[DOSSIER] Numéro #Spécial ANI 8/11

ANI : les comparateurs à la peine sur les entreprises

ANI : les comparateurs à la peine sur les entreprises

Les comparateurs se retrouvent touchés de plein fouet par la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés. Si les TNS et les seniors sont devenus une priorité, les tentatives de développement sur le marché des entreprises sont loin d’être concluantes.

Depuis l’adoption de la généralisation de l’assurance santé à tous les salariés, en juin 2013, les actifs ne constituent plus une cible de choix pour les acteurs de la complémentaire maladie individuelle. Un constat unanime chez les comparateurs, comme le résume, chiffres à l’appui, Hervé Massié, directeur commercial de Lesfurets.com : « Auparavant, 50% des assureurs ciblaient les actifs sur notre site. Cette proportion est passée à 25%. » Dès lors, quelle politique adoptée afin de compenser le manque à gagner ?

A l’instar de leurs partenaires, tous les acteurs de la comparaison ont entrepris une stratégie de séduction à l’égard des séniors et des travailleurs non-salariés (TNS), qui ne sont pas concernés par l’échéance du 1er janvier 2016. « L’enjeu est en effet de maximiser les taux de demande hors-ANI et de minimiser les taux des cibles concernées par l’ANI », explique Julien Fillaud, directeur général adjoint du groupement de comparateurs Comparadise. Cela dit même si ce dernier « mise surtout sur les seniors », le groupement n’en a pas moins développé une stratégie en direction des professionnels. Un repositionnement qui est loin de faire l’unanimité au sein de cette activité.

Lesfurets.com, spécialisé en premier lieu en comparaison d’assurance auto, a ainsi décidé de rester sur la cible des particuliers, et cela malgré l’appel du pied de certains partenaires assureurs à se lancer sur la « petite collective ». Deux réflexions sont pourtant en cours : aborder l’ANI sous l’angle des TNS qui emploient des salariés et se lancer dans la sur-complémentaire, piste également explorée par Assurland (voir encadré). A contrario, Lelynx.fr, jusqu’alors timidement présent avec un produit collectif en marque blanche, propose, depuis le 3 septembre dernier, les offres de quatre partenaires, avec comme cible les très petites entreprises (TPE) : « On pense que les TPE vont aller sur les comparateurs. On sent des frémissements, mais on s’attend à un boom début 2016, quand les premières sanctions vont tomber », explique Damien Birraux, directeur commercial du comparateur.

De fait, jusqu’à présent, les requêtes sur les contrats collectifs santé demeurent très faibles (voir tableau ) et sont bien loin de compenser les pertes d’audience enregistrées sur les garanties individuelles. Assurland, par exemple, a connu une chute de 15% de son chiffre d’affaires sur l’assurance santé individuelle en 2014. Et le comparateur, qui a lancé le site Assurlandpro en 2010, ne connaît pas vraiment de phénomène ANI : « A ce stade, nous n’observons pas de « boom » des demandes en assurance collective. Je ne sais pas si notre cible, les TPE sans collective et qui emploient des salariés payés à des niveaux proches du Smic, sont sensibles à Internet », s’interroge Stanislas Di Vittorio, directeur général d’Assurland.

Comparadise et Lecomparateurassurance.com, spécialisés en santé, ont tous les deux poussé encore plus loin l’investissement, en proposant des sites dédiés à la collective. Le premier a ainsi repositionné sur les entreprises Kelassur, alors que le second lançait à la fin juin 2014, Lassurancepro.com totalement tourné sur la généralisation de la complémentaire santé. « Ce projet n’était pas dans les tuyaux avant l’ANI, mais nous avons observé une appétence de la part de nos partenaires face à un format d’assurance obligatoire », précise son directeur général, Christophe Triquet. Une stratégie qui demande encore à faire ses preuves.

Les assureurs partenaires demeurent peu nombreux. A ce jour, Kelassur ne relaie que les offres de la marque Réunica (groupe AG2R La Mondiale). Deux autres partenariats sont en cours de finalisation, selon Julien Fillaud : « Les assureurs sont encore rares à pouvoir tarifer en live sur la cible des entreprises. On y vient, mais seulement en ce moment. Toutefois à partir d’une certaine taille, les mutuelles d’entreprises resteront dans la tarification non-live. »

Et par ailleurs, même ces « spécialistes » se heurtent à la faiblesse des demandes de comparaisons Du côté de Lecomparateurassurance, qui compare les offres de quatre acteurs (Apicil, CNM Mutuelle, Mutuelle Juste et Adréa), on relève toutefois que le mois de septembre 2015 a enregistré un taux record (+80% de requêtes par rapport au mois d’août) et Christophe Triquet se veut confiant dans le réveil des TPE. La réponse dans quelques mois.

Stanislas Di Vittorio, directeur général d’Assurland : «Les assureurs sont frileux sur la surcomplémentaire»

«Plutôt que la mutuelle d’entreprise, le vrai sujet serait la surcomplémentaire, car la couverture obligatoire proposée par les entreprises aux salariés restera minimale. Nous en avons parlé avec les assureurs, mais ils se montrent frileux et ne souhaitent pas se lancer sur ce marché. En effet, la gestion de la surcomplémentaire n’est pas prévue dans le système de santé actuel, qui comprend l’automatisation des remboursements de la Sécurité sociale et des complémentaires. Les assureurs devront alors gérer les contrats en surcomplémentaire « à la main », ce qui induit des coûts de traitement élevés. En conséquence, nous n’avons pas de partenaires en surcomplémentaire, mais nous le souhaiterions.»

 

Les freins au développement en santé collective

  • Faible nombre de requêtes d’entreprises sur les comparateurs.
  • Peu de partenaires assureurs.
  • Tarification en ligne peu développée.
  • Complexité du questionnaire : prise en compte des accords de branche, tarification différente.
  • Cible restreinte, en premier lieu les TPE, car les PME sont plus difficiles à atteindre, dans la mesure où elles bénéficient de conseils extérieurs (banquiers, assureurs, etc.).

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Mission d'optimisation de la TVA et de la taxe sur salaires

CHU de St Etienne

25 mai

42 - Chazelles-sur-Lyon

Services d'assurances.

Ozanam

25 mai

972 - SA HLM OZANAM

Fourniture et livraison de titres restaurant.

Paris Terre d'Envol

25 mai

93 - AULNAY SOUS BOIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

ANI : les comparateurs à la peine sur les entreprises

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié