Brexit : le Lloyd’s menace de délocaliser des activités en Europe continentale

Brexit : le Lloyd’s menace de délocaliser des activités en Europe continentale
John Nelson, président du Lloyd's.

A l’occasion d’un dîner lundi 5 septembre 2016, le président du Lloyd’s a insisté sur l’importance de conserver les droits de passeport.

Le marché tricentenaire de l’assurance londonienne n’a jamais caché son soutien au maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Il doit, aujourd’hui, affronter la perspective de longues négociations qui seront particulièrement décisives sur la question du passeport, qui permet au marché d’opérer librement dans l’ensemble des Etats-membres.

La petite phrase prononcée lors du dîner...

Or, à l’occasion d’un dîner dans la City hier soir, John Nelson, président du Lloyd’s, a réaffirmé l’importance de maintenir des relations de proximité forte avec l’Europe : « Au sein du Lloyd’s, nous estimons qu’il est fondamental de retenir cet accès au marché unique, pas simplement pour le Lloyd’s mais aussi pour la City » a-t-il indiqué, avant de préciser :« Si nous ne pouvions plus accéder à ce marché, que ce soit par le biais des droits de passeport ou par d’autres moyens, cela aurait des conséquences inévitables pour le Lloyd’s et les autres compagnies d’assurance qui n’auraient pas d’autres choix que de mener des activités au sein même de l’Union européenne, et cela aurait pour effet évident d’impacter la compétitivité de Londres ».  

Quelles conséquences d'une sortie du Loyd's de l'UE ?

A l’occasion d’une étude publiée début septembre, l’agence de notation de crédit Fitch alertait sur la possibilité d’une perte d’activité du Lloyd’s consécutive à une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Selon l’agence, l’Espace économique européen représentait l’an dernier 2,9 milliards de livres, ou quelque 11% des primes brutes souscrites par le marché de l’assurance londonienne. 

Pour autant,  John Nelson, qui se retirera de son poste l’an prochain, n’envisage pas un déménagement pur et simple du marché :  selon lui, le Lloyd’s restera «toujours centré à Londres ». Dans l’intervalle, le lobbying du marché de l’assurance s’est intensifié auprès du gouvernement pour s’assurer de la poursuite d’un accès au marché unique. Des pourparlers sur des options alternatives à l’accès au marché européen ont également été évoquées. Sur une note plus optimiste, John Nelson a également signalé que ce nouvel environnement était susceptible de présenter de nouvelles opportunités pour le secteur de l’assurance.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 16 avril 2021

ÉDITION DU 16 avril 2021 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

ADSEARCH

Chargé de Comptes IARD - Anglais H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marche de service d'assurances.

Ville de Collegien

18 avril

77 - COLLEGIEN

Le présent marché porte sur une mission d'assistance à maîtrise d'ouvrage et de con...

Bibliothèque Publique d'Information de Paris - BPI

18 avril

75 - BIBLIOTHEQUE PUBLIQUE D'INFORMATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Brexit : le Lloyd’s menace de délocaliser des activités en Europe continentale

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié