Axa bat le record des émissions de « cat' bonds »

La plus importante émission d'obligations catastrophes, réalisée par une filiale du groupe Axa, se distingue également par l'utilisation des données d'évaluation des risques de la société Perils.

Axa Global P et C (anciennement Axa cessions) a annoncé le placement avec succès de 275 M € d'obligations catastrophes orientées tempêtes auprès d'investisseurs institutionnels. « Cette émission d'obligations s'inscrit dans le cadre de notre stratégie de réassurance, qui s'appuie sur des couvertures catastrophe multipays », précise François Bucchini, directeur général adjoint d'Axa Global P et C, l'entité chargée de la réassurance dommages (property and casualty) des filiales du groupe Axa. « Elle nous permet de réduire le risque de contrepartie et d'accéder à de nouvelles sources de capacité, complémentaires de la réassurance traditionnelle. »

La couverture de ces obligations porte sur neuf pays européens (Allemagne, Belgique, Danemark, France métropolitaine, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suisse). Quatre acteurs principaux se sont penchés sur le berceau de la plus importante émission de ce type jamais réalisée. Structurée par Swiss Re et Guy Carpenter en tant qu'experts, elle sera émise par Calypso Capital Limited, une société irlandaise spécialisée dans la commercialisation de tels produits de couverture. Ces obligations, qui courront jusqu'en 2014, ont reçu l'agrément de BNP Paribas et sont notées « BB » par l'agence Standards&Poors.


Une prévision réaliste


Autre particularité : c'est la première fois qu'une telle opération s'appuie sur l'indice Perils. Ce dernier, édité par la société éponyme jusqu'à présent spécialisée dans le risque tempête, est constitué à partir d'une base de données émanant de soixante sociétés d'assurances de neuf pays européens (lire p. 58-59), un instrument précieux dans l'appréhension du risque et sa couverture, parce que plus fin qu'un indice classique. « L'utilisation de l'indice Perils permet de réduire très significativement le risque de base, c'est-à-dire l'écart entre la perte réelle et la perte modélisée », confirme François Bucchini.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Axa bat le record des émissions de « cat' bonds »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié