[DOSSIER] C’était en 2015 : une élection riche en débats pour [...] 2/8

Agéa : 1 élection, 2 candidats, 5 défis

Agéa : 1 élection, 2 candidats, 5 défis
Patrick Evrard (à gauche) et Michel Picon sont candidats à la présidence d'Agéa.

Pour une fois, le suspens sera au rendez-vous. Les représentants des agents généraux amenés à élire le président et les membres du comité directeur de leur fédération, Agéa, auront, le 10 juin 2015, le choix entre deux équipes. L’une menée par Patrick Evrard, l’autre par Michel Picon, tous deux présidents adjoints.

Fédérer les troupes

Au sein d’une famille de professionnels indépendants, Agéa affiche un taux d’adhésion assez élevé : 62 %. à l’heure où la profession se renouvelle, la priorité sera de fédérer.

La présence de deux candidats annonce une campa­gne riche en débats. Et c’est sans doute un point positif au sein d’une organisation qui avait l’habitude de régler la question de la succession des membres de sa plus haute instance, en amont des élections. Cette pratique garantit certes une continuité dans la feuille de route et le fonctionnement de la fédération, à condition que le poids des habitudes ne devienne pas pénalisant à la longue. L’absence de consensus cette année représente une oppor­tunité mais aussi un risque de clivages entre partisans de l’un ou l’autre candidat, et de fractures au sein d’une profession jusqu’à présent assez soudée, mais qui se doit aussi, au fur et à mesure des départs en retrai­te, de convaincre les nouvelles générations d’agents généraux. Dans leur programme, les deux candidats auront à trouver le juste équilibre entre préserver l’héritage et insuffler un nouveau souffle.

Défendre la profession

L’élection de la nouvelle équipe intervient alors que la profession fait face à de nombreux bouleversements, dans la sphère de l’assurance mais aussi au-delà.

Généralisation de la complémentaire santé, clauses de désignation, loi « Hamon »… Les occa­sions de défendre les intérêts de la profession au cours de la mandature d’Hervé de Veyrac n’ont pas manqué, tant les évolutions réglementaires ayant un impact sur le marché de l’assu­rance ont été nombreuses ces dernières années. Et rien ne garantit que l’avenir soit plus calme sur ce front. Tout au contraire : les profondes réformes du système de protection sociale ou encore le renforcement des dispositifs de défense des consommateurs risquent de donner lieu à de nouveaux bouleversements.

En tant qu’intermédiaires d’assurance généralistes, les agents ont à s’adapter à toutes les évolutions qui touchent le secteur. En tant que professions libérales et dirigeants d’entreprises, ils doivent aussi prendre en compte des évolutions du cadre fiscal, économique ou social. Et sur ce plan également, les lignes pourraient bouger à l’avenir. De par leur implication au sein d’Agéa, les deux candidats ont eu l’occasion de participer aux actions de lobbying menées par la fédération. Il leur faudra sans doute encore étoffer leur réseau à l’avenir.

Se faire entendre au niveau européen

Solvabilité 2, directive intermédiation... de nombreux sujets qui impactent directement ou indirectement la profession se décident au-delà des frontières de l’Hexagone.

Au cours des trois dernières années, Agéa a renforcé son travail de veille vis-à-vis des institutions via le Bipar, organisation européenne qui réunit différentes famil­les d’intermédiaires, ainsi que ses actions de lobbying directe­ment auprès des députés européens. Cet élargissement de la sphère d’influence de la fédération, Patrick Evrard y a largement contribué puisqu’en tant que président adjoint, il était tout particulièrement en charge des questions européennes. Convaincu de l’importance d’agir au-delà du marché français et connaissant bien les rouages des institutions européennes, il poursuivra dans cette voie s’il est élu.

Michel Picon lui aussi entend investir ce terrain d’action mais sous une forme un peu différente. Le candidat à l’élection milite en effet pour la création d’une « fédération européenne des agents généraux qui puisse faire entendre de manière plus directe la voix de la profession, parallèlement aux actions menées par le Bipar. »

Bâtir avec les compagnies

Plusieurs chantiers impliquant des négociations avec les compagnies d’assurance et leurs représentants au sein de la FFSA ont été lancés par le passé mais n’ont toujours pas abouti.

Sur des sujets bien spécifiques, telle que la directive intermédiation, Agéa et la FFSA parviennent à trouver des positions commu­nes mais sur certains sujets de fond, il reste du travail. Il y a plusieurs années, Agéa s’est fixé pour objectif de rénover la convention qui régit les relations entre les agents et les compagnies. Celle-ci date de 1996 et depuis le paysage de l’assu­rance et de la distribution a beaucoup évolué mais ce dossier n’a toujours pas abouti. La création d’un parcours de professionnalisation destiné à faire évoluer et à valider les compé­tences des agents figure aussi depuis plusieurs années parmi les priorités d’Agéa. à défaut de pouvoir faire avancer ce dossier en concertation avec la FFSA, la fédération continue à multiplier les initiatives (création de formations et d’outils adaptés aux nouveaux enjeux de la profession, etc.) pour accompagner la montée en compétences des agents. Avec les transformations en cours au sein des compagnies – essor du digital, distribution multi-accès, réduction des dépen­ses, entrée en vigueur de nouvelles normes prudentielles, etc – il devient urgent de renouer un dialogue constructif avec les représentants des différentes compagnies.

Accompagner les agents

La fédération fournit de nombreux services à ses adhérents mais pourrait aller encore plus loin pour les aider à anticiper les changements.

Veille réglementaire, conseil d’ordre juridique, fiscal ou social, formations, outils de communication, guides pratiques : la fédération dispose déjà d’une palette de services très étoffée destinée à aider les agents dans l’exercice de leur métier au quotidien. Partant de ces acquis, les deux candi­dats comptent aller encore plus loin en faisant évoluer le fonctionnement de la fédération et travaillant de manière plus collaborative.

Patrick Evrard entend favoriser « les échanges au sein des instances » et « créer des débats sur des sujets tels que la digitalisation, l’agence du XXIe siècle, les conséquences de Solvabilité 2 sur notre métier ou encore les modes de rémunération à l’heure où l’Europe se saisit de ce sujet… »

De son côté, Michel Picon propose de créer des commissions sur des sujets d’importance comme le digital ou l’installation des nouveaux agents. « La fédération doit être en mesure de fournir aux syndicats un back-office de réflexions et d’analyses sur les évolutions du métier », précise-t-il. Accompagnement des agents généraux à titre individuel mais aussi des syndicats de compagnie sachant que tous ne disposent pas de moyens conséquents, seront des arguments importants dans cette campagne qui est déjà bien lancée.

  • 12 136 : Le nombre d’agents généraux en exercice en France. Au total, ils dirigent 11 334 structures et emploient 23 400 collaborateurs. (Source : Agéa 2014.)
  • 62% : Le taux d’adhésion des agents à la fédération, via leur syndicat de société ou les chambres locales d’Agéa. Lors de la première année d’exercice ce taux est de 50%.

 

Leurs prédécesseurs depuis vingt ans

  • 1994-2003 : Jean-Claude Lechanoine, Axa
  • 2003-2006 : Guy Baqué, Allianz (ex-AGF)
  • 2006-2012 : Philippe de Robert, Gan Assurances
  • 2012-2015 : Hervé de Veyrac, Allianz

 

Une élection au suffrage indirect

  • Agéa fédère différentes structures : syndicats de sociétés, chambres régionales et locales auxquelles adhèrent individuellement les agents généraux.
  • Le 10 juin 2015, lors de l’assemblée générale d’Agéa, ce ne sont pas les agents généraux syndiqués qui éliront directement l’équipe qui composera le prochain comité directeur, mais leurs représentants. à savoir : les présidents des 15 syndicats de société, les présidents des 21 chambres régionales et les présidents des 99 chambres locales d’Agéa.
  • Ces « grands électeurs » détiennent un nombre de voix calculé au prorata du nombre d’adhérents.

 

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 22 octobre 2021

ÉDITION DU 22 octobre 2021 Je consulte

Emploi

ALLIASS

Gestionnaire sinistres IARD Confirmé H/F

Postuler

Natixis Assurances

CHARGÉ D’ÉTUDES ACTUARIELLES INVENTAIRE EPARGNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

SOUSCRIPTION CONTRATS D'ASSURANCE.

Ville de Gevrey Chambertin

22 octobre

21 - GEVREY CHAMBERTIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Agéa : 1 élection, 2 candidats, 5 défis

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié