[DOSSIER] Aréas taille dans ses effectifs 9/13

Le bras de fer continue chez Aréas

Une semaine après la manifestation qui a réuni plus d'une centaine de salariés d'Aréas devant le siège parisien, la direction de la compagnie et les syndicats se retrouvent aujourd'hui afin de trouver une sortie au conflit.

Ce 20 janvier, une réunion de négociation se tient à Paris entre la direction d'Aréas et les délégués syndicaux de la compagnie. Une réunion « de la dernière chance », selon les représentants du personnel, qui espèrent que la colère des salariés, manifestée huit jours plus tôt devant le siège social de l'entreprise, aura été entendue.

Pour rappel, le 12 janvier, 80 salariés (selon la direction) ont donné de la voix rue de Miromesnil, à Paris, alors que se tenait la deuxième réunion de consultation du comité central d'entreprise (CCE) sur le projet de fermeture des délégations d'Angers, Montpellier et Tours. Alternant concerts de sifflets et slogans à l'encontre de leur employeur, les protestataires, arrivés le matin des sites menacés, ont été rejoints par une trentaine de personnes du siège, soucieux d'apporter un soutien à leurs collègues.

« Par cette action, nous voulions exprimer notre mécontentement, mais aussi rencontrer notre directeur général, Jacques Deparis », déclare Michel Segarra, porte-parole des manifestants. Peine perdue, puisque ces derniers n'ont pas pu pénétrer dans le bâtiment, les gardes mobiles et les vigiles leur refusant l'accès.

« Il n'y a pas eu de réelle volonté d'ouverture d'Aréas », regrette Dominique Depaquit, délégué syndical national CFDT. « Dans le rapport du cabinet Sextant, mandaté pour effectuer une expertise, il apparaît pourtant un manque de légitimité du motif économique pour justifier les 119 postes supprimés », s'insurge Denis Dugravot, délégué CFE-CGC.

Divergence d'appréciation

Interrogée après cette réunion du CCE, la directrice des ressources humaines, Laurence Rio-Chouvin, a estimé qu'il y avait « de nombreux points de divergence entre l'appréciation faite de notre situation par le cabinet Sextant et les perspectives d'évolution de l'entreprise que nous voulons mener. Nous sommes toujours convaincus que la réorganisation est nécessaire ».

Emploi

SIACI

Gestionnaire Sinistres Construction H/F

Postuler

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Le bras de fer continue chez Aréas

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié