Le Crédit agricole investit dans les bilans de santé

Caci, la compagnie d'assurance emprunteur de Crédit agricole assurances, a pris le contrôle d'ARM, une société spécialisée dans la réalisation de bilans médicaux.

Le bilan de santé réalisé à la demande des assureurs pour l'assurance emprunteur, la prévoyance et l'expatriation deviendrait-il un enjeu concurrentiel ? L'arrivée sur ce marché de Crédit agricole Creditor Insurance (Caci) jette un éclairage nouveau sur cette activité. La branche assurance emprunteur de Crédit agricole assurances vient en effet de prendre le contrôle du groupe ARM (Analyse du risque médical).

Actionnaire majoritaire depuis janvier

Basée à Nice, cette société est présente dans toute la France via un réseau de correspondants. Elle était jusqu'alors détenue par Winch Capital (WCF), le fonds de capital développement d'Edmond de Rothschild Investment Partners. Winch Capital a cédé ses parts (voir document ci-dessus) à Caci, qui a également apporté une somme de 999 999 E, pour financer une augmentation du capital d'ARM.

Au terme des opérations de réorganisation du capital, qui se sont déroulées fin janvier 2010, le bancassureur en est devenu l'actionnaire majoritaire. L'assemblée générale, qui s'est tenue le 29 janvier, a par ailleurs porté à la présidence d'ARM Christophe Gibaud, qui apparaît comme salarié de Finaref assurances, une autre filiale du Crédit agricole.

Interrogé par l'Argus de l'assurance, le groupe a confirmé cette prise de contrôle du groupe ARM, mais n'a toutefois pas souhaité communiquer plus sur les raisons et les objectifs de cette opération.

La moitié du marché reste à conquérir

ARM était déficitaire avant la reprise par le Crédit agricole, puisque le procès-verbal de l'assemblée générale du 29 janvier 2010 fait état d'une réduction du capital social de près de 3,8 ME, motivée par des pertes cumulées de plus de 5,2 ME au 31 décembre 2008, par voie de réduction de la valeur nominale des actions. Ce n'est donc pas sa rentabilité qui a attiré Caci, mais plutôt les perspectives d'un nouveau créneau, dont l'activité reprend après une baisse liée à la chute des transactions immobilières. Avec quelques dizaines de milliers de bilans de santé réalisés chaque année en France, ce marché reste une niche pour l'assurance emprunteur et la prévoyance. Mais les principaux acteurs intervenant sur ce marché n'en détiennent pas plus de la moitié. Outre ARM, deux sociétés sont présentes à l'échelle nationale : Abcos-Civem, issue de la reprise de Civem par Abcos (ex-Messine santé) et CBSA.

Des médecins familiers de l'assurance

C'est vers l'une de ses sociétés spécialisées qu'un assureur peut orienter son client lorsqu'il demande un bilan avant la signature d'un contrat. Mais l'assuré est également libre de se rendre chez le médecin de son choix. Par rapport à cette option, le centre spécialisé procure surtout un gain de temps aux deux parties. Tous les examens peuvent être réalisés en deux ou trois heures dans un lieu unique, au lieu de les étaler en plusieurs rendez-vous chez des spécialistes. En outre, les médecins qui travaillent pour ces centres ont l'habitude d'établir des rapports médicaux selon les critères des assureurs, dont les médecins traitants sont rarement familiers.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 avril 2021

ÉDITION DU 23 avril 2021 Je consulte

Emploi

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

Gestionnaire Sinistres H/F

Postuler

Futur Associé H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le Crédit agricole investit dans les bilans de santé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié