CNP Assurances et BPCE prêts à envisager un « partenariat renouvelé »

CNP Assurances et BPCE prêts à envisager un « partenariat renouvelé »

CNP Assurances et BPCE semblent avoir trouvé un terrain d’entente. Les conseils des deux groupes ont donné leur feu vert aux directions générales pour négocier un protocole d’accord sur la base des principes d’un projet de ce « partenariat renouvelé », axé sur une coopération renforcée en protection / prévoyance, tandis que BPCE confierait, comme prévu, à sa filiale Natixis Assurances la production des contrats d"assurance vie distribués dans le réseau des Caisses d'Epargne. Ce à compter du 1er janvier 2016.

CNP Assurances et BPCE semblent avoir trouvé un terrain d’entente, de sorte que les négociations sur leur futur - commun et séparé - vont pouvoir se poursuivre. Le groupe dirigé par Frédéric Lavenir, qui a par ailleurs publié des résultats semestriels de bonne facture plus tôt dans la journée, indique ainsi, dans un communiqué diffusé ce 31 juillet après la clôture de la Bourse, « avoir franchi une étape importante de ses discussions avec le groupe BPCE relatives aux accords de distribution de produits d’assurance des personnes dans le réseau des Caisses d’Epargne qui arrivent à échéance fin 2015 ». En clair, les conseils des deux groupes ont donné leur feu vert aux directions générales pour négocier un protocole d’accord sur la base des principes d’un projet de « partenariat renouvelé ». Pour mémoire, BPCE souhaite faire de sa filiale Natixis Assurances le producteur des futurs contrats d’assurance vie distribués dans le réseau des Caisses d’Epargne à compter du 1er janvier 2016, en lieu et place de CNP Assurances qui jouait ce rôle jusqu’ici.

Coopération renforcée en protection / prévoyance

Ce projet, qui serait mis en place à compter du 1er janvier 2016 pour une période initiale de 7 ans renouvelables, reposerait sur une coopération renforcée en protection / prévoyance, « en cohérence avec les orientations stratégiques de CNP Assurances ». Concrètement, les deux groupes continueraient à travailler ensemble en emprunteur, en prévoyance collective et en prévoyance individuelle. En assurance emprunteur, le projet reposerait sur la mise en place d’un accord de coassurance (66% CNP / 34% Natixis Assurances), alimentant l’ensemble des réseaux du groupe : Caisses d’Epargne, Banques populaires et  Crédit Foncier. En prévoyance collective, CNP serait en charge de « la couverture des besoins des salariés des clientèles professionnelles et entreprises, sur l’ensemble des réseaux Caisses d’Epargne et Banques Populaires ». Enfin, en prévoyance individuelle, il est question d’un partenariat « ciblé sur certains produits », comme la dépendance et la garantie du locataire. L'ensemble de ces dispositions a notamment vocation à faire office de levier de développement dans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé née de l'ANI, marché sur lequel le groupe ne fait pas mystère de ses ambitions.

Gérer le stock

Autre volet important du projet d’accord : le traitement du stock des contrats des 5 millions d'assurés issus du réseau des Caisses d'Epargne. La solution envisagée serait de conserver « la gestion par CNP Assurances de l'ensemble des contrats d’assurance vie et capitalisation issus du réseau des Caisses d’Épargne ouverts avant le 1er janvier 2016, et dont les versements ultérieurs continueraient à être perçus par CNP Assurances ». Ces versements sur le portefeuille existant représentent, selon le groupe, « la moitié des 8 Md€ de chiffre d'affaires réalisés dans les Caisses d'Epargne ». Pour que les intérêts des deux partenaires restent alignés, il serait toutefois prévu « un mécanisme de protection de ces encours par BPCE ainsi qu’une réassurance de ces mêmes encours en quote-part de 10% par Natixis Assurances ».

Renégocier les commissions de distribution et le pacte d’actionnaire

Même si les choses semblent plutôt bien engagées, l’histoire n’est pas totalement terminée. D’abord, le protocole d’accord, qui doit être négocié sur ces bases, n'est pas encore définitif, et il devra faire l’objet d’une procédure d’information-consultation du personnel. Ensuite, le sort des fameuses commissions de distribution versées par CNP au groupe BPCE n'est pas encore tranché. « Comme je l'ai toujours dit, le sujet de commissions se réglera de lui même dès lors qu'il y aura un accord définitif », répond Frédéric Lavenir sur le sujet, dans une interview aux Echos. De plus, CNP Assurances doit également renégocier ses accords de distribution avec son autre partenaire, La Banque Postale. A cet égard, le groupe indique vouloir « engager rapidement des discussions ». Enfin, ces trois acteurs doivent, à la même échéance, renégocier le pacte d’actionnaire qui les lie. Pour mémoire, CNP est détenu à 40,8% par la Caisse des dépôts, 36,3% pas Sopassure (BPCE et La Banque Postale) et 1,1% par l’Etat français, mais le pacte porte sur 34,6% détenus par la CDC, 30,7% détenus par Sopassure et 0,9% par l’Etat, la différence s’expliquant par le fait que chacun de ces institutionnels dispose également d’une partie des 21,8% de flottant.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Mise en concurrence assurances FFVoile 2020-2023.

Fédération Française de Voile

19 septembre

75 - FEDERATION FRANCAISE DE VOILE

Prestation de services d'assurances

Ville de Sorbiers

19 septembre

42 - Sorbiers

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

CNP Assurances et BPCE prêts à envisager un « partenariat renouvelé »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié