Assurance construction : nouveau coup dur pour SFS

Assurance construction : nouveau coup dur pour SFS
Suite à cette note communiquée au marché financier néo-zélandais, le groupe SFS fait savoir que son directeur général, Antoine Guiguet, doit rencontrer la direction de CBL ce jeudi 15 février 2018.

Après s'être vu interdire d'exercer son activité de mandataire dans les pays de l'Union européenne et après que l'Orias ait ajourné l'obtention  de son statut de mandataire pour sa filiale SFS France courtage, SFS Europe perd son actionnaire majoritaire, CBL Corporation Limited (CBL). Ce groupe d'assurance néo-zélandais a annoncé, le 13 février 2018, sa décision de se retirer du marché français de l’assurance construction.

Dans une note destinée au marché financier néo-zélandais, CBL Corporation Limited (CBL), compagnie d’assurance néo-zélandaise présente dans 25 pays et côtée sur les places boursières de Nouvelle-Zélande (NZX) et d'Australie (ASX), a annoncé, le 13 février 2018, son intention de se retirer du marché français de l’assurance construction. CBL était présente sur ce marché depuis son rachat, en janvier 2017, du groupe SFS à hauteur de 71% du capital, dont l'activité de distribution de produits d’assurance construction est très développée dans l'Hexagone.

CBL cessera de souscrire de nouveaux contrats à partir d’avril 2018

« Etant donné que le marché français de l’assurance construction est rentable, toutes les possibilités de retrait sont étudiées, y compris la vente de notre portefeuille et du fonds de commerce de SFS », précise cette note. « Nous sommes actuellement en train de déterminer avec nos conseillers juridiques la manière de mener ce processus à son terme. Ce processus devrait être réglé en 90 jours. Nous cesserons de souscrire de nouvelles assurances construction sur le marché français à partir d’avril 2018 et de nouveaux renouvellements à partir de juin 2018. » Il s'agit d'un process de run-off.

une plainte déposée contre les anciens propriétaires de sfs

Pourquoi une telle décision ? « Bien que profitable, le marché français de l’assurance construction (ndlr : la garantie décennale) nécessite des garanties significatives concernant les futurs sinistres et cette activité bloque donc un grand niveau de capital sur une longue période. Notre board considère que ce niveau de garanties et que les montants demandés pour les atteindre est disproportionné par rapport au niveau du risque que cette activité représente, en comparaison avec l’activité globale de notre groupe », souligne  CBL, qui compte, par ailleurs, réclamer 23,58 M€ contre les précédents propriétaires du groupe SFS, sans toutefois en préciser la raison.

la NOTE FINANCIÈRE de cbl DÉGRADÉE...

Cette décision de se retirer du marché français de l’assurance construction fait suite aux contrôles et aux demandes de la Banque centrale de Nouvelle-Zélande, en juillet 2017, et de la Banque centrale d’Irlande, début février 2018, que la compagnie renforce ses réserves financières, en raison de son activité sur le marché de l'assurance construction en France

Suite à ces contrôles, l'agence de notation financière AM Best a dégradé, début février 2018, la note de CBL Corporation Limited de « A - » à  « BB+ » et la compagnie d'assurance a demandé, le 12 février 2018, à ce que l'échange de ses actions soit suspendu, le temps de parvenir à une augmentation de capital, par de nouveaux investisseurs ou un nouvel accord avec les régulateurs.

Avec une note A -, la compagnie d'assurance était évaluée comme ayant une capacité forte à respecter ses engagements financiers. Avec une note BB+, elle est évaluée comme présentant un risque de défaut élevé, même si des marges de manoeuvre commerciale ou financière existent.

...Et l'échange d'actions cbl suspendu

Le 2 février 2018, CBL a alors demandé à ce que l'échange de ses actions soient suspendus, le temps de procéder à une augmentation de capital, par l'entrée de nouveaux investisseurs ou par un accord avec les régulateurs. Le 8 février 2018, la place boursière de Nouvelle-Zélande a confirmé la suspension des cours de CBL, estimant que le marché ne disposait pas d'informations suffisament complètes à propos de la compagnie d'assurance. 

« Le cours de l'action de la compagnie sera suspendu jusqu'à ce qu'elle communique sur les résultats du rapport indépendant demandé par la Banque centrale de Nouvelle-Zélande, ainsi que sur une évaluation des impacts pour CBL des exigences et des recommandations apparaissant dans ce rapport », a précisé la place boursière de Nouvelle-Zélande.

sfs : le feuilleton continue

Pour le groupe SFS, qui perd son actionnaire majoritaire et son principal porteur de risques, il s’agit d’un possible coup de grâce. A tout le moins d’un nouveau coup dur après la décision, du 22 décembre 2017, du Commissariat aux assurances (CAA), autorité de contrôle luxembourgeoise, d’interdire son activité de mandataire pour des compagnies d’assurance dans tous les pays de l’Union Européenne. Cette décision du CAA était assortie d’une amende de 5000€.

Le 22 décembre 2017, le directeur général du groupe SFS, Antoine Guiguet, avait annoncé, dans nos colonnes, son intention de faire agréer auprès de l’Orias, SFS France Courtage, filiale du groupe SFS, comme mandataire, de manière à ce que le groupe, pris dans sa globalité, puisse poursuivre son activité à la fois de courtier et de mandataire. « Je n’imagine pas que l’Orias nous refuse cet agrément alors que notre dossier répond à toutes les conditions demandées », estimait alors Antoine GuiguetMais le 12 janvier 2018, l’Orias avait « ajourné » le dossier, demandant un complément d’information portant sur les garanties financières de SFS France Courtage. Suite à l’envoi de documents complémentaires par la société, le dossier a été réexaminé le 2 février 2018. Mais pour l’instant, la société n'est toujours pas inscrite comme mandataire sur le registre de l’Orias, même si l’organisme a deux mois pour faire connaître sa décision.

Suite à cette note de CBL, quel sera l'avenir du groupe SFS et de ses 320 salariés? Avant de communiquer davantage sur le sujet, le groupe SFS fait savoir que son directeur général, Antoine Guiguet, a prévu de rencontrer les dirigeants de CBL ce jeudi 15 février 2018.

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Assurance construction : nouveau coup dur pour SFS

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié