[DOSSIER] Premier semestre 2014 : les résultats dans le secteur [...] 11/25

AXA tire profit des performances de ses segments stratégiques (Résultats S1 2014)

AXA tire profit des performances de ses segments stratégiques (Résultats S1 2014)

AXA a réalisé au premier le résultat opérationnel le plus élevé de son histoire. Une performance alimentée par la croissance et la profitabilité des segments stratégiques : santé-prévoyance, assurance directe, marchés à forte croissance à l'international. Le groupe relève de 200 M€, à 1,9 Md€ l'objectif de gains de productivité de son Plan Ambition AXA. Le groupe relativise l'impact sur ses comptes de la crise en Ukraine et de la série de catastrophes aériennes, mais prévient que cette dernière aura un impact sur les tarifs.

AXA a atteint au premier semestre 2014 le résultat opérationnel semestriel le plus élevé de son histoire. Il ressort ainsi en hausse de 11% à change constant, à 2,78 M€, pour un chiffre d’affaires de 50,03 Md€, en hausse de 2% (en réintégrant les effets de change, les variations sont de +8% et -1% respectivement). Mieux, commente le PDG Henri de Castries, cette performance est alimentée « par la croissance et la profitabilité des segments stratégiques » comme la santé-prévoyance, l’assurance directe et les marchés à forte croissance à l’international.

Segments stratégiques en hausse

« 70% du résultat provient d’activités moins sensibles aux marchés financiers », ajoute le directeur général délégué, Denis Duverne. L’international et le dommage contribuent ainsi  à hauteur de 43% au résultat opérationnel, et la santé et la prévoyance comptent pour 25%, tandis que l’épargne et la gestion d’actifs en représentent désormais seulement 32%. Quant aux marchés à forte croissance, ils participent à hauteur de 14% des 2,13 M€ de résultat opérationnel dégagé en vie-épargne-retraite, et à hauteur de 10% des 1,23 M€ réalisés en dommage. Ce sont ces mêmes pays à forte croissance qui tirent l’activité. En vie-épargne retraite, leurs affaires nouvelles sont en hausse de 7% alors qu’elles sont stables globalement à l’échelle du groupe. En dommage, leur activité progresse de 5% et le direct de 7%,  quand celle des pays matures n’augmente que de 1%.

Activité saine

En vie-épargne-retraite, la marge sur affaires nouvelles progresse de 2 points à, 34%, et « la valeur de l’épargne confiée a augmenté de 8% » indique Henri de Castries. En dommage, le ratio combiné reste stable, à 95,8%, malgré un poids plus important des cat’nat’ qu’au premier semestre 2013 (1,7 point de ratio combiné, contre 0,7). Enfin, en gestion d’actifs, la collecte nette ressort à 14 Md€ (dont 11 Md€ chez AXA IM), et en excluant l’impact de la cession d’AXA Private Equity, le résultat opérationnel progresse de 11% à 184 M€. Autant de signes que « l’activité est saine », pour reprendre les termes du PDG.

Objectif d’économies relevé

Ces bonnes performance, conjuguées à l’impact positif de la baisse des taux d’intérêt sur la valeur de marché des actifs et des dérivés, permet en résultat net de faire un bond de 25%, à 3 Md€. Autre bonne nouvelle, le groupe a de nouveau relevé de 200 M€ l’objectif de réduction de coûts qu’il s’était fixé en 2010, dans le cadre de son plan Ambition AXA. A la fin du premier semestre 2014, le groupe avait ainsi déjà réalisé 1,3 Md€ de gains de productivité, sur les 1,9 Md€ désormais visés à l’horizon 2015.

Solvabilité élevée

Insistant sur la nécessité de « maintenir une gestion des risques et du capital rigoureuse, car c’est la garantie de survie à long terme », Henri de Castries a fait état de « ratios de solvabilité très élevés » : le ratio Solvabilité 1 passe ainsi de 221% à 254%, et le ratio de solvabilité économique, qui préfigure Solvabilité 2, de 206% à 215%. Le ratio d’endettement reste stable à 24%, et conforme à la fourchette cible de 23% à 25%. A noter cependant que sur les 6 Md€ de hausse des capitaux propres, qui atteignent 58,9 Md€, 4 Md€ sont liés à la hausse des plus-values latentes qui découle de la baisse des taux d’intérêt.

Impact des catastrophes aériennes sur les tarifs

Interrogé sur la crise en Ukraine, Henri de Castries en a relativisé l’impact : l’activité dommage du groupe dans la région est profitable, et représente « 20 M€ de chiffre d’affaires sur 90 Md€ ». Quant à la participation dans l’assureur dommage russe Reso Garantia, « nous percevons des dividendes et nous n’avons pas de raison de la modifier ». Le groupe a par ailleurs indiqué « être exposé à l’ensemble des catastrophes aériennes, mais de façon à chaque fois modeste », soit à hauteur de 15 à 20 M€ à chaque fois. « Cela aura un impact sur les tarifs aériens, qui avaient fortement baissé », prévient néanmoins Henri de Castries, précisant que « ces catastrophes représentent un coût cumulé supérieur aux primes reçues par le marché ».

Dans ce dossier

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 13 décembre 2019

ÉDITION DU 13 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de prestations juridiques pour les opérations immobilières et patrimoniales ...

Palais de la Découverte

15 décembre

75 - EPPDCSI - UNIVERSCIENCE

Prestations de services juridiques..

Ville d'Hénin Beaumont

15 décembre

62 - HENIN BEAUMONT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

AXA tire profit des performances de ses segments stratégiques (Résultats S1 2014)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié