Xynthia : de nouvelles auditions

Xynthia : de nouvelles auditions
La mission commune d’information du Sénat sur les conséquences de la tempête Xynthia a auditionné hier Gérard Andreck, le président du Gema, et sa secrétaire générale, Catherine Traca, tandis que l'Assemblée Nationale écoutait Bernard Spitz, président de la FFSA. Photo : Gérard Andreck + Bernard Spitz

Gérard Andreck, le président du Gema, tout comme Bernard Spitz, président de la FFSA, ont confirmé le montant des sinistres Xynthia évalué à une fourchette comprise entre 1,2 et 1,5Md€. Le nombre de dossiers se rapprocherait néanmoins de 400 000 pour les seuls effets du vent (soit 90 % des dossiers) et à peine 40 000 pour les inondations (déclaration FFSA). En revanche, les premiers pèsent 55 % des coûts. « Il n’y aura aucune déchéance pour déclarations tardives », a notamment indiqué Gérard Andreck. « L’ensemble de la profession a pris l’engagement de régler le plus rapidement possible, dès que les sinistres n’excèdent pas 2 000€ ». A ce propos, Bernard Spitz a précisé aux députés que 100 % des sinistrés avaient été visités une fois et la moitié d'entre eux deux fois (chiffres vérifiés sur la Vendée). Les sénateurs ont de leur côté posé différentes questions concernant l’expertise, la problématique des « zones noires », le fonctionnement du fonds Barnier et la réforme éventuelle du régime des catastrophes naturelles. Gérard Andreck a confirmé que la ressource annuelle du fonds Barnier était de 150M€. Les sénateurs, pour leur part, ont indiqué avoir eu connaissance d’une réserve de seulement 80M€. « Une partie du fonds Barnier a été utilisée pour des études et des recherches », a expliqué Gérard Andreck. « Les missions du fonds ont été étendues par voie législative », a ajouté Catherine Traca. Concernant le régime des catastrophes naturelles, Gérard Andreck a indiqué que « le système français était l’un des meilleurs au monde ». Même réponse de Bernard Spitz aux députés : "sur le principe, le fonctionnement et les modalités, ce régime fonctionne. S'il y a modification c'est dans le détail". Enfin, concernant les zones noires, "tant que les décisions d'expropriations ne seront pas définitives, les assurés continueront à être assurés dans les mêmes conditions" a-t-il été dit au palais Bourbon.

Floriane Bozzo et Emmanuelle Bernard

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Xynthia : de nouvelles auditions

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié