Classement assurance vie 2018 : le nouveau départ de l'eurocroissance

Classement assurance vie 2018 : le nouveau départ de l'eurocroissance
Auris / Getty Images / iStockphoto

Hasard ou coïncidence ? À l’heure où Bercy a placé l’eurocroissance au cœur de la réforme de l’assurance vie, ces supports hybrides ont connu une année 2017 de bon augure après plusieurs années noires.

Nouvel élan pour l’eurocroissance. Le gouvernement s’apprête, en effet, à relancer le produit dans le cadre du projet de loi Pacte, attendu en ce début juin. En effet, les fonds eurocroissance, nés en 2014 à l’initiative d’Emmanuel Macron alors ministre de l’Économie, n’ont pas connu le succès escompté. Trop complexes à comprendre pour les épargnants, difficiles à vendre pour les distributeurs, mal adaptés à un contexte de taux bas, méconnus, trop peu commercialisés… Les justifications ont été nombreuses pour expliquer leur échec.

Mais à l’heure où Bercy prépare des mesures pour simplifier ce produit hybride à mi-chemin entre les fonds euros et les unités de compte, celui-ci semble déjà sur une pente ascendante. Au regard de notre classement 2018 de l’assurance vie, les encours eurocroissance de certains acteurs connaissent en effet de fortes progressions. CNP Assurances, parmi les premiers à avoir lancé ce type de support, voit ses encours passer de 2,6 M€ en 2016 à 175,7 M€ en 2017. De même, Axa, dont le support eurocroissance est commercialisé par l’association d’épargnants Agipi et sur le contrat Excelium, affiche une progression de 765 % à 103,8 M€. L’association Afer, en partenariat avec Aviva, annonce un encours 2017 de 203,7 M€, soit + 39 %. Et bien que les assureurs soient peu nombreux à commercialiser ces produits, la tendance est générale. Seul BNP Paribas Cardif, qui détient pourtant le plus fort encours du marché, à 1,2 Md€, est en léger recul.

Eurocroissance : simplifier « drastiquement son fonctionnement »

« Nous allons moderniser le fonds Eurocroissance en simplifiant drastiquement son fonctionnement », expliquait le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, le 3 mai dernier lors des Assises de l’épargne et de la fiscalité. Pour cela, le gouvernement envisage de mettre en place deux mesures :

  • Servir « un rendement unifié et lisible pour tous les épargnants ». L’idée est de corriger un biais des fonds eurocroissance puisque, pour l’heure, les rendements peuvent être différents selon la date à laquelle l’épargnant a souscrit son contrat et en fonction de la durée de blocage des fonds ;
  • Permettre que les rendements soient « bonifiés » pour les investissements plus longs. Si les détails de cette mesure n’ont pas encore été dévoilés, la volonté est bien d’encourager la détention longue de l’épargne par une espérance de gain plus élevé et non plus par une fiscalité avantageuse, comme c’était le cas avant la mise en place de la flat tax.

 

>> Retrouvez l'intégralité du classement de l'assurance vie 2018 sur ce lien.

Il est vrai que les assureurs partaient de rien. En outre, ils bénéficient d’un mécanisme fiscal avantageux. Le législateur a prévu la possibilité pour l’épargnant de transférer des sommes investies sur un contrat d’assurance vie classique vers un support eurocroissance sans perdre son antériorité fiscale, à la condition que 10 % au moins des sommes soient investies en risque et que cela reste chez un même assureur.

À cette mesure, le gouvernement a ajouté un mécanisme provisoire, en vigueur jusqu’à fin 2018, permettant aux assureurs de transférer une partie des plus-values latentes des fonds en euros vers les fonds eurocroissance. Ces derniers bénéficiant ainsi de rendements plus attractifs. « En 2017, avec la possibilité de transfert des plus-values latentes, nous avons élargi l’offre eurocroissance déjà disponible sur le contrat Madelin Agipi à nos contrats Excelium, et nous avons réalisé une bonne collecte qui se compose de transferts et d’affaires nouvelles », explique Youmna Hamze, directeur adjoint épargne et prévoyance chez Axa France. « Commercialement, ajoute-t-elle, quand un client a un horizon de placement de plus de 10 ans et qu’il n’a pas de besoin de disponibilité de l’épargne, le fonds eurocroissance est l’une des solutions d’investissements que nous proposons. »

Entre transferts et affaires nouvelles, l’encours de l’eurocroissance du marché est tout de même passé de 1,28 Md€ en 2016 à 2,25 Md€ en 2017 selon les données de notre classement. Une progression de quasiment 75 %, qui reste tout de même loin des objectifs du ministre de l’Économie. « Je souhaite qu’avec le lancement de ce nouvel Eurocroissance, nous puissions multiplier par 10 les encours du fonds Eurocroissance et passer de 2 à 20 Md€ d’ici à deux ans », avait en effet indiqué Bruno Le Maire. Comptant sur les assureurs pour « qu’ils soient offensifs dans le placement de ce produit ».

Top 10 des acteurs réalisant la plus forte collecte nette

Sans surprise, Natixis Assurances réalise la plus forte collecte nette du marché en 2017, avec plus de 5,5 Md€. Avec Crédit agricole assurances et Suravenir, les trois bancassureurs représentent 9 Md€ de collecte nette, loin devant le reste du peloton, qui enregistre des collectes nettes sous la barre du milliard d’euros. Un chiffre qui peut surprendre, puisqu’il est bien supérieur à la collecte nette du marché en 2017, qui s’élève à 7,2 Md€ selon la Fédération française de l’assurance. Mais c’est sans compter la forte décollecte du leader, CNP Assurances, à presque - 5 Md€, qui pâtit du transfert de la production des affaires nouvelles des Caisses d’épargne à Natixis Assurances. Les assureurs à réseaux d’agents comme Axa, Aviva et Allianz sont également en décollecte nette respectivement - 208 M€, - 264 M€ et - 921 M€.

Étendre à d’autres produits

Les mesures envisagées par Bercy pour redynamiser ce qui était présenté comme « l’assurance vie du XXIe siècle » pourront-elles consolider ce nouvel élan ? Certains y croient. « Les dispositions de la loi Pacte sont positives puisqu’uniformiser le rendement est un grand pas vers davantage de simplification. Dès que les dispositions entreront en vigueur, nous envisagerons sûrement d’étendre l’eurocroissance à d’autres produits de la gamme », anticipe Youmna Hamze.

Mais d’autres en doutent. « Quand on voit la résistance des épargnants par rapport à la prise de risque, il n’est pas sûr que les mesures envisagées par le gouvernement soient suffisantes », estime de son côté Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne. D’autant que la mise en œuvre technique ne s’annonce pas simple. En effet, pour avoir une communication uniformisée sur les rendements, il faudra harmoniser les horizons de placements et ainsi faire perdre un peu de souplesse aux supports eurocroissance. Et peut-être même bloquer l’épargne des Français sur une durée trop longue. Mais, à l’heure où nous écrivions ces lignes, la profession était toujours en attente des détails techniques qui traduiront les volontés du gouvernement.

Top 10 des acteurs réalisant la plus forte progression des cotisations

Avec un encaissement en hausse de plus de 69 %, Natixis Assurances réalise en 2017 la plus belle performance de notre classement en termes d’encaissement de primes. En effet, 2017 marque pour le bancassureur la première année de production des affaires nouvelles en assurance vie pour le réseau Caisse d’épargne, historiquement du ressort de CNP Assurances. Quant aux autres bancassureurs, historiquement importants producteurs de contrats en euros, ils enregistrent de moindres progressions, et laissent les assureurs traditionnels créer la surprise. Ainsi, Agéas Assurances voit ses cotisations progresser de plus de 40 % à la faveur d’un nouveau contrat lancé en 2017. Swiss Life et Le Conservateur, grâce à une clientèle davantage orientée vers les supports en unités de compte, se montrent très offensifs en assurance vie. Enfin, avec une hausse des cotisations de 12,2 %, Generali s’inscrit dans les cinq plus fortes croissances des cotisations, tout en parvenant à faire baisser le poids des placements en euros de 9 points dans sa collecte.

Méthodologie

  • Le Top 30 de l’assurance vie est réalisé sur le segment de l’assurance vie - épargne individuelle, en euros et en unités de compte des organismes assureurs qui conçoivent et / ou produisent les contrats. Il n’intègre ni les produits de capitalisation ni les produits de retraite (individuelle et collective) dont l’enveloppe juridique peut être celle de l’assurance vie (comme le Perp ou le Madelin).
  • Le classement est établi sur la base des cotisations en affaires directes (en brut de réassurance, hors acceptations) pour l’activité de 2017 en France.

À noter

Plusieurs ruptures dans les séries sont à constater pour l’année 2016 par rapport à notre édition de 2017, elles sont dues à un changement de périmètre (transfert de portefeuille, etc.). Les montants 2016 ont donc été retraités.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance juridique.

SEM SIPEnR

26 juin

75 - SEM SIPENR

Prestation de services d'assurances.

CHI Emile Durkheim

26 juin

88 - EPINAL

Souscription de différents contrats d'assurance.

La Roche sur Yon Agglomération

26 juin

85 - LA ROCHE SUR YON AGGLOMERATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Classement assurance vie 2018 : le nouveau départ de l'eurocroissance

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié