Axa affiche ses ambitions en Afrique

Axa affiche ses ambitions en Afrique
Au Maroc, Axa (ici le siège de la filiale locale à Casablanca) vise une croissance à deux chiffres pour 2012. © DR

Axa assurance Maroc vient de présenter un chiffre d'affaires semestriel en hausse de près de 9 %. Son PDG, Michel Hascoët, détaille la stratégie de la filiale qu'il dirige depuis un peu plus d'un an.

Comment le secteur de l'assurance se développe-t-il au Maroc ? Où en est Axa ?

Le marché de l'assurance affiche globalement une belle dynamique et les résultats d'Axa assurance Maroc sont en ligne avec cette évolution. Au premier semestre 2012, le chiffre d'affaires a augmenté de 8,9%. La croissance a été alimentée par l'assurance non-vie, et notamment les branches automobile et IARD entreprises, dont le chiffre d'affaires progresse de 6,8%. La branche assurance non-vie a, quant à elle, fait un bond de 18,1%. Pour autant, le résultat net semestriel s'établit à 211 millions de dirhams marocains (MAD, 19 M€, NDLR), car il a subi l'impact de la baisse des marchés financiers.

Quelle est la conjoncture ?

Le secteur évolue dans un contexte difficile. Car si la crise n'est pas perceptible au Maroc de la même façon qu'en Europe, nous en ressentons néanmoins les effets, qui se traduisent notamment par un allongement des délais de paiement et une légère dégradation de la sinistralité. Annoncée en début d'année à 4%, la croissance du PIB a été revue à la baisse, et s'établira vraisemblablement à un niveau de l'ordre 2,5%.

Quels sont les objectifs de croissance d'Axa assurance Maroc ?

Notre ambition est d'avoir une croissance à deux chiffres en renforçant le développement de l'activité entreprises. Notre réseau de distribution doit servir cet objectif ; pour cela, nous allons augmenter sensiblement le nombre d'intermédiaires. Actuellement au nombre de 170, les agents généraux seront 300 d'ici à 2015. En ce qui concerne les courtiers, nous avons mis en place une inspection de cinq personnes dédiée au courtage, et plus particulièrement au grand courtage. Nous souhaitons accompagner le développement des agents généraux Axa sur d'autres branches, telles que les PME. Cette nouvelle organisation doit nous permettre d'élargir nos relations aux cabinets de taille plus modeste et de travailler davantage la cible des petites et moyennes entreprises. Enfin, comme toutes les entreprises du groupe Axa, nous nous intéressons de près au multicanal. En 2013, une fois terminée la refonte de notre système d'information, l'ergonomie de notre site Internet sera totalement modifiée et donnera la possibilité de souscrire en ligne.

Mise en place en 2005, l'assurance maladie obligatoire devra être gérée à partir de 2014 par la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS). Redoutez-vous des conséquences pour l'activité santé d'Axa ?

Avec une croissance de 2% attendue pour 2012, nous maintiendrons notre chiffre d'affaires en assurance santé. Nous en sommes satisfaits, même si cela est sans rapport avec la forte croissance que nous enregistrions les années précédentes sur cette activité. Nous continuons à gérer l'assurance maladie pour le compte des entreprises qui étaient déjà dans notre portefeuille et, depuis trois ans, nous avons mis en place des formules d'assurance maladie complémentaire. Des discussions sont engagées pour convaincre les pouvoirs publics du rôle important à jouer par les assureurs en complément de la Caisse nationale de Sécurité sociale. Plusieurs hypothèses pourraient être envisagées, notamment celle qui consisterait, pour les assureurs, à assumer la gestion privée de l'assurance maladie obligatoire pour le compte de la CNSS.

Il revient à la filiale Maroc de piloter le développement du groupe en Afrique. Quel regard portez-vous sur le continent ?

La présence d'Axa en Afrique est un héritage de la fusion avec l'UAP. Pendant longtemps, nous avons maintenu nos positions. Force est de constater que l'Afrique subsaharienne affiche un fort développement et regorge de ressources naturelles. La démocratie y a fait des progrès notables, et la croissance démographique est à l'oeuvre. Et ce, sans compter la rupture technologique que constitue l'utilisation du téléphone mobile.

Que représente l'Afrique dans l'activité d'Axa ?

Si l'on considère strictement les chiffres, l'Afrique ne représente pas une grande part dans l'activité du groupe : le chiffre d'affaires réalisé sur le continent est de 70 M€ par an. Avec 17% du marché, nous sommes numéro un au Sénégal, numéro trois au Cameroun. En Côte d'Ivoire et au Gabon, nous sommes le quatrième assureur. Au Cameroun, nous développons une part significative de notre activité en assurance santé. L'assurance santé collective est un marché que nous regardons de près en Afrique subsaharienne. En l'absence de Sécurité sociale, les compagnies jouent le rôle d'assureur au premier franc CFA. Nous assurons des collectivités, des grandes entreprises. Le potentiel du marché est considérable, et le développement de la téléphonie y contribue en grande partie. La prise en compte du besoin de santé en Afrique viendra assurément avec l'élévation du niveau de vie.

Dans quels pays en particulier, regardez-vous les opportunités d'investissement ?

Nous regardons de près le Ghana, où l'industrie de l'assurance est multiforme, et la République du Congo. Pour redevenir numéro un en Côte d'Ivoire, nous tablons sur une politique de souscription plus dynamique, voire une acquisition. Une équipe de quatre personnes analyse en permanence l'évolution des marchés en Afrique subsaharienne. Le poids de l'assurance y est aujourd'hui epsilon. Mais un groupe international comme Axa n'a-t-il pas le devoir, comme d'autres assureurs occidentaux l'ont fait dans le passé en Chine, en Europe de l'Est et en Amérique latine, de commencer à prendre des positions pour accompagner demain le développement du continent africain ? La réponse est assurément oui.

LES CHIFFRES

  • + 0,8%. La progression du chiffre d'affaires d'Axa assurance Maroc au premier semestre 2012.
  • + 18,1% . La progression de la branche assurance non-vie d'Axa assurances Maroc au premier semestre 2012.
  • 210 M de dirhams. Le résultat net d'Axa assurance Maroc au premier semestre 2012, soit 19 M€.
  • 300. L'objectif du nombre d'agents généraux que se fixe Axa assurance Maroc d'ici à 2015, contre 170 aujourd'hui.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 14 mai 2021

ÉDITION DU 14 mai 2021 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance Senior H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation des services d'assurances no 6a.

EHPAD Les Buissons

12 mai

88 - XERTIGNY

Services bancaires.

CGSS

12 mai

971 - CGSS DE LA GUADELOUPE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Axa affiche ses ambitions en Afrique

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié