Classement MRH 2017 : les assureurs redessinent les contrats

Classement MRH 2017 : les assureurs redessinent les contrats

Portées par un marché dynamique, mais très concurrentiel du fait de la pression des bancassureurs, les compagnies et les mutuelles refondent leurs offres. Plus segmentés et modulaires, les nouveaux contrats MRH passent l’habitat au peigne fin, incluant des services et des garanties personnalisés et optionnels. Stable, le Top 20 de L’Argus pourrait être rapidement chamboulé par les offensives des acteurs du marché voulant faire de l’habitat la porte d’entrée au multiéquipement du foyer.

Dans le classement Argus 2017, on retrouve, aux mêmes places qu’en 2016, les assureurs pour qui la MRH est un produit d’appel hautement stratégique. À une exception près : Crédit agricole Assurances reprend la 4e place à Maif. Avec près de 662 000 nouveaux contrats en portefeuille d’avance sur la mutuelle niortaise, la filiale de la banque verte symbolise l’assiduité des bancassureurs à investir un créneau qui leur réussit plutôt bien. Car cette année encore, ce sont les réseaux bancai­res qui enregistrent les cinq plus fortes progressions du marché MRH français. La Banque postale Assurances IARD, Société générale Insurance et Natixis Assurances s’offrent même des croissances à deux chiffres. « La MRH reste leur axe de pénétration privilégié dans le marché de l’assu­rance », observe Valérie Cohen, directrice IARD de Covéa, dont le leadership n’est toutefois pas remis en cause, avec un CA de 1,7 Md€, en hausse de 3,3 %. « Leur distribution de crédits immo­biliers facili­te bien sûr la prescription de leurs produits. » Jérô­me Leriche, directeur marketing banque assu­­rance de Société générale Insu­rance confirme : « La protection, qui regroupe l’assu­rance dom­mages et la prévoyan­ce, constitue un levier de croissance très significatif que nous comptons bien utiliser. Et nous avons encore de la marge en termes d’équipement ! ».

La MRH, toujours rentable

Le ton est donné et le contexte porteur. Avec près de 400 000 logements neufs construits et environ 850 000 transactions immobilières opérées l’an dernier, la dynamique est exceptionnelle.

À tel point que la sinistralité, mauvaise, n’a pas affecté le marché, selon la FFA. Les cat’nat’ ont, en effet, coûté 2,3 Md€ aux assureurs, s’ajoutant aux dégâts des eaux (1,2 Md€, +4,5 %), aux cambriolages (0,6 Md€, +4,3 %) et aux incendies (1,4 Md€, -3 %), tous absorbés par le provisionnement issu des hausses régulières des primes (d’un montant moyen de 294 €/HT, selon le cabinet Facts & Figu­res). Ainsi, fort de 10,3 Md€ de chiffre d’affaires, le marché de l’assurance habitation constitue un copieux gâteau que se parta­gent compagnies (40,5 %), mutuel­les (29,5 %) et bancassureurs (21 %). Et il attise les convoitises.

  • 10,3 Md€ Le poids du marché français de la MRH en volume de cotisations en 2016 (+2,5 % par rapport à 2015).
  • 91 % Le ratio combiné estimé des assureurs en MRH (contre 95 % en 2015).
  • 13,4 % Le taux de résiliation des contrats MRH (stable).
    Sources : FFA
  • 385 300 Le nombre de logements neufs mis en chantier en 2016, soit un bond de près de 10 % par rapport à 2015 et 850 000 transactions immobilières dans l’ancien.
    Source : ministère du Logement et de l’Habitat durable et les notaires de France

Des offres modulables

En réaction à la baisse d’affaires nouvelles l’an dernier, Matmut vient ainsi de lancer, le 18 octo­bre, une offre habitation entièrement refon­due. « Nous maintenons le socle composé de la RC et des couver­tures dommages fondamentales – incendie, vol, tempête, dégâts des eaux, dommages électri­ques et inondation –, mais nous offrons désormais un large éventail d’options, recommandées et complémentaires, permettant au conseiller de jouer à plein son devoir de conseil tout en enrichissant le niveau de couverture », explique Dominique Filsjean, directeur groupe à la GDA Produc­tion de la mutuelle rouennaise. Exit les formules tranquillité et confort prépackagées, les clients peuvent personnaliser leur contrat en couvrant la pisci­ne, la chambre louée ou l’immobilier extérieur, jusqu’au mur de soutènement, voire les arbres, arbustes en pleine terre ou en pot, au titre du mobilier extérieur. Ils ont même la possibilité de bénéficier, grâce à une option équipement de développement durable, d’une RC producteur d’électricité. Autres garan­ties à la carte : une PJ relative aux biens assurés, le rééquipement à neuf étendu, l’incident domestique, les canalisations extérieures, les pannes d’électroménagers, le bris de glace renfor­cé aux vitrocéramiques et les biens mobiles, ainsi que trois formules pour la maison connectée. Cet écosystème autour de l’habitat marque une vraie tendance de fond.

L’avis d’expert
Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Facts & Figures

« Les bancassureurs qui affichent les meilleures progressions capteront bientôt le tiers du marché, ils ont le potentiel pour en prendre la moitié. Crédit agricole vient, ainsi, de griller la politesse à Maif et pourrait se hisser en 3e, voire 2e place dès 2017 ou 2018. De même, Crédit mutuel pourrait prochainement doubler Allianz. D’autant que les banques arrivent à dégager – dans une branche qui est dépendante des aléas climatiques, mais pas que – des résultats techniques bien supérieurs à la moyenne du marché (12,6 % en 2015 selon nos estimations). Seul BNP Paribas est à contre-courant de cette offensive, étant en cours de restructuration avec la bascule de son partenariat avec Axa France vers Matmut. Le paysage de la MRH va aussi évoluer, à court ou moyen terme, avec l’intégration croissante, dans l’habitat, de capteurs à même de réduire significativement la sinistralité en vol, incendie et dégâts des eaux. »

Tout inclure

« On part d’un produit packagé avec peu d’options à une véritable coconstruction avec le client en agence », confirme Delphine Maison­neuve, directeur IARD d’Axa France. La compagnie, qui a subi une baisse d’affaires nouvel­les et de CA en 2016, a également lancé en avril Ma Maison. Quinze ans que le groupe n’avait pas procé­dé à une telle refonte. « Le client choisit de cocher ou de décocher avec l’agent un nombre affiné d’options en fonction de ses besoins », poursuit Delphine Maisonneuve. En fin d’année, un produit identique destiné aux maisons de plus de 6 pièces et dont les objets de valeurs sont supérieurs à 20 % du capital complè­tera, avec d’autres options (couverture de la nounou, des objets professionnels…), le dispo­sitif. La domotique est aussi au menu, via un partenariat avec Somfy et Protection 24, réduction de primes à l’appui. La logique modulaire est désormais appliquée par tous. En plus de la MRH, Covéa, n°1 oblige, a lancé, en mai dernier, une plateforme de servi­ces en partenariat avec Verisure (alerte en cas de coupure de courant, simulation de présence, contrôle de température…).

De son côté, Gan Assurances, un an après Groupama, propose les deux contrats et trois formules du groupe, qui permettent à l’agent de passer mécaniquement en revue toutes les caractéristiques de l’habi­tat. Pour tous, l’enjeu est capital. Chez Axa, la stratégie est gagnante. Pour chaque contrat MRH vendu, les agents généraux de la compagnie arrivent à commercialiser un second produit dans l’année. Ce type d’assurance est une porte d’entrée royale au multi­équipement.

« La détection de mouvement dans l’habitat nous permettra d’aller vers la prévoyance et la dépendance », glisse un bancassureur qui investit, pour l’heure, sur la digitalisation du parcours client et la vente à distan­ce pour dépasser les 670 000 contrats en stock en 2017. Chez Crédit agricole Assuran­ces, 90 % des offres de la gamme des particuliers de Pacifi­ca peuvent être souscrites en ligne. Le plan straté­gique du groupe, à horizon 2020 « passe par l’accélération de la dynamique d’équipement actuel­le », souligne-t-on en inter­ne. Le classement qui voit beaucoup d’acteurs à touche-touche, pourrait donc s’en trouver bientôt transformé.

Méthodologie

Pour établir le classement des 20 premiers assureurs intervenant sur le marché de l’habitation des particuliers, L’Argus a adressé un questionnaire aux principaux acteurs exerçant sur ce segment.Le classement est établi sur la base du chiffre d’affaires hors taxes, réalisé en France en 2016.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 06 décembre 2019

ÉDITION DU 06 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Classement MRH 2017 : les assureurs redessinent les contrats

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié