Agriculture : Groupama propose sa nouvelle offre «coup dur»

Agriculture : Groupama propose sa nouvelle offre «coup dur»
ARENYSAM/FOTOLIA Groupama va offrir des garanties complémentaires pour couvrir les agriculteurs face aux risques climatiques

Le Comité national de gestion des risques en agriculture a arrêté, le 18 juin 2015, les paramètres du «contrat socle», le nouveau dispositif destiné à couvrir les coups durs liés au climat. Initié en 2013 par les organisations agricoles et les assureurs sous l’égide du ministère de l’agriculture, ce projet se substituera, dès la récolte 2016, au système de couverture actuel de la multirisque climatique. Groupama communique déjà les conditions de commercialisation de son produit.

Finie, dès 2016, la multirisque climatique subventionnée par l'Europe à hauteur de 65 % pour les agriculteurs. Bienvenu au "contrat socle" qui initie un nouveau découpage assurantiel de la couverture des dommages liés aux risques autres que la grêle ou la tempête. Baptisées calamités agricoles, ces variations anormales d'un agent naturel climatique (sécheresse, gel...) causent des dégâts considérables, mais coûtent très chers.

"Seules 35 % des grandes cultures sont couvertes par un dispositif assurantiel privé", relate François Schmitt, président délégué de la Fédération nationale de Groupama. Cela explique pourquoi les organisations agricoles et le ministère de l'agriculture en concertation avec l'Europe ont entrepris depuis 2013 de bâtir un nouveau "contrat socle" comportant moins de garanties -mais les principales requises - baissant le tarif de 13 % pour les agriculteurs. Ce contrat sera assorti d'un seuil de déclenchement et d'une franchise à 30 % et les capitaux plafonnés ont été calculés afin de permettre à l'assuré, en cas de pertes totales, de re-initier un cycle de production.

De nouveaux paramètres pour la multirisque climatique

Ce premier socle de couverture sera subventionné à hauteur de 65%. Si l'agriculteur veut conserver le niveau de protection actuel de sa multirisque climatique, il devra donc souscrire un second niveau de couverture comprenant des garanties complémentaires, subventionnées de façon moindre à hauteur de 45 %. Un troisième niveau de garanties non subventionnés sera aussi proposé.

"A iso-périmètre, l'agriculteur dépensera 5,5 % de plus ", déclare François Schmitt pour qui une réforme des outils en place de gestion des risques en agriculture était toutefois nécessaire car le modèle économique dans sa forme actuelle n'a pas encore été trouvé. De fait, il faudrait que 70 % des surfaces soient assurées pour exclure les risques d'anti-sélection...

Groupama, leader sur le marché agricole avec 85 % du portefeuille de la multirisque climatique, espère garder l'ensemble de ses assurés (85 000 contrats, ndlr). Le groupe a déjà fixé les conditions de commercialisation et les bases d’indemnisation de son offre pour la campagne 2015-2016.Le principe des garanties complémentaires permettra aux assurés de personnaliser leur couverture.« Le niveau de prestations sera équivalent à celui offert par les contrats multirisques climatique actuels », assure François Schmitt.

Conformément à la demande des organisations professionnelles agricoles, une offre pour les prairies qui 'existait pas auparavant, construite en concertation avec eux, sera également proposée pour la récolte de 2016.

Concernant la récolte 2014, les subventions, qui ont pris du retard, devraient arriver dans les semaines à venir.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 06 décembre 2019

ÉDITION DU 06 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Agriculture : Groupama propose sa nouvelle offre «coup dur»

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié