pour ces signataires.Maintenant d'autres institutions vont quitter Humanis si leur Président est aussi courageux que celui de la Mutuelle Familiale Humanis.

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

21/05/2013 09h:39

Ce groupe est essentiellement paritaire, c'est la troisième mutuelle qui quitte le groupe,après Radiance Sud et GSMC.

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

21/05/2013 23h:50

Dommage qu'il est fallu autant de temps pour prendre conscience de l'esprit phagocytaire qui anime ce groupe. Mais c'est tellement facile d'endormir des présidents ayant largement dépassés l'âge de la retraite et que dire des délégués qui ont une moyenne d'âge nettement supérieure à nos sénateurs... N'oublions pas que ce sont les mêmes qui votent le salaire des directeurs supérieur à 100000 euros/an et les indemnités du Président dont la fonction est censée être bénévole...avec nos cotisation évidement!!!!...

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

22/05/2013 09h:27

Vous écrivez à juste titre que la publicité faite par HUMANIS dans tous ces journaux a été contre-productive.Mais c'est nous les assurés (je suis adhérent de Novalis-Taitbout) qui avons payé ces publicités ! La moindre des choses serait que les signataires de la lettre ouverte payent la facture de leurs poches personnelles... Et combien cette opération de communication très maladroite a coûté au total ?

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

22/05/2013 11h:37

Il circulait déjà des rumeurs depuis fin 2012 à ce sujet. Et il semble que la décision de ce départ se soit précisé tout début 2013 au moment du départ du DG.De là à penser que ce départ n'est pas dû aux raisons mentionnées dans cet article, mais à une simple friction entre personnalités dirigeantes, il n'y a qu'un pas.Si cela était vrai, et je suis personnellement enclin à le croire, alors cette décision politique serait apparentée à une vaste bagarre de bacs à sable dont les conséquences seront désastreuses pour les clients et les salariés.

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

22/05/2013 13h:35

Ainsi la voie de presse pour influencer les votes n'a pas fonctionné.Ainsi la liberté de dire NON du sensé "petit" à l'affirmé "puissant" rassure enfin.Cette Mutuelle aussi expérimentée trouvera bien sa voie et quitte à repartir sur le chemin d'autres rencontres de fusion, choisir mieux ses partenaires sera le résultat de cette si délicate expérience.courage aux dirigeants et patience aux mutualistes difèles

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

25/05/2013 16h:36

Je pense que le départ de Damien Vandorpe a fait déborder le vase. Et la démission de MA Philippe de l'association sommitale Humanis est un signe qui ne trompe pas. Le groupe est en danger.

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

28/05/2013 19h:21

Les salariés du groupe, nous savions et ce, dès l'éviction de Damien Vandorpe, que celui-ci avait sous-entendu avoir le pouvoir de faire partir la MHF..au profit de qui, c'est ça LA bonne question. Et qui va payer les pots cassés d'après-vous...les salariés! Rien à dire de plus...

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié