Top Mutualité 2016 : mer peu agitée devenant... forte

Top Mutualité 2016 : mer peu agitée devenant... forte
Sources : L’Argus de l’assurance et les sociétés citées

La relative stabilité du paysage mutualiste à fin 2015 ne doit pas masquer l’arrivée de fortes dépressions. Concentration, référencement dans la Fonction publique et baisse des marges devraient fortement secouer le monde des mutuelles.

L’année 2015 n’a pas bousculé le classement de la mutualité réalisé par L’Argus de l’Assurance. La stabilité est de mise pour les 5 premières places, avec des croissances entre 1 et 4% pour les leaders. Si la MGEN affiche un flatteur +11,6%, c’est grâce à l’intégration de la MGET : cette croissance est de 2,3% sans ce retraitement. Sur la base du Top 30, la croissance globale des acteurs est de 3,48% mais, sans les changements de périmètre de MGEN et Solimut, tombe à 1,61%. Viasanté, arrivée dans ce classement l’année dernière, gagne deux places au 6e rang et, hors MGEN et Solimut, affiche la deuxième plus forte progression (5,7%, contre 9% pour Intériale). Une nouvelle venue fait son apparition, Apivia Mutuelle (16e), résultant de la fusion entre la Smam et la Smip.

Mais ce paysage est d’ores et déjà en train d’être bousculé, pour plusieurs raisons. Premièrement, la concentration mutualiste est en train de franchir une nouvelle étape avec deux rapprochements majeurs. Depuis l’été, le groupe Aesio réunit Eovi MCD, Adrea et Apréva, avant d’intégrer Solimut en 2017. Les équipes d’Harmonie Mutuelles et d’Istya (MGEN, MNT, MGEFI) travaillent également à la création d’une UMG, qui ne devrait voir cependant le jour qu’en 2017 et non pas fin 2016 comme prévu initialement, notamment en raison de la "crise" d’octobre. Ces deux géants pèseront respectivement pour 2 Md€ et 5,6 Md€ de cotisations annuelles.

«La constitution de ces deux grands groupes va très probablement accélérer une seconde phase de partenariats et de rapprochements avec des acteurs présents en IARD, alors même que l’intégration opérationnelle des rapprochements en cours ne sera pas achevée», estime Olivier Zimmer, directeur associé du cabinet Avisen.

Un nombre réduit de mutuelles indépendantes

Sur les cinq mutuelles du Top 30 qui fonctionnaient en solo en 2015, deux ont opéré des rapprochements : Unéo et la Mutuelle générale de la Police (MGP) s’associent au sein d’Unéopole avec la GMF. UMC, hors classement, s’est de son côté rapproché de Klesia. Reste donc un nombre réduit de mutuelles indépendantes : Mutuelle Bleue (20e), Prévifrance (25e) et CCMO (30e). On peut toutefois y ajouter Intériale (15e, rapprochement manqué avec Unéo et la MGP mais nouveau partenariat avec Axa), la Mutuelle générale des Cheminots (26e), les Mutuelles du Soleil (32e), M comme Mutuelle (hors classement)… et la MNH (5e), à la suite de l’échec de son rapprochement avec Pasteur Mutualité.

Autre choc annoncé : les référencements en santé et prévoyance au sein des ministères de la fonction publique d’État. En 2009, lors de la première édition de cette procédure, les mutuelles dites "historiques" avaient tout raflé, à l’exception de l’ONF qui avait fait le choix de Groupama. La seconde vague, qui va courir jusqu’à fin 2017, s’annonce bien plus ouverte : pour preuve, le premier résultat a été un coup de théâtre.

Le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a en effet reconduit pour sept ans la mutuelle tenante, en y adjoignant un assureur mutualiste et un groupe de protection sociale. Les mutuelles historiques auront des difficultés à conserver leur pré carré. Mais la concurrence ne vient pas seulement des groupes de protection et des assureurs. Le "Yalta" implicite entre mutuelles de fonctionnaires a volé en éclat : Intériale, mutuelle du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, était présente sur l’Agriculture ! Le groupe, qui a noué un partenariat structurant avec Axa, devrait bien évidemment se positionner sur l’appel d’offres de la place Beauvau, voire également sur celui de la Défense. Deux ministères également dans le collimateur d’Unéopole, la nouvelle union regroupant Unéo (militaires), la Mutuelle générale de la Police et la GMF. Par ailleurs, à l’instar d’Aesio, les "interpro" semblent décidés à s’aventurer sur les terres des fonctionnaires...

Les alliances Intériale-Axa et Unéopole sont d’ailleurs révélatrices de la troisième bourrasque qui agite le monde mutualiste : la réduction des marges en assurance santé et l’incontournable diversification qui en résulte. Certes, contre toute attente, la santé individuelle, coeur de métier des mutuelles, a plutôt bien résisté à la généralisation de la complémentaire santé : le Top 30 montre d’ailleurs que les organismes mutualistes ont plutôt mieux passé cette réforme que les institutions de prévoyance (lire L’Argus de l’assurance n°7480). Mais le mouvement vers la collective n’en est pas moins inéluctable et l’ANI a considérablement tiré les prix vers le bas dans un marché amorphe : 1,3 % de croissance en 2015, contre 3 % en 2014, et un tout petit 0,2 % sur le premier semestre 2016 !

Or, les chiffres du Top 30 révèlent que les mutuelles restent très majoritairement axées sur la santé. Certaines ont toutefois déjà opéré un virage vers la prévoyance, comme la Mutuelle nationale Territoriale (MNT, 8e). Acteur historique auprès des agents, notamment sur la garantie maintien de salaire, elle explore également l’IARD au sein de l’UGM Territoires d’Avenir avec Smacl Assurances. «Nous avons déjà mis en place MNT auto et MNT habitation avec Smacl Assurances, et les très bons résultats de cette première phase de test nous montrent bien que notre approche était attendue par nos adhérents» se réjouit le président de la mutuelle Alain Gianazza, listant les prochains projets que sont le logement, les services financiers ou encore l’épargne-retraite.

La diversification est également au premier rang des préoccupations d’Aesio : «Nous nous sommes donnés jusqu’au 31 décembre pour organiser cette stratégie sur la prévoyance et l’épargneretraite, sans oublier une réflexion sur l’IARD» rappelait son président Maurice Ronat. Harmonie Mutuelle vient également d’annoncer un accord de distribution avec Matmut en direction des entreprises.

«Les mutuelles ont tout intérêt à se diversifier, mais le renouvellement de leur population d’adhérents continuera à passer par la santé pour des raisons historiques» prévient toutefois Olivier Zimmer, voyant dans la santé un «produit d’appel». Soumises à une compétition accrue en santé, nouvelles venues sur d’autres risques où la concurrence est établie, les mutuelles devront jouer la carte de l’efficacité : investissements en distribution et systèmes d’information, formation des personnels, baisse des frais de gestion… Jusqu’à la prochaine secousse.

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Top Mutualité 2016 : mer peu agitée devenant... forte

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié