Bénédicte Coste monte au créneau de l'Afer pour retrouver son poste

L'ancienne présidente de l'association se mobilise pour faire entendre sa voix lors de l'assemblée générale et tenter de retrouver son poste.

Lors de l'assemblée générale du 3 juin, il faudra compter avec Bénédicte Coste, présidente révoquée en novembre dernier, dans la foulée d'une condamnation de l'Afer pour publicité mensongère (un appel est en cours). Comme l'exige la loi, elle a constitué une équipe de 100 personnes pour présenter des résolutions par lesquelles elle demande 4 révocations, dont celle du président actuel Gérard Beckerman, et 8 nominations au conseil d'administration, dont la sienne. Son espoir ? Reprendre la présidence de l'association et celle du GIE.

Ne pas détruire l'équilibre

De source proche de l'Afer, cette attaque est prématurée et risque d'ameuter pour rien les adhérents. Pourtant, l'estocade est bel et bien donnée : « L'Afer n'est pas en ordre de marche, affirme Bénédicte Coste. Je crains que les pouvoirs publics en profitent pour modifier l'assurance vie. » Cette dernière est en effet accusée de ne répondre que partiellement au problème de la retraite. Le gouvernement pourrait redéployer la fiscalité en favorisant la rente viagère et en défavorisant les produits d'épargne. « Ce serait contre-productif et dangereux. L'assurance vie n'est pas une dépense fiscale, mais une stratégie fiscale. Il faut laisser la liberté aux Français et ne pas détruire un équilibre qui fonctionne. »

Ils ne pensent qu'à eux !

Bénédicte Coste préconise de clarifier le statut des multisupports avec équité et de simplifier le dispositif des contrats « NSK » en conditionnant l'exonération fiscale à un investissement de 30 % en unités de compte. C'est notamment au regard des menaces qui planent sur l'assurance vie qu'elle se mobilise, rappelant les actions qu'elle a menées du temps de sa présidence, comme la lutte contre les prélèvements sociaux sur les fonds en euros des multisupports. Selon elle, l'équipe en place ne défend pas les intérêts des adhérents, mais les siens. Elle pointe le fait d'avoir augmenté les rémunérations des membres du bureau, licencié le DG qu'elle avait recruté, supprimé les assemblées régionales et départementales et de n'avoir pas négocié en janvier 2008 pour réaliser des plus-values et doter la provision pour participation aux excédents votée à cet effet.

Dans ce contexte, l'AG de l'Afer, la plus importante des associations indépendantes, revêt un caractère particulier, et Bénédicte Coste promet d'être... chahutée !

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour l'aide à la décision dans la stratégi...

Ville de Paris / Secrétariat général Délégation générale à la modernisation

20 juillet

75 - VILLE DE PARIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Bénédicte Coste monte au créneau de l'Afer pour retrouver son poste

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié