[DOSSIER] Aréas taille dans ses effectifs 3/13

Aréas assurances ferme ses portes à Angers

Aréas assurances ferme ses portes à Angers

Le plan de sauvegarde de l'emploi adopté par Aréas entre dans sa phase active. Trois délégations régionales sont supprimées. À Angers, 32 salariés ont reçu leur lettre de licenciement la semaine dernière. Reportage.

C'est au 46, rue Mirabeau, en plein centre-ville d'Angers, que se trouve la délégation régionale des Pays de Loire d'Aréas assurances. Ou plutôt, « se trouvait », devrait-on écrire, puisque d'ici à mi-juillet, cet établissement aura fermé ses portes. Comme à Tours et à Montpellier, le site angevin fait les frais de la réorganisation des délégations régionales engagée par la société d'assurances mutuelles, qui a enregistré 14,5 M€ de pertes sur l'activité dommages en 2010. Un réaménagement entraînant la suppression de 119 postes, dont 79 licenciements secs.

Aide à la mobilité

Lors de l'annonce, par mail, de ce projet aux membres du comité d'établissement, le 31 mai 2011, 49 salariés d'Aréas travaillaient à Angers. Un an plus tard, 32 d'entre eux vont quitter définitivement l'entreprise. « Nous avons fait quasiment quatre propositions de reclassement en interne à chaque collaborateur », précise Laurence Rio-Chouvin, directrice des ressources humaines d'Aréas. Pour ceux qui ont accepté, direction Dijon, Beauvais, Poitiers ou Paris. Suite à des négociations avec les syndicats, Aréas assurances a proposé une aide financière à la mobilité. Il n'empêche : seulement une quinzaine de salariés sur les trois sites fermés (Tours, Angers et Montpellier) ont opté pour cette solution.

À la délégation d'Angers où l'activité était polyvalente (production, gestion de sinistres...), la moyenne d'âge dépasse 50 ans. Pour la majorité des salariés, la question de déménager ne s'est même pas posée. Bien que le chômage ait progressé de 6,7% en un an dans l'agglomération, ils ont préféré être licenciés. « Le cordon s'est rompu avec cette société pour laquelle j'ai tout donné depuis plus de trente ans », témoigne anonymement un salarié. Il ajoute : « Nous sommes d'autant plus déçus que suite aux fusions avec la Mutuelle du Poitou en 2006 puis avec la Mutuelle des provinces de France [le site de Tours, NDLR], nous nous doutions qu'Aréas ne conserverait pas trois délégations régionales dans un rayon de 120 kilomètres. »

Tourner la page

En ce mardi pluvieux, l'heure n'est plus à la colère pour les licenciés. De leur bras de fer avec la direction, il ne reste plus que cette banderole accrochée sur le bâtiment où est inscrit « A vendre avec les salariés ». Désormais, ils veulent passer à autre chose. Et retrouver au plus vite un emploi. Le jour de notre reportage, le cabinet d'outsourcing Aksis recevait collectivement onze anciens salariés, afin de leur parler du développement de Lybernet assurances sur l'agglomération. Avec en perspective de possibles recrutements. Aréas assurances dit également entretenir des contacts avec des recruteurs potentiels locaux. « Ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été une décision difficile à prendre pour la direction générale, reconnaît Laurence Rio-Chouvin. Il était toutefois nécessaire pour le redressement de l'entreprise et son adaptation aux besoins de spécialisation du marché. »

RECLASSEMENT

LES PROPOSITIONS D'ARÉAS

« Pour les personnes reclassées mais qui ne souhaitent pas déménager, nous avons prévu un aménagement du temps de travail ainsi qu'un accompagnement financier. Pendant trois ans, ils pourront bénéficier de la prise en charge d'un loyer sur place et d'un aller-retour à leur domicile une fois par semaine. »

  • Anita Palierne a hésité à aller travailler sur le site de Poitiers. Outre l'aide financière, cette gestionnaire automobile de 56 ans n'aurait été en déplacement que quatre jours par semaine. Finalement, elle a choisi le licenciement. « Je n'ai plus confiance en cette entreprise, qui a manqué d'humanité depuis l'annonce du PSE. » Trente-cinq années jour pour jour après avoir recrutée, elle quitte Aréas assurances, le 13 juin 2012. Émue et amère.

 

FORMATION

LES PROPOSITIONS D'ARÉAS

« Nous avons mis en place tout un panel de dispositions pour aider les collaborateurs à retrouver un emploi, de la formation à la création d'entreprise. »

  • Après vingt-trois ans passés dans la société d'assurances mutuelles, Christophe Rageot part avec un certain soulagement. « L'entreprise familiale que j'ai connue à mes débuts n'existe plus. » Aujourd'hui, il veut tourner la page. À 43 ans, lui qui a toujours travaillé dans l'assurance envisage sa reconversion dans... l'horticulture. Selon nos informations, pour suivre une formation longue, chaque salarié licencié bénéficie de 7 000 € (+ 1 000 € pour les plus de 50 ans). Initialement, l'enveloppe de formation s'élevait à 80 000 € pour l'ensemble des salariés licenciés.

ACCOMPAGNEMENT

LES PROPOSITIONS D'ARÉAS

« Les personnes qui ont refusé le reclassement sont suivies par des cabinets locaux. Ils accompagnent les salariés depuis déjà plusieurs mois dans le cadre du Pic (point information conseil) et du soutien psychologique. À présent, ces cellules vont entrer dans une phase plus opérationnelle de recherche d'emploi, avec la mise en place d'un projet professionnel. »

  • La veille de son licenciement, Bruno de Razza a rendez-vous, comme dix de ses collègues, avec le cabinet d'outsourcing Aksis. Depuis novembre 2011, cette cellule réalise notamment des bilans de compétence auprès des salariés angevins d'Aréas assurances. Elle les aide également à se préparer à des entretiens d'embauche. Comme beaucoup de salariés licenciés, ce quinquagénaire n'en a jamais passé un de sa vie.

Emploi

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

SERPINET CONSEIL

Inspecteur Commercial SUD 12 15 30 34 48 81

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de services d'assurances pour la CTBR.

Compagnie des Transports du Bas Rhin

19 janvier

67 - STRASBOURG

Services d'assurances.

Ville de Riom

19 janvier

63 - RIOM

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Aréas assurances ferme ses portes à Angers

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié