Total sur le pont au large des côtes écossaises

Total sur le pont au large des côtes écossaises
La plateforme Elgin de Total, aux larges de l'Ecosse

Le groupe pétrolier se démène pour résoudre rapidement la fuite constatée sur un des puits exploités par la plateforme d'Elgin, joint-venture dans laquelle il participe à hauteur de 46%. Retour sur les niveaux de garanties et les couvertures envisagées pour un tel sinistre.

Depuis le 25 mars dernier, une fuite de gaz a été constatée au niveau d’un des puits exploités sur la plateforme d’Elgin. Le groupe Total a une participation de 46% dans cette joint-venture située au large des côtes écossaises. Premières conséquences de cette défaillance : toutes les équipes travaillant pour Elgin ont été évacuées, des opérations de mise en sécurité étant menées en relation avec les autorités britanniques.

« Un danger de pollution très faible »

Selon Gérard Naisse, risk manager du groupe Total, « le danger de pollution est à ce jour extrêmement faible ». Le problème principal concerne le nuage gazeux qui s'est formé suite de la fuite. En cas de sinistres, trois types de garanties pourraient être déclenchés. La première inclut le coût de reprise de contrôle du puits en question, une possible opération de « reforage » et une garantie pollution.

La deuxième garantie à pouvoir être déclenchée concerne la garantie dommages des installations. Des installations qui, toujours selon Gérard Naisse, ne sont pas « physiquement » touchées. La dernière garantie à pouvoir être appliquée est celle de la responsabilité civile incluant aussi une garantie complémentaire liée à la pollution. L’ensemble de ces garanties pourraient couvrir des coûts pouvant atteindre plusieurs milliards de dollars. Pour le groupe Total, les garanties sont émises par sa captive, elle-même réassurée par les mutuelles de l'industrie pétrolière, dont Oil Insurance Limited, et les principaux réassureurs « energy » anglais, européens, américains ou bermudiens

Deux options possibles

Pour le moment, deux options pourraient encore être choisies par les protagonistes du dossier : soit « tuer le puits » (plusieurs dizaines de millions de dollars), soit effectuer des opérations de forage aux abords du puits afin de faire cesser l'arrivée de gaz (de l'ordre de 100 M$ par puits). Shell, qui a fait évacuer ses unités, aurait annoncé le retour de ses collaborateurs sur les plateformes situées à sept kilomètres de la zone d’alertes. « On est bien loin à l’heure actuelle d’une catastrophe majeure en la matière », conclut Gérard Naisse, risk manager du groupe Total.

Thomas Baume

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 13 mai 2022

ÉDITION DU 13 mai 2022 Je consulte

Emploi

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

Adis Assurances

Rédacteurs Règlements en Prévoyance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

AMO POUR L'ACCOMPAGNEMENT DE LA CTM SUR LES ASPECTS JURIDIQUES ET FINANCIERS RELATI...

Conseil Régional de la Martinique Service des Marchés-Commande publique

13 mai

972 - COLLECTIVITE TERRITORIALE MARTINIQUE

SOUSCRIPTION ET GESTION DE CONTRATS D'ASSURANCE

Ville de Bedoin

13 mai

84 - BEDOIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Total sur le pont au large des côtes écossaises

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié