Retraites : négociations difficiles en vue pour les complémentaires

Retraites : négociations difficiles en vue pour les complémentaires
Syndicats et patronats démarrent ce 25 novembre les discussions sur les régimes de retraite complémentaire avec en ligne de mire, le redressement des comptes plombés par la crise et les évolutions démographiques.

Les partenaires sociaux vont se donner rendez-vous cet après-midi au siège du Medef, avenue Bosquet, à Paris. Au menu : rien moins que l’avenir des régimes obligatoires de retraite complémentaire, Arrco (pour tous les salariés) et Agirc (pour les seuls cadres). Si lors de la réforme des retraites, on a beaucoup parlé du déficit du régime général, celui des complémentaires pose également problème. Selon les premières estimations, le « trou » cumulé de l’Agirc et de l’Arrco pourrait dépasser 2,3 Md€ en 2010 et atteindre 2,8Md€, voire 3,7Md€, en 2011.

35% à 55% des pensions

Or, les retraites complémentaires représentent 35% des pensions des salariés et même 55% des pensions des cadres ! Les partenaires sociaux, qui gèrent l’Agirc et l’Arrco, ne peuvent se permettre de rester les bras croisés. D’abord parce que les réserves des deux régimes, même si elles sont conséquentes (80,6 Md€), ne sont pas inépuisables. Ensuite parce que, très prosaïquement, leurs statuts leur interdisent d’être dans le rouge. Enfin, parce que le déficit de l’Arrco et de l’Agirc est certes lié à la baisse des effectifs consécutive à la crise, mais aussi au flux massif de départs à la retraite des « baby-boomers » qui n’est pas prêt de se tarir. Sans oublier que, dans le cas de l’Agirc, « les jeunes cadres ne touchent pas les mêmes niveaux de salaire que leurs aînés », souligne Danielle Karniewicz, présidente de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) et par ailleurs, en charge de la protection sociale au sein de la CFE-CGC.

Rendement en baisse

D’où l’urgence pour les syndicats et le patronat de se mettre autour de la table pour tenter de combler les déficits actuels et à venir. Problème : les marges de manœuvre sont très, très étroites. La solution la plus simple serait de baisser les rendements. D’ailleurs, elle a été largement utilisée ces dernières années, au point que le rendement est aujourd’hui de 7 euros par an pour 100 euros cotisés, contre plus de 10 euros en 1996. « Nous sommes arrivés au taquet. Nous ne pouvons pas baisser davantage le rendement au risque que les régimes de retraite complémentaire par répartition ne soient plus assez attractifs face aux régimes de retraite par capitalisation », estime Bernard Devy, secrétaire confédéral en charge des retraites chez FO.

Les cotisations en question

L’autre solution passe par une hausse des cotisations. Mais elle est jugée inacceptable par le Medef. Les majorations de pension pour enfants et les pensions de réversion pourraient également être rognées. Pas sûr que les organisations syndicales acceptent ce qui pourrait être perçu comme un recul social et, tant bien même, qui ne serait sûrement pas suffisant pour résorber les déficits. Pour autant, si toutes ces questions sont cruciales, elles ne devraient pas être abordées cet après-midi. Les partenaires sociaux s’accordent à dire que la première urgence est de prolonger l’Association pour la gestion du fonds de financement de l’Agric et de l’Arrco (AGFF).

Timing serré

Cette structure, qui prend aujourd’hui en charge le versement des retraites complémentaires entre 60 et 65 ans (l’âge de départ légal est resté fixé à 65 ans à l’Arrco et à l’Agirc), et demain entre 62 et 67 ans, doit disparaître le 31 décembre. Si elle n’est pas prolongée, ceux qui partiront en retraite à compter du 1 er janvier 2011 ne percevront pas de retraite complémentaire. La rencontre de cet après-midi devrait, par ailleurs, fixer le calendrier des prochaines négociations. Et compte tenu de l’urgence de la situation, il a intérêt à être serré…

Jean-Philippe Dubosc

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Retraites : négociations difficiles en vue pour les complémentaires

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié