April : le repli de l'activité s'est accentué au deuxième semestre 2014

April : le repli de l'activité s'est accentué au deuxième semestre 2014
Bruno Rousset, PDG du groupe April.

L’activité et la rentabilité du groupe April ont été plus affectées que prévu lors du deuxième semestre 2014. Voilà ce que vient d’annoncer le groupe lyonnais trois semaines avant la publication officielle de ses résultats prévue fin janvier. Une annonce qui viserait notamment à rassurer les marchés financiers.

Un chiffre d'affaires en berne

Dans un communiqué, Bruno Rousset, PDG du groupe April, tente d’ailleurs d’expliquer cette tendance baissière : «La seconde partie de l’exercice a été fortement impactée par des investissements plus lourds que prévus et inscrits dans la durée destinés à préparer l’avenir, ainsi que par des éléments exceptionnels, dont le groupe n’a pu prendre l’entière mesure que durant les dernières semaines de l’exercice.»

Pour son exercice 2014, le courtier prévoit ainsi une évolution négative de son chiffre d’affaires pro-forma entre -1% et -2%. Une baisse qui s’expliquerait en partie par un repli volontaire de la production d'affaires nouvelles en santé individuelle, avec l'objectif de gérer au mieux la transition vers la généralisation de la complémentaire santé en entreprise. En cause également : les performances commerciales dégradées en Amérique du Sud.

Un résultat opérationnel en net recul

Du côté du résultat opérationnel courant, la baisse serait encore plus sévère, entre -12% et -15%, tout comme le résultat opérationnel qui reculerait de -18% à -21%. April évoque trois opérations venant directement frapper son compte de résultat : la restitution d’un mandat d’agent sur l’Île de la Réunion qui influe sur ses charges opérationnelles non courantes à hauteur de 5M€, le coût de fermeture d’activité en Argentine et l’arrêt de ses opérations en Biélorussie évalués à 2M€.

«Notre groupe a procédé, ces dernières années, à la fois à un élargissement de son positionnement géographique et à une consolidation des marchés sur lesquels il est déjà présent. 2014 a été une année charnière durant laquelle, malgré les incertitudes liées aux contextes macro-économique et réglementaire, April a continué de bénéficier d’un modèle pérenne, rentable – marge opérationnelle courante proche de 10%  [Elle s’élevait à 11% en 2013, NDLR] – et générateur de trésorerie, ainsi que d’une culture entrepreneuriale et d’une dynamique d’innovation renforcées», souligne le PDG d’April.

Des mesures déjà initiées

Bruno Rousset concède néanmoins qu'il ne se satisfait pas «de ce niveau de performance» qui ne reflète pas selon lui «le potentiel réel d’April». «C’est pourquoi nous avons déjà initié les mesures qui devraient nous permettre de retrouver notre compétitivité : optimisation des systèmes d’information, ouverture aux grands comptes, digitalisation des produits et services et priorisation de l’innovation. En outre, considérant que la qualité du management est essentielle dans le pilotage et le déploiement de ces actions, nous avons renforcé l’équipe de direction du groupe. C’est ainsi qu‘Emmanuel Morandini nous a rejoints en tant que directeur général délégué, pour nous soutenir dans le développement du groupe et l’amélioration de sa performance», conclut-il.

Emploi

KAPIA RGI

DVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

April : le repli de l'activité s'est accentué au deuxième semestre 2014

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié