Tarifs 2012 des particuliers : Un cocktail explosif

Tous les voyants sont au rouge pour les complémentaires santé. Les tarifs vont repartir à la hausse pour 2012, avec des progressions de 5 à plus de 10 %... En dommages, si les hausses ne devraient pas être aussi marquées, le cycle inflationniste se poursuivra bel et bien.

Trop chère, la complémentaire santé ? En tout cas, assez pour faire descendre les Français dans la rue. Mercredi 21 septembre, entre 400 et 500 personnes ont manifesté à Marseille à l'appel de la Mutualité française Provence-Alpes-Côte-d'Azur pour défendre le droit à la santé, après la décision du gouvernement de doubler la taxe spéciale sur les conventions d'assurance (TSCA) sur les contrats solidaires et responsables. L'augmentation de la « mutuelle » n'est plus seulement un sujet de grogne parmi d'autres aux comptoirs des cafés. Elle devient un véritable sujet d'inquiétude pour une partie de la population.

Après une année 2011 déjà marquée par de fortes hausses tarifaires à cause de l'introduction d'un taux réduit (à 3,5%) de TSCA, la flambée tarifaire va se poursuivre, avec des hausses de 5% à plus de 10% ! Le président de la Mutualité française, Étienne Caniard, a déjà évoqué une augmentation d'au moins 5,5%. La Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA) n'a pas pris position publiquement, mais des assureurs évoquent des taux similaires.

Une note qui grimpe sans cesse

Plusieurs facteurs concourent à cette explosion tarifaire, en plus des taxes qui atteignent au total 13,27% : 7% pour la TSCA ajoutés aux 6,27% pour la taxe CMU, qui financent la CMU complémentaire (CMU-C) et l'aide à la complémentaire santé (ACS). Le plus important concerne la progression des dépenses de santé. Les organismes complémentaires sont confrontés à une dérive deux fois supérieure à celle mesurée par les statistiques de l'Assurance maladie : des grands assureurs membres de la FFSA font état d'une progression de leurs remboursements de l'ordre de 6 à 7% sur douze mois.

Outre la hausse dite tendancielle des dépenses de santé - de l'ordre de 3% par an -, ce chiffre s'explique par l'empilement des transferts intervenus ces dernières années, ainsi que les dépassements d'honoraires, galopants en médecine de ville comme à l'hôpital. Du côté du Centre technique des institutions de prévoyance (CTIP), on signale aussi une « surchauffe » des dépenses d'optique. Additionnés à la TSCA, ces facteurs pourraient aboutir à des hausses atteignant jusqu'à 10%. Voire plus...

L'UFC-Que Choisir, qui a analysé 335 contrats de seniors pour 2011, constate, à garanties inchangées, une hausse de 11,6% par rapport à 2010. L'association de consommateurs ne croit à pas un ralentissement et pointe un risque de démutualisation. L'ACS est censé y pallier, et le gouvernement s'est dit prêt à discuter de son renforcement dans le cadre du débat parlementaire sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), mais cela pourrait se traduire par une hausse de la taxe CMU !

Tout indique que le reste-à-charge pour les assurés va devenir encore plus lourd.

Alain Bazot, président de l’UFC-Que choisir

Travailler plus pour dépenser plus

Les contrats collectifs n'échapperont pas à la hausse, même si, dans les grandes entreprises, elle peut être modérée par une négociation au cas par cas. En collectif, il faut aussi compter avec la réforme des retraites, qui a un double impact : sur la santé, avec une consommation accrue (consensus de + 1%), sur la prévoyance avec une hausse des cotisations de 15 à 20% à l'échéance de la réforme en 2018. Un cocktail détonnant, aux dires de toute la profession.

D'autant plus explosif qu'en dommages du particulier (auto et MRH), les hausses vont se poursuivre en 2012. « Les coûts continuent de se dégrader, tant en auto qu'en MRH. La tendance tarifaire 2012 est haussière sur ces deux produits », assène le directeur IARD du cabinet Towers Watson, Stéphane Chappellier. Selon le président du Gema, Gérard Andreck, la hausse des tarifs de l'assurance auto devrait être comprise entre 1 et 3%. « Les coûts des réparations subissent une légère inflation et la dérive du coût des dommages corporels se poursuit. Forcément, il y aura un impact global sur les tarifs des contrats auto », résume le président de La Parisienne assurances, Olivier Jaillon. Avec une prévision dans le haut de la fourchette (+ 3%), le cabinet de conseil Facts et Figures explique cette augmentation « notamment, par la moindre contribution des revenus financiers et le coût induit par la rotation accrue des portefeuilles », selon son président, Cyrille Chartier-Kastler.

Si ces pronostics se vérifient, les assurés auto feront face à la troisième année consécutive de hausse des prix. Et ce n'est pas du côté du bilan de la sécurité routière qu'il faut aller chercher des raisons d'espérer. En dépit d'une nette amélioration des statistiques cet été, le début d'année 2011 a été marqué par la remontée significative des accidents de la circulation.

Enfin, une particularité réglementaire vient bousculer la tarification auto des assureurs : « Certains vont commencer à répercuter dès janvier l'interdiction applicable à partir du 21 décembre 2012 de différencier les tarifs en fonction du sexe », remarque Stéphane Chappellier, avant de préciser : « En France, cette différenciation entre homme et femme est forte pour les jeunes conducteurs et atteint en moyenne 40%. Les tarifs appliqués aux jeunes conductrices n'augmenteront pas dans une aussi large mesure, mais l'impact haussier sera bel et bien là. »

Côté assurance habitation, l'absence de catastrophes naturelles majeures aurait pu laisser croire à une détente tarifaire. Ce ne sera pas le cas, à en croire les experts du marché. Ainsi, Facts et Figures prévoit une hausse comprise entre 5 et 7% accompagnée « d'une tendance à l'accentuation des écarts tarifaires selon le niveau réel de risque des biens assurés ».

LE CHIFFRE

+ 5,5 %. C'est le minimum de variation des tarifs santé en 2012 évoqué par le président de la FNMF, Étienne Caniard.

Gagner moins, c'est entretenir moins

Les assureurs continuent même de pointer du doigt les événements climatiques, avec, aux avant-postes en 2011, le risque de sécheresse-subsidence. « Les augmentations tarifaires 2011 vont se poursuivre en 2012. Elles seront même sans doute un peu plus marquées qu'en 2011 en MRH, car plusieurs phénomènes se conjuguent : événements climatiques, hausse de la fréquence en vol, mais aussi problème de vétusté des habitations du fait de la crise, avec un entretien délaissé et des dégâts des eaux qui se multiplient », note ainsi Stéphane Chappellier.

Enfin, crise économique et financière aidant, « le marché obtiendra moins de produits financiers cette année. Conjugué à l'impact de la prochaine mise en oeuvre de Solvabilité 2, qui favorise une tarification plus technique et un accroissement de la charge en capital, cela devrait avoir une incidence tarifaire dès 2012 », conclut Stéphane Chappellier.

Les assurés feront-ils face à cette vague de hausses sans sourciller ? Peu probable, compte tenu du renchérissement attendu du poste santé. Déjà, certains assureurs adaptent leur offre dommages avec des contrats moins coûteux n'incluant plus que les garanties de base.

LES FACTEURS DE HAUSSE

EN SANTÉ

  • Le passage de la TSCA à 7%
  • Les dépassements d'honoraires et d'optique, toujours en croissance malgré les réseaux
  • L'impact d'un possible élargissement de l'aide à la complémentaire santé sur la taxe CMU
  • L'entrée en fiscalité des mutuelles et des institutions de prévoyance en 2012
  • L'impact de la réforme des retraites
  • Les revenus financiers atones en 2011

EN DOMMAGES

  • La dérive continue du coût des dommages corporels
  • L'interdiction de différencier la tarification en fonction du sexe
  • La dérive de la sinistralité vol (multirisque habitation)
  • Le risque de sécheresse-subsidence
  • La dérive de la sinistralité dégâts des eaux en raison du mauvais entretien et de la vétusté des habitations
  • Les revenus financiers atones en 2011

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 03 avril 2020

ÉDITION DU 03 avril 2020 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH

Responsable de Développement « Accord de Branches » H/F

Postuler

INFOPRO DIGITAL

Commercial sédentaire en BtoB H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Tarifs 2012 des particuliers : Un cocktail explosif

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié