Amendement sur les recommandations : les agents généraux restent mobilisés

Amendement sur les recommandations : les agents généraux restent mobilisés
Hervé de Veyrac, président d'Agéa.

En réaction à l'amendement déposé par le gouvernement sur les recommandations de branche en matière de complémentaire santé et prévoyance collective, et adopté par l'Assemblée Nationale lors du vote du PLFSS, la Fédération nationale des syndicats d'agents généraux (Agéa) a décidé d'agir...et vite, d'ici le 6 novembre.

La date de l’examen au Sénat du PLFSS 2014 dans lequel figure l'article 12 ter sur les recommandations de branche issu de l'amendement déposé par le gouvernement, approche. D’ici au 6 novembre, la Fédération nationale des syndicats d’agents généraux (Agéa) va intensifier ses actions pour faire pencher à nouveau la balance dans le sens de la libre concurrence.

Dans une nouvelle contribution écrite qu’elle s’apprête à envoyer aux sénateurs, la Fédération rappelle notamment les vertus de la mutualisation interprofessionnelle et dénonce à nouveau le fait que le gouvernement contourne la décision du Conseil constitutionnel. «Cet acharnement du gouvernement à imposer aux entreprises la complémentaire santé choisie par leur branche professionnelle génère l’incompréhension de tous les agents généraux d’assurance», indique la Fédération. «Cette mesure entraînera la destruction dans toute la France de 40 000 emplois dans le secteur de l’assurance. Agéa continuera à dénoncer haut et fort ce que chacun sait : que les clauses de désignation hier et cette tentative de modulation du forfait social aujourd’hui font partie avec d’autres mécanismes tout aussi occultes du système de financement des syndicats français. C’est ce que le gouvernement s’acharne à vouloir sauvegarder sous couvert de fausses raisons pour éviter tout débat démocratique sur cette question.» 

Des actions vis-à-vis des élus locaux

Cette contribution sera envoyée aux sénateurs, mais aussi aux députés et aux élus locaux. Individuellement, chaque agent pourra relayer cette nouvelle action. «Nous allons demander à tous les agents d’envoyer des courriers à leurs maires pour les sensibiliser à l’impact sur l’emploi des mesures qui sont en train d’être prises, ainsi qu’à leurs sénateurs et à leurs députés», indique Hervé de Veyrac, président d’Agéa. Objectif : «Faire en sorte que le Conseil constitutionnel puisse entendre monter la grogne que suscite cette manœuvre de contournement de la décision qui a été prise.» Et si la loi était votée, «nous ferons tout pour sensibiliser députés et sénateurs à l’introduction d’un recours devant le Conseil constitutionnel», ajoute Hervé de Veyrac. 

3 000 emplois menacés

Au niveau de la profession, qui compte 12 500 agents qui emploient 23 000 salariés, Agéa estime que la distorsion de concurrence générée par les mesures du gouvernement menace 3 000 emplois et ce, dans un contexte de généralisation des couvertures d'entreprises à l'horizon 2016. «Ce qui serait dramatique pour la profession des agents généraux, c’est que les 4% du marché de la collective qui nous échapperait s’ajouterait aux 25% de l’individuelle que nous allons perdre. Et tout le travail que nous réalisons en ce moment, c’est justement d’aider les agents à rentrer davantage sur le marché des collectives pour amortir cette perte d’activité», souligne le président d'Agéa. Une formation sur l'assurance collective est notamment en préparation.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

ALLIASS

Gestionnaire sinistres IARD Confirmé H/F

Postuler

Natixis Assurances

CONTRÔLEUR DE GESTION EPARGNE (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Amendement sur les recommandations : les agents généraux restent mobilisés

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

30/10/2013 11h:23

Ben voyons surfons sur la faiblesse de ce gouvernement , demandons la fin de la sécurité sociale , des IP faisons une assurance a plusieurs niveaux et laissons les autres au bord de la route.C 'est bon le gavage ?

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié