[DOSSIER] Premier semestre 2014 : les résultats dans le secteur [...] 14/25

CNP Assurances porté par ses nouvelles orientations stratégiques

CNP Assurances porté par ses nouvelles orientations stratégiques
Frédéric Lavenir, directeur général de CNP Assurances

Pour Frédéric Lavenir, le premier semestre se traduit par « la robustesse du bilan et de la situation financière, et des résultats de très bonne facture », et révèle surtout le bien fondé des nouvelles orientations stratégiques du groupe.

Pour Frédéric Lavenir, le directeur général de CNP Assurances, le semestre qui vient de s’écouler concrétise parfaitement les nouvelles orientations stratégiques du premier assureur de personnes français : poursuite de l’amélioration du mix produit (plus d’unités de compte, plus de prévoyance / protection) ; innovations produit (lancement réussi, en mai, de Cachemire 2 et Cachemire Patrimoine pour La Banque Postale, et démarrage de la plateforme d’épargne haut de gamme) ; ambitions « bi-continentales » sur l’Europe et l’Amérique Latine et modèle de bancassurance « multi-partenarial » (signature d’un partenariat stratégique avec Banco Santander en Europe).

Tout cela se traduit, selon lui par « la robustesse du bilan et de la situation financière, et des résultats de très bonne facture ». De fait, le groupe affiche sur le semestre un chiffre d’affaires en hausse de 12,5% à 15,76 Md€ (+ 14,2% à périmètre et change constants), des revenus (produit net d’assurance + revenus du compte propre) en hausse de 1,8% à 1,625 Md€, un résultat brut d’exploitation en progression de 3,2% à 1,188 Md€ (+10,4% à périmètre et change constants) et un résultat net de 601 M€, en hausse de 3%.

Bonne dynamique opérationnelle

Derrière ces chiffres, Frédéric Lavenir veut surtout voir « une bonne dynamique opérationnelle ». Ainsi, la collecte nette en épargne en France atteint 693 M€, dont 568 M€ en unités de compte (81,9%), permettant une augmentation de la part des UC, qui passent de 9,1% à fin juin 2013 à 11,6% à fin juin 2014. Autre exemple : c’est l’activité de prévoyance / protection (+ 13,5% à 532 M€) qui tire la croissance du résultat brut d’exploitation et compte désormais pour 45% du total,  tandis que la contribution de l’activité d’épargne / retraite recule (-3,9% à 656 M€). Le coefficient d’exploitation (frais de gestion rapporté au produit net d’assurance) s’améliore, passant de 37,8%  à 36,5%. Alors certes, le taux de marge sur affaires nouvelles baisse un peu, passant de 14,1% à 12,4%, mais le groupe l’explique « par des raisons liées à l’environnement économique », à commencer par la baisse des taux d’intérêt, et estime que « cela ne manifeste pas d’évolution opérationnelle défavorable ».

Garder des réserves

En termes de solidité financière,  le taux de couverture de la marge de solvabilité hors plus-values latentes passe de 115% à fin 2013 à 119% au 30 juin, la progression s’expliquant par l’émission de titres subordonnés de 500 M€ faite en mai 2014, pour anticiper sur les importantes échéances de remboursement qui se profilent en 2016. A noter que l’opération avec Banco Santander aura un impact de 3 points sur le ratio de solvabilité, et qu’en Solvabilité 2, le taux de couverture est estimé à 175%. Autre signe de solidité, la provision pour participation aux excédents (PPE) représente 2,02% des provisions techniques. « Dans la période actuelle où les bourses sont bien orientées et les taux sont bas, nos protections de bilan sont très bonnes », commente Antoine Lissowski, le directeur général adjoint et directeur financier du groupe. Et d’ajouter, à destination de ceux qui commencent déjà à s’interroger sur la rémunération qui sera servie au titre de 2014 sur leur contrat d’assurance vie en euros, que « c’est le moment de garder des éléments en réserve ».

Faire taire les rumeurs

Désireux de tordre le cou aux rumeurs, Frédéric Lavenir a tenu à rappeler qu’ « Antoine Lissowski  a [sa] totale confiance », et qu’il est « responsable de la négociation avec BPCE sur un sujet clef pour notre entreprise [NDLR : la renégociation de leurs accords de distribution, BPCE souhaitant faire de sa filiale Natixis le producteur de ses futurs contrats d’assurance vie] et qu’à ce titre il joue un rôle clefs dans les enjeux majeurs de l’entreprise ».Ce à quoi l’intéressé, qu’on a un temps donné partant pour devenir délégué général de la FFSA, a ajouté « être bien là où je suis ». CNP a par ailleurs confirmé les contours que pourraient pendre un partenariat renouvelé avec le groupe BPCE, axé autour d'une coopération renforcée en protection / prévoyance.

Dans ce dossier

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 21 février 2020

ÉDITION DU 21 février 2020 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Construction de Climat Planète Assurance Dommage Ouvrage

Université Grenoble Alpes

18 février

69 - UNIVERSITE GRENOBLE ALPES

Marché relatif à la souscription du contrat d'assurance de responsabilité civile et...

Ville du Touquet Paris Plage

18 février

62 - LE TOUQUET PARIS PLAGE

Marché d'assurances des risques statutaires des agents de la communauté de communes...

CCM Pyrénées Vallées des Gaves

18 février

65 - CC PYRENEES VALLEES GAVES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

CNP Assurances porté par ses nouvelles orientations stratégiques

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié