Assurance auto et habitation : pourquoi les tarifs augmentent en 2017 ?

Assurance auto et habitation : pourquoi les tarifs augmentent en 2017 ?
En auto, le poids des corporels redevient un motif d’inquiétude. Les décisions d’indemnisation des tribunaux pèsent sur leur coût moyen. Jusque-là, les assureurs ont pu contenir cette hausse par la baisse de la fréquence. Ce n’est plus le cas depuis deux ans.

Au 1er janvier 2017, les primes d’assurances auto et habitation connaîtront une nouvelle augmentation dont seule l’ampleur reste, à ce stade, l’inconnue. Découvrez parmi les cinq composantes d’un tarif, les trois postes inflationnistes.

1 - LA SINISTRALITÉ

En auto, le poids des corporels redevient un motif d’inquiétude. Les décisions d’indemnisation des tribunaux pèsent sur leur coût moyen. Jusque-là, les assureurs ont pu contenir cette hausse par la baisse de la fréquence. Ce n’est plus le cas depuis deux ans. Côté MRH, un seul épisode climatique a suffi pour plomber les résultats techniques. Une autre menace pourrait se profiler : la reprise de l’inflation. « En contribuant à l’augmentation du coût de la sinistralité, elle contraindrait les compagnies qui auraient mal anticipé le phénomène à renforcer leurs provisions », explique Benjamin Serra de Moody’s.

2 - LES CHARGEMENTS

Les plans de réduction des dépenses se multiplient. Et en termes d’économies à réaliser, la barre est placée toujours plus haut (2,1 Md€ pour le groupe Axa sur la période 2016-2020). Mais selon Cyrille Chartier-Kastler : « Les changements qui pourraient conduire à une baisse des coûts de gestion et de distribution ne peuvent être opérés que très progressivement. » D’où « des répercussions très marginales d’une année à l’autre. » D’autant que les efforts des assureurs sont mis à mal par l’augmentation des résiliations sous l’effet de la loi Hamon (environ 1 point de plus en 2016), entraînant une hausse des coûts d’acquisition de nouvelles affaires.

3 - LES TAXES

Deux taxes connaîtront une hausse significative au 1er janvier prochain. La première concerne l’augmentation de la contribution annuelle au FGTI (dite « taxe attentat ») de 4,30 € à 5,90 €, annoncée par la secrétaire d’État chargée de l’Aide aux victimes, Juliette Méadel fin octobre. La seconde relève de la garantie de protection juridique (PJ), dont le taux de la taxe spéciale sur les contrats d’assurance (TSCA) passera de 12,5 % à 13,4 %. Cette disposition avait été adoptée dans la loi de Finances 2016 au titre du financement de l’aide juridictionnelle en France.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 septembre 2020

ÉDITION DU 18 septembre 2020 Je consulte

Emploi

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de gestion des paies des salariés de la Caisse d'assurance vieillesse d...

Caisse d'Assurance Vieillesse section professionnelle Pharmaciens

20 septembre

75 - CAVP

Assurance des risques statutaires.

Communauté de communes des Vallons du Lyonnais

20 septembre

69 - CC VALLONS DU LYONNAIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance auto et habitation : pourquoi les tarifs augmentent en 2017 ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié