[DOSSIER] Mutuelles communales 3/6

Arras, le troisième âge en force

Arras, le troisième âge en force
Les Arrageois étaient nombreux à être venus s’informer lors de la première réunion publique lançant la « mutuelle d’Arras ».

La première réunion d’information de la ville d’Arras, qui vient de signer un partenariat avec la Mutuelle Just’, a fait salle comble et suscité de nombreuses questions de la part d’un public largement composé de séniors en quête d’économies.

Ce lundi 13 mars, à 17 heures, l’amphithéâtre du lycée Baudimont à Arras fait quasiment salle comble. Une centaine d’Arrageois participent à la première des trois réunions publiques de lancement de la mutuelle d’administrés de la ville d’Arras. En très grande majorité des personnes âgées, venues seules ou en couple, et arrivées bien en avance. Au point de pouvoir assister à la signature de la convention qui lie pour 5 ans Arras et son CCAS à la Mutuelle Just’ et l’association Promut Plus qui lui est associée. Des habitants qui ont écouté religieusement le maire de la ville, Frédéric Leturque, expliquer les motivations de sa ville à « accompagner les personnes les plus fragilisées dans le cadre d’une ville attentive, généreuse, humaine et sûre » et à « travailler à fournir une mutuelle santé solidaire ouverte à tous... »

Just’, une mutuelle historique

Philippe Mixe, président de Just’, a lui insisté sur les raisons d’être d’une mutuelle, la personnalité de Just’, le rôle « non négligeable » du prix dans un tel contrat, tout en proposant « une offre économiquement intéressante, mais en aucun cas une offre à bas prix et de basse qualité ». Et de rappeler qu’une des composantes à l’origine de la création de la Mutuelle Just’ n’est autre qu’En Famille, une mutuelle arrageoise. Lors de la réunion d’information proprement dite, Bruno Laplantine, directeur du développement, est revenu, powerpoint à l’appui, sur l’historique de la Mutuelle Just’, sa proximité avec la population, et son engagement dans les mutuelles d’administrés – 88 communes partenaires, de toutes tailles, pour 12 119 personnes protégées. Mais Bruno Laplantine a aussi explicité la genèse, les composantes et le fonctionnement du contrat. Une offre qui comprend au total 6 formules. Et chacun s’est jeté, dans un joli brouhaha, sur la feuille A3 détaillant les tarifs, les garanties de remboursement ainsi que les prestations de bien-être et de prévention.

Une offre étudiée de près

« Ça sera étudié dans le détail ce soir... », lâchait un participant tandis que les questions fusaient. « Combien d’économies ferons-nous ? », « Pourra-t-on choisir son opticien ? » Et les dépassements d’honoraires ? ». Autant d’occasion de mettre en valeur le rôle de conseiller de la mutuelle, voire de faire oeuvre de pédagogie en tentant d’expliquer par exemple que les personnes atteintes d’ALD coûtent plus cher à leur mutuelle que les autres adhérents. Pas sûr que tous soient repartis convaincus. En revanche tous l’ont été, en particulier les titulaires de contrats anciens, jusqu’à 60 ans pour certains, de la nécessité de regarder au plus près leur couverture complémentaire actuelle et de revenir à l’agence, place de la Vacquerie, pour un examen approfondi.

Emploi

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

SERPINET CONSEIL

Inspecteur Commercial SUD 12 15 30 34 48 81

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Frais de santé et prévoyance.

1001 VIES HABITAT

22 janvier

92 - NANTERRE

Prestations d'assurances.

SPL Occitanie Events

22 janvier

34 - PEROLS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Arras, le troisième âge en force

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié