[DOSSIER] TOP 30 de la santé 2016 : classements et analyse 3/3

Yanick Philippon (Generali) : «Nous n’avons aucune pratique de dumping»

Yanick Philippon (Generali) : «Nous n’avons aucune pratique de dumping»
Yanick Philippon, membre du comex de Generali en charges des assurances collectives

Generali affiche une progression de 13 % en santé en 2015, mais suscite bien des critiques sur sa politique tarifaire agressive. Quel est l’effet ANI au sein de la compagnie ? Les réponses de Yanick Philippon, membre du comité exécutif en charge des assurances collectives.

Argus de l'Assurance : Comment interpréter la bonne performance santé de Generali en 2015 ?

Yanick Philippon : Il y a un premier effet ANI. Nous sommes partis très tôt, dès avril 2014, en sachant que toutes les entreprises n’attendraient pas janvier 2016 pour s’équiper. La loi ouvrait une opportunité sur ce marché historiquement de remplacement et nous avons mis tous les atouts de notre côté : conception d’une nouvelle offre de A à Z, création d’outils digitaux pour les entreprises et les salariés sur le principe du Do it yourself, et enfin mobilisation et formation de tous nos réseaux – courtage, agents, réseaux salariés. L’ANI est un marché de proximité.

Et comment s’annoncent les résultats pour 2016 ?

La progression sera encore plus importante, car elle reflétera les ventes de 2015. Et nous bénéficierons, comme l’année dernière, d’une bonne performance sur les ETI et grandes entreprises, un segment très animé, peut-être en lien avec les mises en conformité des contrats responsables. Les institutions de prévoyance s’avèrent moins présentes sur ce marché, compte tenu de leur politique de redressement tarifaire.

Cette progression n’est-elle pas le résultat d’une politique tarifaire très agressive ?

Certains n’hésitent pas à parler de dumping. Nous avons fait le choix d’un tarif attractif pour le socle. Generali est très présent en IARD sur les TPE-PME, avec un objectif affirmé de multi-équipement, et il n’était pas question de se mettre en risque sur notre portefeuille, en n’accompagnant pas nos clients sur la santé. Mais il n’y a aucune pratique de dumping car, dans le même temps, nous avons des objectifs élevés dans la vente de surcomplémentaires. Avec des résultats satisfaisants puisque, pour exemple, sur le segment des entreprises de 1 à 20 salariés, nous enregistrons des taux de souscription en renforts facultatifs de plus de 60 % pour les garanties les plus basses.

Est-ce que vous ne serez pas amenés à relever fortement vos tarifs dans les années à venir ?

Ce n’est pas notre politique et il n’y aura pas de redressement massif des tarifs en 2016 et 2017. Nous travaillons de plus en plus dans une logique de valeur client, une approche globale qui intègre les différents risques : santé, prévoyance, IARD…

Comment Generali a-t-il abordé les branches professionnelles ?

Generali s’était beaucoup engagé en faveur de la suppression des clauses de désignation, et c’est pourquoi nous avons souhaité nous positionner sur les nouvelles procédures de recommandation. Mais les résultats des premiers appels d’offres nous ont très rapidement convaincus que les choix n’étaient pas davantage ouverts qu’auparavant. Nous avons alors décidé de nous adresser directement aux entreprises en concevant des offres spécifiques pour les branches les plus présentes dans notre portefeuille : Syntec, HCR…

La fenêtre ANI est-elle refermée ?

Il demeure encore quelques retardataires à équiper, mais l’enjeu actuel tient surtout à la surcomplémentaire. Nous ne sommes pas encore totalement satisfaits de nos résultats dans ce domaine. Les salariés n’ont pas eu toutes les informations nécessaires, et certains n’ont pas encore résilié leur couverture individuelle. Ils vont le faire cette année, avec le souci de conserver le même niveau de remboursement. Le match de la surcomplémentaire est loin d’être terminé. Et par ailleurs, il s’agit maintenant de favoriser le multiéquipement, notamment en prévoyance, et de répondre à tous les besoins privés des salariés.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Yanick Philippon (Generali) : «Nous n’avons aucune pratique de dumping»

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié