Nicolas Sarkozy surprend les assureurs-crédit

Les assureurs-crédit et la Caisse centrale de réassurance discutent actuellement avec Bercy, à la suite de l'annonce du président de la République prônant la mise en place d'un mécanisme public de réassurance de leur activité.

Les assureurs-crédit « boucs émissaires » de la crise ou « sauveurs du crédit interentreprise » ? Le 23 octobre, Nicolas Sarkozy créait la surprise en annonçant, lors de son discours à Argonay (Haute-Savoie), la création d'un mécanisme de réassurance public des assureurs-crédit. Objectif du gouvernement ? Apporter des garanties supplémentaires aux assureurs-crédit (Atradius, Coface, Euler-Hermes Sfac) afin qu'ils continuent à offrir aux entreprises les couvertures dont elles ont besoin pour obtenir les financements nécessaires à leur activité et à leur développement. Le chef de l'État a ainsi demandé au ministre de l'Économie d'engager des discussions avec les assureurs-crédit et la Caisse centrale de réassurance (CCR) - dont le rôle pourrait être élargi dans ce cadre - afin de définir le dispositif.

Attention aux mélanges hâtifs entre métiers différents

Les intéressés n'ont pas caché leur surprise à l'annonce de ces mesures. « Nous discutons actuellement avec les pouvoirs publics dans un état d'esprit très positif, mais il est vrai que nous n'avions rien demandé », indique Michel Mollard, président du directoire d'Euler-Hermes Sfac. Souhaitant rester discrets en raison des discussions en cours à Bercy, les assureurs-crédit ont néanmoins rappelé leur rôle et leur métier, qui fait encore trop souvent aujourd'hui l'objet de confusion.

Certes, l'idée du gouvernement est de faciliter le crédit interentreprise, c'est-à-dire le crédit que les entreprises s'accordent entre elles implicitement à travers les délais de paiement. Mais, pour autant, « les assureurs-crédit ne permettront ni d'accélérer ni de retarder le crédit que les banques font aux entreprises ! » rappelle Jérôme Cazes, directeur général de Coface, qui indique qu'il y a eu « un résumé un peu rapide de la situation ». En clair, tout le monde se mélange les pinceaux entre les crédits interentreprises, les crédits accordés par les banques et l'assurance-crédit.

Moins d'une PME sur quatre est assurée

« Le crédit interentreprise est émis par les entreprises et les assureurs viennent en second rang pour le couvrir en partie. En France, moins d'une PME sur quatre a une assurance-crédit. Une grande partie du crédit interentreprise est émise par des fournisseurs non assurés », rappelle, lui aussi, Michel Mollard, président du directoire d'Euler-Hermes Sfac.

Alors, quel est le dispositif imaginé par Bercy ? Et que vient faire la CCR, visiblement elle aussi prise de court, au milieu de tout cela ? « À travers la CCR, l'État peut sans doute vouloir aider certaines entreprises », avance Jérôme Cazes (Coface). Autre hypothèse : les pouvoirs publics envisageraient-ils de rendre l'assurance-crédit obligatoire ? « Ce n'est certainement pas la proposition que nous ferons au gouvernement ! » poursuit le directeur général de Coface.

En attendant la fin des discussions, l'État pourrait sans doute, lui aussi, mettre de l'huile dans les rouages du crédit interentreprise, en réglant plus rapidement ses fournisseurs.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 11 octobre 2019

ÉDITION DU 11 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation de services d'assurances

Ville de Solliès Toucas

14 octobre

83 - Solliès-Toucas

Passation d'un marché d assurance protection sociale des sapeurs pompiers volontair...

SDIS de la Meurthe et Moselle Sce Départ. d'Incendie et de Secours

13 octobre

54 - ESSEY LES NANCY

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Nicolas Sarkozy surprend les assureurs-crédit

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié