[DOSSIER] Le courtier Assor dans la tourmente : des référés à la [...] 8/11

Charles Relecom (Swiss Life France) : « Comment Assor a pu poursuivre son activité sans avoir de contrôle ? »

Charles Relecom (Swiss Life France) : « Comment Assor a pu poursuivre son activité sans avoir de contrôle ? »

Dans le cadre d’une rencontre avec les journalistes de l'Association Nationale des Journalistes de l'Assurance (Anja) ce mardi 9 avril, Charles Relecom, directeur général de Swiss Life France est revenu sur la situation plus que compliquée d'Assor, courtier grossiste chez lequel Swiss Life Santé & Prévoyance est présent au niveau des nantissements de fonds de commerce en tant que créancier privilégié, et ce pour une somme de 281K€. « Assor était un partenaire récent. Pour autant, peu de temps après le début de notre collaboration, des informations nous sont remontées concernant des plaintes émanant d’assurés qui n’étaient pas remboursés », explique-t-il, estimant ainsi que le préjudice subi par SwissLife se situe en réalité aux alentours du «million d'euros».  Le courtier grossiste s’occupait à l’époque de la distribution et de la gestion de produits créés en partenariat avec l'assureur.

Le marché en recherche d'explications

Devant cette situation, impliquant également Assor avec bon nombre d’acteurs assurantiels français, le directeur général de Swiss Life France se pose aussi la question suivante : « comment la direction générale d’Assor a pu poursuivre si longtemps cette activité sans avoir de contrôle ? » Une question qui revient assez régulièrement dans la bouche de certains courtiers et assureurs qui s’étonnent globalement que « cette défaillance ait pu impliquer autant d’acteurs  du monde de l’assurance sur une période aussi longue sans que rien  ne se passe ».

Une procédure en cours

Pour autant selon plusieurs de nos informations, l’autorité de contrôle prudentiel (ACP) ne serait pas restée les bras croisés. Elle aurait, selon une source proche du dossier, déjà entamé une procédure et des contrôles auraient été menés au sein de la structure parisienne de la rue Cortambert. Quid des conséquences de telles démarches à l’encontre d’Assor ? Pour le moment rien de concret, si ce n’est un écrit qui aurait été envoyé en décembre 2012 aux compagnies d’assurances en conflit avec le courtier grossiste.

Une lettre de l'ACP aux assureurs

Selon l'un des avocats des assureurs en contentieux avec Assor, l’ACP aurait par ce biais averti « les créanciers sur la situation délicate qu'auraient rencontrée certains assurés appartenant aux portefeuilles incriminés au niveau de la gestion de leurs sinistres ». L'ACP  aurait, par cet écrit, rappelé aux assureurs concernés, que même en délégation de gestion, ils demeurent responsables de leurs portefeuilles et de la qualité de la gestion de sinistres. La plupart des assureurs et mutualistes concernés auraient ainsi pris la décision, au vu des ordonnances de référés rendues depuis le dernier trimestre 2012, de résilier la délégation de gestion qu'ils avaient avec Assor.

Contactée par la rédaction de L'Argus de l'Assurance, l'ACP n'a pas souhaité s'exprimer sur le cas Assor.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 octobre 2019

ÉDITION DU 18 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances construction - assurances dommages ouvrages.

Gironde Habitat

22 octobre

33 - BORDEAUX

Prestations de services d'assurances.

OPCO Mobilités

22 octobre

92 - MEUDON

Marché d'assurance construction

Mancelle d'Habitation

22 octobre

72 - MANCELLE HABITATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Charles Relecom (Swiss Life France) : « Comment Assor a pu poursuivre son activité sans avoir de contrôle ? »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié