[DOSSIER] Spécial Lyon 2/7

Développement : une terre d'investissements

Développement : une terre d'investissements
Président de l’association Inter-professionnelle de l’Assurance Lyonnaise (AIAL)

Pas moins de 71 entreprises ont choisi de s'établir à Lyon en 2012, dont 26 centres de décision ou de R et D. Lyon devrait réaliser plus de 15 000 recrutements de cadres en 2013.

Devant un auditoire d'assureurs applaudissant à tout rompre, le maire (PS) de Lyon, Gérard Collomb, a déclaré un soir d'octobre 2010, dans les salons de l'hôtel de ville : « Lyon doit être une capitale européenne de l'assurance. » Depuis bientôt trois ans, force est de constater que la Maison de l'assurance, censée réunir toutes les composantes de l'assurance à Lyon, n'a guère prospéré comme prévu.

Une position centrale

La profession s'en console. Car la région Rhône-Alpes, qui représente 10 % du PIB français, 10 % de la démographie nationale et 10 % du marché français de l'assurance, est riche et de mieux en mieux vendue aux investisseurs, français comme étrangers. Les Allemands et les Asiatiques, notamment, semblent priser le territoire lyonnais... L'Agence de développement économique Aderly a récemment annoncé l'implantation à Lyon en 2012 de 71 entreprises - à 63 % à capitaux étrangers - dans les secteurs tertiaire, industriel, des sciences de la vie et des écotechnologies, qui créeront 1 860 emplois dans les trois ans. Un record. Parmi les projets, 19 centres de décision et 7 centres de R et D débarquent à Lyon.

Sa situation géographique, idéale pour intervenir simultanément sur les marchés français et de l'Europe du Sud, tire parti d'une accélération des investissements dans les infrastructures de transports. Les liaisons aériennes mettent Lyon à moins de deux heures des principaux centres de décision européens, tandis que les nouvelles liaisons ferroviaires la rapprochent de toute la moitié Est de la France, de l'Arc méditerranéen et de la Suisse.

Carrefour international

Les universités lyonnaises tardent à intégrer le Pôle de recherche et d'enseignement supérieur ? Leurs communicants font valoir des alliances fructueuses avec le milieu industriel : cinq pôles de compétitivité dans les domaines des sciences du vivant, les textiles techniques, l'industrie numérique, les transports...

Les meilleurs ambassadeurs de Lyon ne sont plus nécessairement ses « gones », natifs de l'agglomération. Ainsi l'avocat d'affaires Christoph Martin Radtke (cabinet Lamy) chante les louanges de sa ville d'adoption : « Vous trouvez ici des prestataires germanophones dans presque tous les domaines (avocats, assureurs, experts-comptables, agents immobiliers...). Lyon s'est internationalisée depuis qu'elle a fait converger tous ses organismes de services aux entreprises sous la marque Only Lyon. »

Au-delà du marketing territorial, la qualité de vie est cruciale, estime Jean-Paul Babey, directeur général d'Alptis. « Nous disposons d'une métropole d'équilibre comme il n'en existe pas assez en France. Notre bassin d'emploi est suffisamment large pour développer les échanges, mais proche de la nature pour se ressourcer », développe-t-il. Une situation qu'il compare à des villes allemandes comme Mayence et Düsseldorf.

Une métropole à taille européenne

  • 1,29 million d'habitants
  • 82 sièges d'entreprises et d'administrations de plus de 1 000 salariés en 2010
  • 5 pôles de compétitivité, dont 2 mondiaux
  • 145 M€ de PIB (cinquième PIB régional d'Europe)
  • 653 000 emplois, dont près de 500 000 emplois salariés
  • 8,7 % de chômeurs (catégorie A) dans la zone d'emploi de Lyon (contre 9,4 % en France au quatrième trimestre 2011)

(Sources : Insee, Grand Lyon)

Flux démographique positif

Moins de stress, une pression immobilière moins rude qu'en Île-de-France et des perspectives d'emploi qui restent stables : Lyon devrait réaliser plus de 15 000 recrutements de cadres en 2013 (contre 18 130 embauches en 2012), selon l'enquête annuelle de l'Apec publiée le 12 février. Pierre Gauthier, directeur régional de la Macif Rhône-Alpes, a repéré, quant à lui, que l'Insee Rhône-Alpes avait fait des prévisions de flux démographiques positifs pour ce bassin d'emploi dans les prochaines années. « Nous occupons un centre de vie où il faut être présent », affirme-t-il.

La Fnaim Entreprises ne dit pas autre chose, en distinguant Lyon comme un marché de premier plan. Selon cet acteur, 845 ME de transactions immobilières d'entreprises y ont été réalisés en 2012, un record, notamment grâce à la vente de la Tour Oxygène à AEW Europe pour environ 130 ME et à celle d'une partie de la rue de la République, l'artère commerçante de la Presqu'île, pour plus de 310 ME, à Grosvenor. Cette opération apportera à son propriétaire, le duc de Westminster, une rentabilité annuelle estimée à 16 ME.

Philippe Gléran,  Président de l’association Inter-professionnelle de l’Assurance Lyonnaise (AIAL) « Lyon détiendra toujours des centres de décision »

Beaucoup prétendent que les centres de décision s'évaporent de la région Rhône-Alpes. Partagez-vous cette analyse ?

Je pense que Lyon détiendra toujours des centres de décision, car ses entrepreneurs n'hésitent pas à réinventer leur modèle économique. Le rebond des industriels d'Oyonnax est emblématique de cet état d'esprit. Cette Plastics Vallée, située aux portes de Lyon, a toujours su se renouveler en développant un esprit de filière, passant de l'emballage aux pièces high-tech pour l'aéronautique, le monde médical ou la gestion de l'énergie. En tant qu'assureur, je trouve cette capacité d'adaptation extrêmement stimulante.

L'environnement est donc propice aux assureurs...

Oui. Dans des métropoles telles que Bordeaux ou Strasbourg, les entreprises de notre secteur réalisent entre 7 et 10% du chiffre d'affaires national. À Lyon, ce volume d'affaires est plutôt de l'ordre de 15%. Il y a une sensibilité particulière du monde de l'assurance à l'égard des PME et des entreprises de taille intermédiaire, qui forment l'essentiel du tissu économique de Rhône-Alpes. La richesse patrimoniale et industrielle de cette région est tout à fait remarquable.

La Maison de l'assurance prend le temps de poser ses fondations

Selon toute vraisemblance, la Maison de l'assurance devrait ouvrir ses portes en octobre 2013, dans les bâtiments qui abritent actuellement l'institut des actuaires de l'Isfa (Lyon-1), dans le quartier de Gerland (Lyon 7e). Près de 800 personnes devraient fréquenter le site, censé accueillir également les étudiants de l'Institut des assurances de Lyon (IAL) et de l'Institut de formation de la profession de l'assurance (Ifpass). « Le projet avance ! », assure José Milano, le directeur des relations sociales de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA). À ses yeux, le retard pris par les acteurs locaux depuis l'annonce de la création de cette Maison, fin 2010, est un faux problème : « Les institutions ont leur histoire. L'inscription des universités dans le nouveau Pôle régional de l'enseignement supérieur (PRES) représente pour elles un chantier considérable. Il est normal de prendre son temps. » Pour Nicolas Leboisne, administrateur provisoire de l'Ifsa, ce projet sur le point d'être concrétisé serait, en tout cas, « une vitrine pour Lyon et toutes ces formations. Cela permettrait de faire de la région un pôle d'excellence dédié à l'assurance ». Très attendue par les institutionnels, cette filière de formation et de recherche intégrée l'est tout autant par les professionnels du secteur. Bruno Rousset vient ainsi de faire jouer sa double influence de président de l'Isfa et de l'IAE Lyon-3 pour convaincre les deux nouveaux présidents d'université récemment nommés, Jacques Comby (Lyon-3) et François-Noël Gilly (Lyon-1), de réunir tous les établissements dans un même site. « Ils seront ensemble à Gerland, dans un premier temps. Puis ils déménageront dans un autre immeuble, à construire, qui sera voisin de la Manufacture des tabacs [le site universitaire de Lyon-3, NDLR] dans les cinq ou six années à venir. » De quoi laisser le temps à la FFSA de mettre en place, localement, des formations de niveau master « transversales aux différents secteurs de l'assurance ». Des équipes de recherche, de juristes et d'actuaires travaillent ensemble sur l'ingénierie pédagogique de ces futurs cursus.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 16 juillet 2021

ÉDITION DU 16 juillet 2021 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance Senior H/F

Postuler

Chargé de développement H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services d'assurances

SEMDO

23 juillet

45 - SEMDO

Marché d'assurances.

EPNAK - Etablissement National Antoine Koenigswarter

23 juillet

91 - EVRY

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Développement : une terre d'investissements

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié