L'international, heureuse voie de développement

Avec un marché français de l'assurance vie mature et une prime à la diversification sous Solvabilité 2, nombreux sont les bancassureurs à accélérer leur développement à l'étranger.
Partager
L'international, heureuse voie de développement

Les réseaux de bancassurance ont réalisé 62% de la collecte d'assurance vie en France en 2010, selon la FFSA. Pour eux, le marché domestique arrive donc à maturité sur cette activité. « Depuis deux ou trois ans, il y a un phénomène d'accélération du développement à l'international du modèle de bancassurance, du fait de l'extension à l'étranger de l'activité des banques françaises et de la saturation progressive du marché français », explique Marc-Philippe Juilliard, directeur senior assurance chez Fitch. Le gain de parts de marché est plutôt à chercher ailleurs en Europe ou dans les pays d'Asie et d'Amérique latine. Pour certains intervenants, l'activité internationale a déjà contribué au chiffre d'affaires 2010 de manière particulièrement significative : 19% pour CNP assurances, 20% pour Crédit agricole assurances (contre 3% en 2005), 48% pour BNP Paribas Cardif, 18,4% pour Sogécap.

Surtout, la rentabilité est au rendez-vous. Alors que le taux de marge de la CNP en France atteint 8,9% en 2010, il s'élève à 24,9% à l'international. Le Brésil se révèle le paradis de l'assureur vie aujourd'hui, avec des taux d'intérêt très élevés - la banque centrale brésilienne a relevé son taux directeur à 12% en avril, contre seulement 1,25% pour la Banque centrale européenne... CNP y a enregistré une hausse de 30% de son chiffre d'affaires en 2010. Gilles Benoist, son directeur général, comparait d'ailleurs le pays du carnaval à « une zone de bonheur ». La progression de chaque segment d'activité de Caixa Seguros, société dont elle détient 51,75% du capital, est impressionnante : + 33,6% en IARD ; + 49,5% pour l'emprunteur ; + 41,7% en prévoyance : + 24% en retraite ; + 47,5% en épargne.

Suivre la banque de détail

L'Europe n'en reste pas moins attractive. Société générale Insurance mise beaucoup sur l'Est. Depuis 2009, elle a triplé sa production en Russie et doublé son activité épargne en République tchèque. D'autres parient plutôt sur nos voisins du Sud, telle l'Italie, devenue le deuxième marché domestique de BNP Paribas Cardif. De même, malgré le contexte politique et économique actuel, certains considèrent la péninsule hellénique comme une terre de promesse. « En Grèce, l'assurance se développe, et les Grecs recherchent des établissements internationaux et solides pour placer leur argent », se réjouit Jean-Pierre Wiedmer, président de HSBC assurances. Présente en Grè-ce et à Chypre, CNP y a affiché une croissance totale négative (- 5,4%), mais son activité de prévoyance et d'emprunteur a crû de 24%.

Si les bancassureurs opèrent de différentes manières à l'étranger, tous ont d'abord suivi le développement de la banque de détail. « Une accélération de l'internationalisation doit s'opérer pour diversifier ses risques et sortir d'un marché devenu mature en France. Mais cela ne peut se faire que si le groupe d'appartenance se projette à l'étranger », déclarait Nathalie Broutèle, directrice générale de Natixis assurances, lors de la présentation des résultats.

Outre le soutien à l'exportation de leur maison mère, certains bancassureurs ont monté des coentreprises (joint-ventures), noué des partenariats avec des acteurs locaux, ou opéré en libre prestation de services. « La clé pour réussir à l'international hors de sa maison mère consiste à nouer des partenariats exclusifs et de long terme, à l'image de CNP assurances, qui a développé un business model à succès à l'étranger », explique Marc-Philippe Juilliard.

BNP Paribas Cardif a adopté cette stratégie, en signant, en avril, un accord de distribution exclusif de vingt ans en prévoyance et en assurance vie avec TEB et Fortis Bank Turquie dans ce pays. Mais il a aussi créé des coentreprises, avec la State Bank of India, la Shinhan Bank en Corée du Sud, Taïwan Cooperative Bank ou encore avec la Poste polonaise.

« Le coeur de la croissance va continuer à se faire dans les pays émergents, mais également dans les pays de la " vieille Europe ", sans oublier la Turquie. Nous concentrons notre développement sur la protection individuelle ou collective et sur les extensions de garanties, les produits d'épargne étant proposés dans un nombre plus limité de pays, comme la Corée du Sud, l'Inde ou Taïwan », affirme Éric Lombard, PDG de BNP Paribas Cardif. En effet, les besoins de protection sont forts dans la plupart des émergents, et les produits de prévoyance et de couverture de prêts particulièrement rémunérateurs. « En ce qui concerne les produits, dans un certain nombre de pays où l'activité de crédit a ralenti, notre activité est portée par la prévoyance et l'épargne ainsi que par les produits d'assurance santé, dont la demande est forte », ajoute Pascal Bied-Charreton, directeur international de Société générale Insurance. Pourtant, le dommages et la santé sont encore peu développés par les bancassureurs français à l'étranger. En 2010, BNP Paribas Cardif s'est lancé en 2010 dans l'IARD en Italie, Société générale Insurance prévoit de le faire en Russie, et CNP compte démarrer son activité santé collective au second semestre 2011.

Un modèle par pays

En outre, si Solvabilité 2 n'est pas forcément la motivation première pour traverser les frontières, elle y incite fortement. « S'internationaliser permet d'atténuer l'impact de Solvabilité 2. En vie, cela permet d'être présent dans des pays qui ont des risques de longévité différents ; en dommages, de bénéficier de la diversification géographique sur le risque de sinistre », explique Gildas Robert, practice leader Solvabilité 2 chez Optimind.

Cependant, une question se pose : le manque d'harmonisation des dispositifs de régulation au niveau mondial. « S'implanter dans des pays qui ne seront pas sous Solvabilité 2 peut poser le problème de la reconnaissance de la mesure de la solvabilité par le régulateur local », estime Marc-Philippe Juilliard, de la CNP. BNP Paribas Cardif, présent dans une quarantaine de pays, dont une quinzaine non soumis à Solvabilité 2, a mis en place un modèle interne global, qui prend en compte les différentes spécificités locales et évite, de cette manière, de développer un modèle par pays.

Témoignage de Pascal Bied-Charreton, directeur international de Société générale Insurance et DG adjoint de Sogécap

« Nous sommes allés à l'international pour accompagner les réseaux de distribution du groupe Société générale et le potentiel de notre maison mère suffit pour l'instant à notre développement. Solvabilité 2 n'est pas la raison première de notre internationalisation, mais elle nous y incite fortement. La République tchèque est le pays où la réussite espérée est au rendez-vous et où nos positions sont désormais très solides. Le deuxième pays très prometteur est la Roumanie, où nous devrions nous situer dans les six premiers assureurs du pays d'ici à trois ou cinq ans. La Russie est un marché plus vaste, où nous disposons désormais d'un réseau de 700 agences et de 2,7 millions de clients particuliers auxquels nous allons proposer l'ensemble de nos gammes de produits. Depuis 2009, nous avons triplé notre activité et nous allons continuer à ce rythme. Enfin, nous avons le projet de nous implanter en Pologne avec Eurobank, d'abord sur l'assurance emprunteur lié au crédit à la consommation. Au Brésil, nous ne disposons que d'un cabinet de courtage, mais cela nous permet de découvrir ce marché et de nouer des contacts. »

L'international est un domaine de développement important pour les principaux bancassureurs, membres du G11. La prime à la diversification qui caractérise le dispositif Solvabilité 2 renforce l'intérêt d'une telle démarche.

Jean Vecchierini, délégué général du G11

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La matinale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - CGLLS

Emission et livraison de titres restaurant dématérialisés pour les agents de la CGLLS.

DATE DE REPONSE 24/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS